AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:15



Le cistercien entendit la petite ambre.. répondre, il esquissa un sourire, faut dire que cette petite c'est lui qui l'avait baptisé et de surcroît son premier baptême à Limoges. Il appréciait cette petite et lui faisait penser à une de ses amies quand elle était jeune...Tout ça faisait remonter des souvenirs de joie et de bonheur qu'il ne pouvait oublier mais le passé est le passé, l'avenir est en route pour le diacre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:16



Après avoir retrouvé avec une émotion certaine sa presque fille Catherine, la Malemort lui ayant confié sa fille Alisa-Nebisa s’était avancée auprès de l’Autel où devrait se présenter sous peu Euzen, de qui elle était le témoin Au passage, elle aperçut son fils & sa fiancée, à qui elle adressa un chaleureux sourire, heureuse de les voir ici. Bref, revenons à cet autel.

Témoin, un rôle important, elle allait être sollicitée tout au long de la cérémonie.
Elle connaissait cela, elle avait déjà été le témoin de sa sœur lors de son mariage. Après tout, Euzen était devenu comme un frère pour elle, avec ce qu’ils avaient vécus ensemble. Malgré leur relation passée, ils n’étaient jamais devenus ennemis, ils n’avaient jamais été un de ces couples qui se déchirent. Avaient-ils été un couple, déjà ? Elle l’avait aimé, oui, mais lorsqu’il avait été question de mariage, elle avait reculé de trois pas. Pourquoi ? Déjà parce qu’on voulait lui imposer ce mariage, & qu’elle n’aime pas qu’on lui impose des choses. Ensuite, parce qu’elle savait être une mauvaise épouse pour le corniaud. Elle était trop impétueuse pour lui.
Nahysse ferait une femme parfaite, & saurait le canaliser, c’était bien de quoi il avait besoin pour s’épanouir, du moins elle lui souhaitait. Mais voilà qu’on se présentait à elle.
Absorbée par ses pensées, son nom prononcé la ramena à la réalité, & son regard se posa sur une brunette qu’elle accueillit d’un sourire tout en récupérant le coffret contenant les précieuses alliances.


    - Melyna, je me souviens très bien de vous…Vous avez grandi & êtes devenue une magnifique jeune femme, je vous félicite. Merci pour les alliances, je vais tâcher d’en prendre grand soin.
Melyna, qui était pratiquement de sa famille également, puisqu’elle avait été adoptée par Val’, qui restait une cousine de cœur, malgré sa séparation d’avec Argawaen de Malemort, son cousin par alliance donc. Vous êtes perdus ? C’est normal, les histoires de famille & de généalogie sont toujours compliquées lorsqu’on appartient à deux familles aussi étendues & que des personnes extérieures viennent en plus s’y greffer.
Pas le temps de s’étendre sur ces considérations, voilà que le futur marié arrivait, le plus beau de tous évidemment, quoi que son fils, Kylian, lui faisait sérieuse concurrence. Elle lui rendit une tendre bise sur la joue, heureuse elle-même d’être là, raison pour laquelle elle avait accepté la demande peut-être farfelu lorsqu’on connaissait leur passé, quelques mois auparavant.

Pas vraiment besoin de mots entre eux, ils avaient appris à se connaître avec les années, & se comprenaient d’un simple regard. Celui-ci, en l’occurrence, disait quelque chose du genre « Et voilà, aujourd’hui, c’est ton tour, & tu ne peux plus t’enfuir maintenant ! » ; oui, tout ça en un seul regard, ne sont-ils pas vachement fort ? Elle le détailla, de haut en bas, & de bas en haut tout en retenant un sifflement d’admiration. C’est que la couturière avait fait des merveilles. Elle imaginait assez aisément combien les grognements du blond avaient dû être nombreux alors qu’il se faisait prendre les mesures & enfoncer des aiguilles sous la peau parce qu’il bougeait trop.


    - Tu es magnifique Euzen, je suis sûre que toutes les femmes de l’assistance vont être jalouses de Nahysse aujourd’hui.
Un nouveau sourire, & la rousse Baronne se tut alors qu’une autre Baronne, blonde celle-ci, faisait son apparition, dans une robe magnifique qui, à n’en pas douter, portait la même griffe que celle qu’elle portait à son propre mariage, celle de Valeryane, sa cousine de cœur. La grossesse avait effectivement bien avancée & si elle n’accouchait pas dans cette église, tous pourraient remercier le Très-Haut.
Ah mais voilà que la cérémonie commençait. Elle avait un soucis certain avec ce genre de cérémonie, sûrement parce qu’elle avait cette étrange impression que le Très-Haut ne la portait plus vraiment dans son cœur, même s’il lui avait donné la chance de concevoir encore une fois. Enfin chance…Cette grossesse lui faisait tout de même vivre un véritable Enfer, alors peut-être était-ce pour l’éprouver une fois encore, allez savoir. Toujours est-il que puisqu’elle avait, selon certains, beaucoup pêché durant sa vie, elle se confessa à voix basse, en même temps que l’assemblée.


    - Confiteor Deo omnipoténti, Et omnes sanctis et vobis, fratres, Quam peccàvi nimis coqitatione, Verbo et opere. Mea culpa, mea culpa, Mea Màxima culpa. Ideo precor omnes Sanctos, et vos, fratres, Orare pro me ad Dominum Deum nostrum.
Les yeux fermés, elle ajouta avec une conviction certaine.

    - Amen.
Son latin n’était plus ce qu’il était puisqu’elle ne le pratiquait plus très souvent, mais néanmoins sa prononciation ne lui semblait pas si mauvaise que ça. Peut-être demanderait-elle à Loïc, le précepteur des enfants, de lui donner quelques cours à l’occasion, pour lui rafraichir les idées.
Le credo suivit, qu’elle récita non pas à voix basse, mais dans sa tête cette fois, avant d’écouter la lecture du diacre, suivie de son homélie. Elle s’était perdue dans ses pensées au cours de l’interprétation des Saintes Ecritures, mais était arrivée à une conclusion qui lui parut tout à fait appropriée : Euzen ferait un excellent père, il l’était d’ailleurs déjà pour deux petites filles adorables qui, bien que taquines, semblaient destinées à un avenir bien prometteur.
Lorsqu’elle fut appelée, elle rejoignit le Diacre derrière l’autel. C’était maintenant qu’elle entrait en scène & adressant un sourire à Euzen, s’apprêta à répondre lorsque l’une des jumelles prit la parole par surprise. Le sourire s’agrandit alors, lorsqu’elle reprit en écho de la jeune demoiselle qu’elle avait connu bébé, alors qu’Euzen veillait sur elle & sa sœur.


    - Oui, je suis prête à en témoigner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:17



Citation :
Messire et Dame les témoins êtes vous prêt a témoigner de votre présence lors de l'union de messire Euzen de Montbazon-Navailles et Dame Nahysse de Plantagenet ?

Sursaut

Oulahhhhhh, on en était là? Diantre, elle se rappelait avoir prié, murmuré
le crédo et ensuite......blanc. Mais qu'avait elle donc en ce moment!

Elle chercha son fils des yeux. C'était lui le témoin mais où était il donc encore! Quelle tête en l'air que son ainé!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:18



Gauvhin entendit l'appel du diacre, l'invitation des témoins à le rejoindre derrière l'autel.

Il se leva et le rejoignit.


Oui je suis prêt a témoigner de ma présence de l'union de messire Euzen de Montbazon-Navailles et Dame Nahysse de Plantagenet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:19



" J'aimerais qu'elle le perde ici sur cet autel, que tu connaisse la souffrance déchirante de devoir abandonner son enfant le Corniaud" La salvage

...Ces pensées envahissait l'esprit de la flamboyante parmi tant d'autres, les paroles de son tendre aurait dut la rassurer, il aurait dut la calmer, la rendre meilleure comme il tentait de le faire durant la cérémonie, mais la rage immuable de la rouquine ne chancelait pas. Bien au contraire , son visage d’albâtre prenait une teinte rosée, presque pourpre sous la colère qui montait, montait en elle.

Lorsque la blonde chanceuse fit son entrée dans l’église, la haine de la Catherine atteint son paroxysme...

- Pourquoi elle? Pourquoi cette sublime blondeur, est ce juste une question de richesse? N'était-elle pas celle que le Corniaud avait choisis? Elle était sa flamboyante, sa sauvage, alors pourquoi ? Qu'est ce qui à changé?

- Il la choisie parce qu'elle est noble et riche, regarde toi Catherine, ton Alex il en choisira une autre avant le mariage , il dit t'aimer mais lorsqu'une belle comtesse se présentera à lui, éduqué et sure de lui donner des enfant digne de lui, il t'oubliera. Pauvre Catherine, peu être qu'il te gardera comme écuyère ou amante, tu aura droits aux restes, c'est ton destin la fille du diable, ton destin...

- Je refuse...mais tu...à peu être raison...et si il ... lui aussi , suis-je maudite?

..."Suis-je maudite?" voila les paroles qui régiraient maintenant l'esprit tendre de la rouquine, à être trop bonne on finit par se faire écraser, et c'est ce qui c'ets passé pour Nahysse, et ce qui se passera pour la prochaine, elle ne peu pas être la femme d'un noble, c'est ainsi, c'est la vie.

Les paroles du rouquin lui arrachèrent alors un sourire triste, pale, dénué de leur joies naturelle, vide voila ce qu' était la rouquine pendant la cérémonie.

"Confiteor Deo omnipoténti,
Et omnes sanctis et vobis, fratres,
Quam peccàvi nimis coqitatione,
Verbo et opere.
Mea culpa, mea culpa, Mea Màxima culpa.
Ideo precor omnes Sanctos, et vos, fratres,
Orare pro me ad Dominum Deum nostrum.
Amen.
"

Comme si sa douleur n' était pas à son point culminant, comme si elle n' était pas déjà prête à hurler, comme si tout ça n' était pas assez destructeur pour elle, le Diacre se mis à parler des pêcher et lui demanda de prier en latin. Les lippes de la belle demeurèrent alors closes, non elle n'expiera pas ses pêchés car elle n'en regrette aucun, non elle ne pleurera pas, et le latin elle ne le connaît pas, quand bien même, on la crois tous enfante du diable alors pourquoi prier le très haut?

Elle n' écoute plus, ne vois plus, ses émeraudes fixe d'un air vide le visage du Corniaud, ah qu'il doit jubiler cette ordure , comme il doit être heureux de la voir si malheureuse. Non pas qu'elle l’aime encore, c'est plus complexe que ça, elle lui en veux de ne pas lui expliquer, de ne pas savoir, ne pas comprendre pourquoi elle à été si froidement évincée. C'est la vie, c'est ainsi...

Les mains de la sublimes se serre sur la cuisse de son fiancé, elle la lui serre si fort pour s'assurer qu' il est bien la et pas au bras d'une autre, mais pour combien de temps?

La vie est un combat et tu en débute le plus douloureux acte Catherine, bientôt c'est elle qui aura ton enfant, et c'est elle que ta chair si tendre appellera "maman" ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:19

      "Être au première loge n'est pas toujours la meilleure des places"
        d'un inconnu.


Spasme.
Bref.
Désagréable.


Jambes repliées, bras croisés, tête retournée, décidemment il n’aimait pas ce qui se passait. Bien sûr, rien n’était pensé, tout n’était que ressentit et sensation. Quoi que ? Qu’en savait-on en fait ? Rien. Mais une chose était sûr, il n’était pas à l’aise. Depuis le début, il n’avait eu de cesse de grandir, de prendre ces aises. Semaine après semaine, il s’était développé et son environnement avec lui. Enfin, environnement était un grand mot, puisqu’il ne s’agissait que d’un endroit chaud, humide, plus ou moins sombre et avec des bruits nouveaux ou connu dont le plus commun était un bruit sourd et régulier. D’autre lui parvenait parfois, comme lointain et étouffé. Mais depuis peu, il était serré, comprimé, dérangé. Le moindre mouvement lui était laborieux. Il en avait fait pourtant, des gestes. Incontrôlés là plus part du temps. Tout s’apprend ! Et c’est long de se découvrir ici un bras, là une jambe puis les identiques en symétriques. Le plus mystérieux restaient surement ces petits trucs qui trônaient au bout de ces membres supérieur. Trop nombreux pour être comprit.

Spasme.
Un de plus.

Froncement de sourcil. Plissement du nez. Déformation de la bouche. Serrage de poing. Crispation du corps. S’il avait pu, il en aurait pleuré. Et il était difficile de lutter. Difficile et fatiguant car tout son milieu s’y mettait. Il baignait, encore, mais ces parois si douce et chaude ne cesser de le malmener et de comprimer ce qu’elles contenaient. Ce n’était que par à-coup mais s’était régulier et cela en semblait pas vouloir cesser. Il en avait déjà sentit de semblable. Mais, alors, il ne prenait pas autant de place et cela n’avait été qu’un désagrément passager aussitôt oublié.

Nouvelle contraction.

Car s’était bien ce qui agité bébé depuis plusieurs heures. Et l’agitation de sa mère n’aidait en rien. Sitôt celui-ci terminé, il ferma les yeux. Il était fatiguait et voulait dormir. Il y parvient. Bonheur. Un des petits trucs de ces bras trouva sa bouche. Apaisement. Mais cela ne dura pas. Très vite, il fut réveillé. Cela recommencé. Rêvait-il ou cela augmenté ? Puis soudainement, son environnement changea. Il ne baignait plus …


Alors tout fut pire.
Diantre qu’il avait envie de crier !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:20



La cérémonie avance…
Doucement…
Trop doucement à son gout…
Une éternité cela lui semble…

Faut dire que la jeune brunette n’avait qu’une hâte… Partir, fuir, pour ne pas voir la consécration de leur union. Elle ne voulait pas qu’il soit lié à elle pour la vie… Mais elle ne pouvait rien y faire, d’autant plus qu’il était son cousin.

Le dénouement approche… Les témoins sont présents… Bientôt l’heure du « oui ».
Et la jeune Montbazon ne ressent qu’une envie… Se lever et partir loin, très loin de tout cela. Pourtant elle n’en fera rien. Elle reste là, immobile… Les yeux rivés sur… Mais sur quoi en fait ?
Rien… Le vide, s’imaginant simplement à la place de la future mariée. Elle aurait tellement aimée. Mais elle n’était qu’une invitée.

Doucement un soupire presque inaudible vient s’insurger entre ses lèvres… Un jour, ce sera son tour. Pourtant, elle n’en a aucune envie… Elle sera là, à la place de Nahysse, avec un autre homme à la place d’Euzen, elle lui dirait oui pour la vie, jusqu’à ce que la mort les sépare…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:21



Après l'approbation des témoins, Rapha se tourna vers les futurs mariés et leurs dit :

Le mariage suppose que les deux époux s'engagent l'un vers l'autre librement et sans contrainte, qu'ils se promettent amour mutuel et respect pour toute la vie, qu'ils accueillent les enfants que Dieu leur donnent, et les éduquent selon les écrits d'Aristote et la pensée de Christos.

Messire Euzen de Montbazon-Navailles voulez vous prendre pour épouse Dame Nahysse de Plantagenet ici présente, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour, voulez vous faire dépendre votre bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amour de Dieu sur terre ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:22




      « Lie en marriage, lie and marriage,
      It’s an insititue you can’t disparage,
      Ask the olkal gentry,
      And they will say it’s elementary.

      Try, try, try to separate them,
      It’s an illusion,
      Try, try, try and you will only come,
      To this conclusion. »*



    Les Dames d’abord ? Non ? Mais où donc était passé la galanterie ?!

    Le borgne se le demanda vraiment quand il réalisa que l’officiant s’adressa à lui en premier lieu. Il fut même tenté de le lui faire remarquer car il n’avait qu’une idée en tête : Repousser l’échéance de ce Oui fatidique qui lierait à jamais l’un à l’autre. Comment, sincèrement, comment peut-on faire du mariage un but ultime, une révélation, une fin en soi ? Certain ne vivent que pour cela, que pour vivre ces quelques micros seconde que lui redoutait temps. Quelle satisfaction pouvait-on tirer à s’enchainer ainsi à jamais ? Merdre** ! Qu’on lui explique enfin pour il l’accepte ! Car, lui n’avait que le sentiment de signer son arrêt de mort. Et la pire qui soit ! Une déchéance lente mais inéluctable, faite d’année et de bataille perdu d’avances. Dramatique le Borgne ? Evidement.

    Lentement, il posa son iris sur la jeune femme à ces cotés.

    « Jusqu’à que la mort nous sépare Algédor, c’est bien ça ? Penses-tu que nous y arriverons ? Y as-tu seulement cru un instant ? Nous nous sommes imaginés un avenir libre, une vie basée sur l’hypocrisie, t’en souviens-tu ? Ne s’est-on pas mentit à nous même ? Et si on échouait ? Et si finalement, nous devenions un de ces couples incapables de supporter ? Pire ! Et si l’indifférence s’installait ? Rien n’est pire que l’indifférence, rien, tu le sais n’est-ce pas ? La passion. La haine. Le dégout. Tout, tout vaut mieux qu’elle … Alors, dit le mois Algédor, je t’en prie, dis-moi qu’on ne la laissera pas nous gagner ! Ou promet moi de me tuer … »

    Il déglutit. Saurait-elle lire tous cela alors qu’aucun mot n’avait été dit ? Il n’y croyait guère. Comment aurait-elle pu ? Lui-même était incapable de dire ce qu’elle ressentait à cet instant précis. Etait-elle soulagée de garder son honneur ? Avait-elle peur ? Céderait-elle à la panique, comme il mourait d’envie de le faire ? Oserait-elle dire Ce Mot, aussi long que celui qu’on attend de lui mais donc le sens est contraire ? Quoi qu’il en soit, il était trop tard pour reculer, il le savait. Alors d’une voix aussi audible que possible malgré l’émotion et la peur qui lui nouait la gorge, il finit par prononcer.


    - Oui.


    *« Love and Mariage » de Frank Sinatra, un peu revisité.

    « Mensonge et mariage, mensonge et marriage
    C’est une institution que tu ne peux déprécier,
    Demande aux gens de la haute société,
    Et ils te diront que c’est élémentaire.

    Essaye, essaye, essaye de les séparer,
    C’est une illusion,
    Essaye, essaye, essaye et tu en viendras seulement,
    A cette conclusion. »

    **Premier mot de la pièce de théâtre « Ubu Roi » d’Alfred Jarry, qui référence à ce gros mot qui nous échappe souvent !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:23



La petite baronne avait toujours su que ce jour arriverait. Simplement, elle se l’était toujours imaginé bien loin devant elle. Aussi avait-elle pris le temps de se détailler en imagination tous les avantages qu’elle pouvait en tirer.
Déjà, ce serait forcément une cérémonie grandiose. Le simple, elle n’aimait pas et son mari aurait forcément les moyens de lui offrir ce qu’elle désirait. Tous les hommes se retourneraient sur son passage. Pas pour fixer son ventre comme à présent mais pour admirer sa beauté angélique. Et ils envieraient son mari de se marier à une si jolie jeune fille, ayant encore la beauté de l’innocence.
Elle s’était imaginé que les femmes seraient vertes de jalousie en la voyant arriver dans sa somptueuse robe de mariée que même la Reyne lui aurait enviée.

Aujourd’hui, elle n’avait droit à rien de tout cela. Les hommes s’indignait de son gros ventre et les seules femmes qui étaient jalouses si elles l’étaient ce n’était pas de sa beauté ou de sa robe mais d’elle. Elles voulaient celui qui allait être son mari.
D’accord, quelque part dans l’esprit torturé de la petite blonde, cela le rendait encore plus appétissant. Elle aimait voir les femmes tomber en pamoison devant lui tandis qu’il lui appartenait. Et à partir d’aujourd’hui, il lui appartiendrait totalement. Le seul souci c’est qu’en échange, elle lui appartiendrait également. Enfin, en apparence. Et c’était la partie du contrat qui l’effrayait le plus. Et s’il changeait d’avis ? Et s’il décidait ensuite que leur accord ne tenait plus ? Qu’il ne souhaitait plus mentir ? Ils n’avaient rien signé…

Ses azurs se levèrent vers lui alors que l’officiant attendait sa réponse. Et tandis qu’elle retenait son souffle, leurs regards se croisèrent et elle comprit qu’en cet instant, ils partageaient surement les mêmes angoisses. Les battements de son cœur s’accélérèrent.

Et s’il doutait ? Et s’il refusait finalement ? Il ne gagnait guerre à accepter cette union… S’il revenait sur sa promesse… Son honneur, elle l’avait déjà perdu. Pour elle, ce serait simplement… trop.
Et ces crampes d’estomac qui ne cessaient… C’était vraiment le pire jour de sa vie.

Quand enfin le Bel Euzen lâcha les mots tant attendus et à la fois tant redoutés, la petite blonde ne comprit pas vraiment ce qui se déroula. C’était si… Inattendu.

Ses azurs s’agrandirent de surprise.


Euzen…

Elle n’osait plus bouger. La panique l’envahit et lui serra la gorge. Elle tenta d’avaler pour ne pas s’étouffer mais elle ne réussit qu’à émettre un étrange gargouillis.
Son regard se posa sur son ventre puis se leva à nouveau vers le Bel Euzen. Sa respiration s’accéléra et ses mains se crispèrent.

Oui, c’était vraiment le pire jour de sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:24



Quelques récitations de prières, un sermon agréable à l'oreille, les témoins, puis vient le moment fatidique ... celui où l'on demande aux mariés s'ils sont arrivés là par erreur. Question rhétorique, et pourtant à la réponse cruciale.
Mais quand enfin Euzen émet son approbation - des plus simplement, d'ailleurs - Nahysse, plutôt que de se tourner vers l'officiant afin d'avoir elle aussi sa question, semble appeler son époux à l'aide, et crispe les mains sur le ventre ... pour quand était donc la naissance, au fait ? Elle n'allait tout de même pas le faire en plein mariage, l'héritier ?!

Se tordant le cou pour voir par dessus la coiffe un peu trop originale en volume de la femme devant elle, Malone était soudain pré-occupée ... Vite frère Rapha, vite, la deuxième question ... qu'ils soient mariés, si jamais la mariée ne tient pas en un seul morceau plus longtemps
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:25



L'évesque avait suivi la suite de l'office avec grande attention, écoutant avec plaisir le diacre de Limoges dire sa messe d'épousailles. Elle et frère Rapha avaient parfoys des mots plus haut que les autres, le jeune homme s'énervant prestement et elle n'aimant guère ce genre de comportement, mais ils avaient appris, au fil des ans, à faire contre mauvaise fortune bon coeur. Et puys, le diacre était un bon clerc, auquel elle ne pouvait rien reprocher, là était le principal, de son point de vue de guide spirituel du diocèse.

Au moment où la future épouse porta les mains à son ventre, l'abbesse haussa un sourcil, tandis qu'un souvenir revenait à son esprit. Elle avait jà vu, une foys, une future baptisée perdre les eaux au beau milieu de l'abbatiale Sainct-Bernard de l'abbaye de Noirlac, et il luy avait alors fallu hâter la fin du baptesme pour que la jeune femme soit évacuée de l'abbatiale avant la sortie de l'enfant.
Il faudrait faire vite, cette foys aussi, si c'était vraiment le moment de la délivrance qui s'annonçait. Médecin autant que religieuse, la moniale ne pouvait rester immobile devant cette scène. Lors, pour la seconde foys depuys son arrivée dans la nef, Eloin quitta son siège, non sans s'excuser auprès des quelques personnes qui eurent à se déranger pour luy laisser le passage, et rejoignit la -presque- épousée.


Damoyselle, je me nomme Eloin Bellecour, évesque de Limoges et diplômée de médecine de part l'ordre lescurien... Avez-vous senti un liquide chaud et visqueux s'échapper de vostre entrejambe ?

La dernière phrase avait été dite si basse que seule l'intéressée l'entendrait, de la réponse donnée par la jeune femme dépendrait la suite des évènements.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:26



Et l'on arrivait aux consentements. Pur formalité bien souvent. Quoique il arriva qu'un marié soudain affolé face demi tour au grand dam de la famille qui s'était déplacé et surtout de la sienne qui voyait une dote lui échappé.
Le contrat signé entre les famille laissait peu de place aux états d'âmes de dernières minutes, mais tant que les oui n'étaient pas ouï, oui oui, que le prêtre n'avait pas béni, le choix était encore permis.
Enfin, connaissant l'un et l'autre, la comtesse écoutait avec attention. Sait on jamais.

Mais qu'avait il donc murmuré qu'elle vit sa fille se crisper. Pourtant, elle avait bien entendu. Il avait dit OUI. Et elle?
Ahhhhhhhhhh non, pas maintenant, pas avant d'avoir dit oui aussi.
Il manquerait plus qu'elle n'accouche en pleine église sans être marié.
Ah, ça, elle le dirait son oui, même au milieu de la douleur, foi de Plantagenêt!

Sans y penser, elle se leva assez brusquement. Entre inquiétude et exaspération, la mère se disputant avec la comtesse, Icie resta planter devant son siège, tendant l'oreille aux propos de l'abbesse qui se tenait près de sa fille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:27



        « La vie m’a appris une chose : Quand il y a urgence, il faut parfois savoir ne pas se presser. »
          De Christian Blanc.



    Euzen …

    L’œil tournait vers l’officiant, le borgne n’avait rien vu du changement d’expression de sa Muse, qui est passé de l’inquiétude contenue, à la surprise pour finir sur la peur. Et c’est bien elle, qu’il découvrit en se tournant vers elle après son faible appelle. La peur dans le regard … Les mains crispaient sur le renflement de son ventre … Il ne fut pas long à comprendre. Non … Non, non, non, non, non. Pas ici, pas maintenant … Décidément, se mioche prouvait déjà qu’il était bien le leur, à ne rien faire comme il devrait.

    Du calme, songea-t-il, du calme.

    Et ce n’était pas une mince à faire. Combien d’homme serait capable de garder un sang-froid parfait dans ces moments-là ? Peu. Et il n’était pas sûr d’être de ceux-là. Il n’avait guère le choix pourtant, trop de choses en dépendaient. Une goutte de sueur lui refroidit l’échine. Il frissonna. La sensation n’était pas des plus agréable mais eu le mérite de le refroidir aussi les nerfs. Il souffla légèrement. La panique était toujours là, présente en sous face, prête à exploser au moindre imprévu dans ces plans. Mais pour l’heure, elle était contenue.

    Que faire à présent ?

    En quelques instants, ils ne furent plus seuls face au diacre, l’évêque les avait rejoint détournant ainsi l’attention d’eux à elles, laissant ainsi au borgne quelques minutes de répit. Très bien. Il réfléchit à toute allure. Le Oui final de sa jeune fiancée, devait être dit avant qu’elle ne soit évacuée, ça c’était une certitude, ou tout cela aurait été fait pour rien. Ce qui n’était pas envisageable. Mais la baronne de Lusignan n’était pas la seule inconnue à l’équation. Lentement, son œil dévia sur les invités et trouva sans peine le visage qu’il cherchait. La sauvage était toujours là … Le Corniaud s’obligea à ne pas s’attarder sur elle et très vite se mis en quête de son valet qu’il trouva, en retrait du cœur de l’église. Il lui fit signe d’approcher. Ce que l’espagnol fit sans attendre. Le temps comptait, aucune seconde ne devait être perdu.



    - Dès que l’attention des invités se sera un peu émoussé, fais sortir la sauvage et ramènes-la à la maison. Installe là dans son ancienne chambre et assures toi que la nourrice soit éloigné. Je ne veux pas qu’elle mette un pied chez nous jusqu’à que tout cela soit finit. Mais fais venir l’accoucheuse, qu’elle commence le traitement pour Salva et prépare l’arrivé d’Algédor. Nous arrivons dès que possible … Ah ! Et, prévient le cochet de ce tenir prêt.


    De lèvre a oreille, un ton à peine susurré il fit attention de n’être entendu que de l’espagnol. Une chose de faite. Enfin, qui le serait totalement quand son ancienne esclave ne serait plus de la cérémonie. L’angoisse le repris. Et si tout échoué ? Au propos que l’évêque avait tenu à sa Muse, le borgne devina une certaine connaissance de la médecine. Si elle s’entêtait à la délivrer elle-même ? Tout leur projet échouerait lamentablement. Organisait, gérer, il retrouvait toujours son calme ainsi … Un pas vers la future mariée, il lui prit doucement la main.


    - Asseyez-vous … Il n’y en a plus pour longtemps … Nous quitterons rapidement cet endroit … Ne vous en faites pas.


    Voilà qui était culoté, demander à une femme, qui allait bientôt donner la vie en jouant la sienne, de ne pas s’inquiéter. Mais que pouvait-il dire d’autre … ? Rien. Jetant un regard à Rapha qui semblait totalement pétrifié, le borgne fut surpris de le voir encore début. Allait-il pouvoir terminer la cérémonie ? Rien n’est moins sûr … Finalement, il se tournant vers Eloin.

    - Pourriez-vous faire quelques choses pour accélérer … tous ceux-ci ? Il engloba l’endroit d’un geste vague. Le temps presse et … Nouveau coup d’œil au diacre. Il semble sous le choc …

    Ce que le Navailles tentait de demander à demi-mot à la monacal était bien de reprendre en main la cérémonie et de la terminer dans les plus bref délais. Comprendrait-elle ? Accepterait-elle ? Ou Rapha se reprendrait-il dans les secondes à venir ? Quoi qu’il en soit, tout cela devait se terminer …

    Et vite !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:27



A l'invitation que le -presque- époux fit à sa promise d'aller s'asseoir, l'abbesse approuva d'un simple hochement de teste. Cela ne soulagerait point les douleurs de l'enfantement, certes, mais cela aurait au moins le mérite de soulager ses jambes.

Puys il s'adressa à elle, luy mandant de prendre le relais. Eloin leva son regard vers le diacre, qui semblait pétrifié par la situation. Sa réflexion fut brève, avant qu'elle ne se tourne de nouveau vers la baronne. Elle n'enfreignait nulle loy en prenant la suite de Rapha, et elle avait jà eu à remplacer un clerc au pied levé, par le passé.


Damoyselle Nahysse de Plantagenet, voulez vous prendre pour époux messer Euzen de Montbazon-Navailles cy-présent, dans la sainteté et la confiance, pour vivre avec luy dans l'amour de chaque jour ?

Voulez vous faire dépendre votre bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amour de Dieu sur terre ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:28



La cérémonie prenait une tournure inattendue.
En plein milieu des échanges, alors que les futures épousés devaient se dire "oui", voilà qu'il semblait que la mariée entrait en plein travail.
Trop tôt, c'était beaucoup trop tôt. Du moins pas avant que la cérémonie soit finie et qu'ils soient officiellement mariés devant Aristote et l'assemblée ici présente, sinon tout cela aurait été fait en vain.

Balian oublia completement sa compagne du jour et le petit jeu auquel il jouait avec la baronne depuis le début de la journée.
Toute son attention était portée sur son fils.

Son fils allait être père. Sa chair.. son sang.
Bon sang que les années passaient vite, il se revoyait encore fracassant la porte de la chambrée de Kali, n'en pouvant plus de l'entendrer hurler de souffrance. Pour finir par voir son fils pour la première fois avant de lui donner son premier bain.
Si petit, si fragile, il avait été secoué ce jour là. Comment se faisait il qu'il y avait à présent un gouffre si profond entre eux ?

Si euzen avait déjà deux filles, celles-ci n'étaient pas de leur sang. Balian ne pouvait expliquer ce qu'il ressentait, mais il savait déjà qu'il aimait cet enfant à naître.
Eloin prit le relai une fois Nahysse assise, bien que cela ne la soulage pas vraiment.
le navet senior fut alors interloqué. Son fils venait d'appeller son valet, lui donnant quelques directives. Sans doute pour préparer l'évacuation de la mariée, il ne put s'empêcher de regarder ce qui se passait, curiosité oblige avant de chercher du regard la baronne. Sa promise à lui.. il ne savait quoi faire, peut être qu'elle le guiderait.. ou non..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:28



Le frère Rapha pétrifié dit d'une petite voix à Euzen,

Norf de norf, mon ami c'est justement ce qu'il ne fallait pas qu'il arrive je ne peut continuer la cérémonie, les accouchements ont toujours été pour moi un moment donc je ne retient que l'évanouissement, Monseigneur Eloin sera plus que compétence ne t'en fait pas.

Puis d'aller en direction de la sacristie, le visage complètement blême, déglutir ce qu'il avait mangé la veille dans les sceaux que le petit jardin de la sacristie aimait à garder

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:29





    Un signe. Une approche.
    Quelques mots chuchotaient, le voilà informé.
    C’est bien ce qu’il avait craint.

    Posant ces iris sur la future mariée, le Fiel ne put que compatir. Il appréciait la jeune baronne, à sa manière. Elle n’avait pas piétiné sur ces plates-bandes depuis qu’elle s’était officiellement accaparer son jeune maitre. Mieux, elle savait pour eux et n’en avait rien dit. En avait-elle été étonnée ? Choqué ? Il ne savait même pas car rien dans son comportement n’avait laissé deviner un quelconque sentiment négatif vis-à-vis d’eux et de lui en particulier. Elle lui avait même semblait plus sympathique à son égard, mais ce fait était surement le fruit de son imagination. Pour cela et pour bien plus, il éprouvait une certaine inquiétude pour elle mais ça n’allait pas au-delà. Ces véritables appréhensions étaient pour son jeune seigneur et l’enfant à naitre. Les enfants à naitre. A cette pensée, il chercha Catherine du regard. Ils étaient de lui et lui tenait déjà à eux, alors il n’en fallait pas plus au Fiel pour leur accorder plus d’attention qu’à beaucoup d’autre.

    Comme leurs mères …

    Il savait ce qui se préparait, l’espagnol, et l’acceptait. Pis, il aiderait à ce que tout ce passe comme prévu. C’était d’ailleurs là, la demande du blond et le brun hocha la tête. Pas un mot de sa part. On ne lui demandait pas de parler, juste d’écouter et d’obéir. Parler, discuter, échanger, ils le feraient plus tard, quand toute cette histoire serait derrière eux. En attendant il devait agir. Retournant dans l’ombre pour attendre le même propice, le Fiel se remémora les demandes du futur marié.

    Faire sortir Slava et l’emmener rue des bouchers.
    Y amener l’accoucheuse également.
    En écarte, Jeanne, la future nourrice. Note lui-même : Trouver une excuse convaincante. Il ne se faisait pas de soucis, il trouverait.
    Prévenir le cochet.

    Rien de bien sorcier. Seul le tempo était serré. Contournant la nef pour rejoindre l’autre côté de l’église, veillant toujours à ne pas se faire remarquer, l’hispanique s’approcha au plus près du rang sur lequel était installer la sauvage et profita de la sortie du diacre pour s’approcher d’elle. D’une tape légère sur l’épaule, il lui indiqua sa présence et se pencha à son oreille.


    - Viens avec moi et, s’il te plait, ne fais pas d’histoire …

    Il la vit hésité, compréhensible vu ce qui allait suivre. Il ne lui permit que cela et dès que possible, l’entraina dehors en sortant par l’une des portes latérales de l’édifice. Première tâche faite. Il exécuta la seconde en s’éloignant un instant de la rousse pour s’adresser au cochet placé le plus prêt de l’entrée de l’église. L’attelage était plus que luxueux et guère discret. Qu’importe, il était le plus proche, s’était l’essentiel.

    - He ! mon gars ! Tiens-toi prêt à amener les mariés aux 24 rue des bouchers dans tarder ou la mariée accouchera dans ta voiture !

    Il l’entendit grogner et émettre un début de protestation. Le brun ne l’écouta pas, il avait déjà tourné les talons pour rejoindre la seconde mère, celle à qui le pire serait fait.

    - Allons-y.

    Grimpant à suite, il se laissa choir en face d’elle sur la banquette. Sans attendre, le coche tressauta et se mit en mouvement. Voilà, il ne pouvait plus qu’espérer que son amant sache se débrouiller sans lui. Rien de moins sûr au regard du Fiel …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:29




« La renifleuse des croyances mortes
Elle m´a suivie, pas à pas.
La garce, que le Diable l´emporte!
Elle est revenue, elle est là. »*


    Elle est là. Belle et bien là. Insidieuse et vicieuse. Elle ne l’avait jamais vraiment quitté, non. Elle l’avait toujours sentit s’agiter, tressauter, ouvrir un oeil pour mieux le refermer. Duper la vigilance, duper la prudence, elle y était parvenue et de la plus vieille manière qui existe : en envoyant des leurres, en faignant des attaques. Tel un assaillant, assiégeant un château, elle avait mené quelques raides mineurs sur les remparts pour les évaluer, pour affaiblir la défense et pour endormir cette dernière en exacerbant sa confiance.

    Opération réussit …
    La peur la gagnait …


« Elle nous fait des mains blêmes
Et de longues nuits désolées.
La garce! Elle nous ferait même
L´hiver au plein cœur de l´été. »*


    La jeune baronne avait cru qu’elle réussissait à la contenir, à la contrôler. Elle y était parvenu jusque-là, jusqu’à l’assaut final. Mais elle savait à présent qu’il n’en était rien, qu’elle ne contrôlerait rien … Chaque fibre d’elle-même vibrée en accord avec cette peur, qu’accompagnait le tempo de la douleur. La chanson était macabre et terrifiante. Les larmes lui virent. Ces oreilles bourdonnaient et elle n’entendit pas ou plutôt ne parvient pas à comprendre ce qui lui était dit. Trop, s’en était déjà trop. Des mois d’angoisse et de craintes ne suffisaient pas. Non. Il fallait aussi que dans cette ultime épreuve, elle souffre et qu’elle souffre seule. Car elle ne se leurrait pas sur ce point-là. Son bel Euzen, son tout nouvel époux ne serait pas à ces cotés le moment venu. L’accouchement, c’est une histoire de femme, qui n’est écrite que par des femmes. Les hommes, eux, n’ont pas voix au chapitre. Leur rôle s’arrêter à l’entrée de la chambre où ils trouvent portes closes.

    Nouvelle vague.

    De peur et de douleur. Ils étaient tant entremêler à présent que la distinction n’était plus possible. Les images de la naissance de ces neveux et nièces lui parvinrent. Du sang, partout. Des cris, la vie. Un râle, la mort. A présent assise, elle se recroquevilla sur elle-même comme elle put. Elle ne voulait pas mourir. Non, elle ne voulait pas …


« Allez, va t-en porter ailleurs
Avec ta triste gueule de l´ennui.
Je n´ai pas le goût du malheur.
Va-t’en voir ailleurs si j´y suis! »*


    Puis un sursaut.

    Non pas celui du corps mais de l’âme. Ce n’était pas finit ! La bataille ne faisait que commencer, elle n’avait pas encore perdu. Relevant les yeux, le visage blême, elle les posa un instant sur celui dont elle portait dorénavant le nom. Il l’observait. Il attendait. Quoi ? Glissant ces iris sur son coté, elle aperçut l’évêque. Glissant de l’autre côté, elle ne trouva pas Rapha.


    - Algédor … dites-le …

    Enfin, elle comprit. Mais une nouvelle vague l’atteignit et stoppa la course de son souffle dans sa gorge, bloquant par la même occasion, les mots qu’ils portaient. Alors elle hocha vivement la tête jusqu’à que sa voix lui soit rendu.

    - Ouuiii … oui, je le veux …

    La vague s’était retiré, elle pouvait respirer. Un peu …



[hrp]Post fait à la demande de Jd Nahysse.

*Extrait de la chason de Barbara « La solitude » légèrement modifiée sur deux mots.
[/hrp]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:30



La promise, dans un état second, mis un certain temps à répondre, temps qui paru suffisamment long à la moniale pour que son dos ne luy envoie des signaux de souffrance. A son âge, se trouver à demy-penchée n'était guère une station agréable, pour autant elle ne se permettrait point de s'asseoir aux côtés de la future mère. Différence de rang et de statut, elle ne se le pouvait permettre.

Lors, pour soulager ce buste qui menaçait de se bloquer si elle ne changeait point de position prestement, l'abbesse posa un genou à terre, préférant amplement supporter la douleur que le sol pavé provoquerait à son articulation. Et de reporter son regard sur le futur époux.


Il me faut les alliances, messer...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:31



"Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat."

Parfois l'éternité parait se parer d'atours curieux: la flamme d'une chandelle, le souvenir du rire d'un enfant et les minutes suspendues à des mots.
Le jeune presqu'épousé prenait les choses en main. Elle perçut plus qu'elle ne vit le reflux de la douleur. Les mères ont, dit on un sixième sens, ce lien invisible mère-enfant que le temps n'efface pas.

Point n'était besoin de mot pour percevoir le combat que livrait sa fille. Tant de fois elle avait vaincu l'affrontement avec la "Vilaine" . Ce jour c'était aussi pour deux qu'elle s'apprêtait. Pour deux? pas seulement, pour une famille unie devant Aristote
.


"Ouuiii … oui, je le veux … "

Le soulagement détendit ses traits. Le "oui" fatidique était prononcé et ma foi, il semblait qu'Aristote accorde un délai pour l’évènement à venir.
Le temps nécessaire au sacrement du mariage. C'était bien suffisant.

Icie adressa un sourire reconnaissant à l'abbesse. Cette femme lui était inconnue mais il n'était qu'à observer son attitude pour voir en elle une femme de bien. Il faudrait qu'elle la rencontre, elle s'en fit la promesse.

Les alliances.........regard inquiet vers son futur gendre.
Il ne manquerai plus qu'elles soient égarées. Enfin........ce n'était là que des anneaux, symboliques certes, mais dont l'absence qui ne gênerait nullement la cérémonie.



(Goethe: Maxime et réflexions)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:32



        « Alliance au doigt : on est un pigeon bagué. »
          de André Birabeau



    Les alliances … Les … alliances …

    Un instant, le borgne observa la monacal avec l’air de celui qui découvre quelqu’un ne parlant soudainement plus la même langue que lui. Il s’était tant focalisé sur le Oui fatidique, sur l’approbation de sa Muse quant au but final de cette cérémonie qu’il en avait complétement oublié ces anneaux maudit, censé symbolisé sa condition d’homme lié. Quand et s’il le porterait évidement …

    Son esprit bloqua, refusant d’assimiler la demande de la religieuse. Ils n’en avaient pas fini … Il ne pouvait pas l’emmener … Son œil se porta sur sa presque épouse. L’urgence était pourtant bien là. Il devait la faire sortir. Elle ne pouvait pas mettre leur enfant au monde là, dans cette église, au vu et au su de tous car alors, leur mensonge ne serait plus possible. Non, elle ne devait pas ou tout échouerait car alors tous saurait qu’il n’y en avait qu’un et non deux. S’il n’y en avait bien qu’un … Cet inconnu était surement le plus grand danger de l’équation qu’était leur future duperie. Et cette pensée glaça le Corniaud. S’il s’avérait que sa Muse en porte bel et bien deux en elle, alors il ne pourrait que s’avouer vaincu. Tant de projet et de sacrifices devenu inutile par la volonté vengeresque du Très-Haut. Lui offrir deux enfants d’un même ventre serait un cadeau empoisonné qu’il ne pardonnerait pas à cet être divin.

    Qu’il ose, qu’il lui faire cela !

    S’était une situation plus que probable pourtant, le jeune seigneur le savait. Le frère ainé de sa fiancée avait eu des jumeaux et de son propre coté, ils étaient légion. Ces propres frère est sœur n’allaient que par deux, à se demander si lui-même n’avait pas un double planqué quelques part. Silencieusement, il en fit le décompte. Pour les Sokrates : Heaven et Helie. Pour les Montbazon : Ambre et Rose, Victoire et Jehan, Ange et Angelo, Marthio et Marrius, Léandre et Gildwen, Jiliann et Pertacus, Nemesis et Isil. Certain étaient déjà passé de vie à trépas, d’autre vivait encore, mais qu’importe, le fait était là : Ils sont tous nés par paire ! L’angoisse le reprit. Il avait tenu cette crainte relativement éloigné jusqu’ici mais l’approche de la future révélation la faisait resurgir plus forte que jamais. Elle ne pouvait pas en porter deux … Elle ne devait pas ! Et la sauvage non plus … Double risque.

    Revenant lentement à l’instant présent, le borgne jeta un nouveau regard à l’évêque avant de se lever. Les alliances. Il fallait que tout cela se termine et vite ! Les alliances donc ! Se tournant, il chercha l’ex capitaine de l’œil, celle qui un temps fut son amante, celle qui, quelques années auparavant, portait probablement son enfant avant de le perdre sur un champs de bataille, celle pour qui il s’était joint à cette guerre et avait finalement perdu un œil : Aldraien. Il la trouva sans peine, a quelques pas et la rejoignit part de grande et rapide enjambée.


    - Ou sont-elles ?

    Il ne fut pas utile, pour le Montbazon de préciser ce que représentait le Elles en question car déjà, un petit coffret atterrissait dans ces mains.

    - Merci.

    Demi-tour, il fut de retour prêt de la monacale et de sa presque épouse. Sans attendre, il tendit les anneaux toujours dissimulé dans leur écrin de bois à l’évêque.

    - Les voilà.

    Et de nouveau, il s’agenouilla prêt de la future mère, prenant ces mains dans les siennes. Il ne pouvait guère faire plus pour la soutenir actuellement …

    [hrp]Action faite à Aldraien avec autorisation de sa joueuse.[/hrp]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:32



Eloin se saisit du coffret et l'ouvrit pour en extraire les deux anneaux, qu'elle prit dans sa main un bref instant.

Qu'Aristote bénisse ces alliances ! Puyssent-elles représenter le signe éternel de vostre réciproque amour !

Puys elle reporta son attention vers les futurs époux, avant de tendre sa main pour qu'ils puyssent reprendre les deux anneaux.

Vous pouvez vous échanger les alliances, maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:33




        « L’amour aime imparfaitement. »
          de Jean de Sponde




    Amour réciproque … Mouais.


    En d’autres lieux mais surtout d’autre temps, le nez du jeune seigneur se serait surement plissé pour mettre en image le sentiment de son propriétaire à l’égard de ce terme et de tout ce qu’il représentait. Il n’aimait pas l’amour. S’était, à ces yeux, un sentiment avalisant qui vous transformez en l’ombre de vous-même, tout en étant capable de vous faire faire les pires folies. L’amour et la raison ne sont pas compatibles, et le borgne préférait la raison. C’est d’ailleurs elle qu’il tentait de retrouvait à l’instant même …

    Avisant les anneaux que la monacale lui tendait, il eut une hésitation. Non pas sur sa volonté à voir son union aboutir, il avait déjà donné son consentement. Les jeux étaient faits, les alliances n’étaient qu’une formalité. Mais plutôt sur la capacité de sa jeune promise à lui passer la sienne au doigt. Un « oui » avait été suffisamment compliqué et en vue de la suite, mieux valait qu’elle préserve ces force au lieu de les éparpillés à des gestes … Inutile ? L’évêque verrait-elle d’un mauvais œil s’ils déroger quelques peu aux traditions ? C’est qu’il y avait urgence là … Et ils n’étaient plus à cela prêt, après tout. Se saisissant finalement des deux boucles en or, il gratifia la Bellecour d’un bref
    « Merci » avant de passer le plus petit à l’annulaire gauche de la baronne de Lusignan. Nouvel instant de doute. Finalement il se passa lui-même le second au même doigt. L’alliance lui sembla bien lourde … Coup d’œil à l’officiante, il lui adressa un sourire contrit.


    - Navré … Se redressant de toute sa hauteur. Nous nous passerons du baiser finale si vous n’y voyez pas d’inconvénient … C’est qu’il n’aurait guère de sens vu la situation.

    Bien. A présent, ils pouvaient la faire évacuer. Ce qui restait à faire ici ne nécessité par leur présence. Cherchant sa belle-mère de l’œil, il avisa la Comtesse à deux pas de là. Surement s’était-elle approchée en voyant sa fille mal …

    - Votre Grandeur, vous est-il possible de faire la lecture du contrat de mariage à tous ici présent, le temps que nous fassions sortir Algédor ?

    Revenant sur la cistercienne.

    - Pourriez-vous confier le certificat de mariage à la Comtesse Icie ensuite ?

    D’un mouvement de tête, il la lui désigne la Comtesse en question. Et sans vraiment attendre l’assentiment de la mère inquiète ou de la monacale, il se pencha une énième fois vers sa Muse. Passant une main sur ces cheveux, il y déposa ensuite un baiser avant de murmurer

    - Il va falloir prendre sur vous … Un coche nous attend à l’extérieur, il vous ramène à la maison … Il n’y a que la nef et le perron … Vous allez voir, ça ira …


    Croyait-il lui-même à cette dernière affirmation ? Pas vraiment, mais l’essentiel était qu’elle y croit, elle. Il y avait néanmoins un détail auquel le borgne n’avait pas songeait … La robe. Lourde. Imposante. Encombrante. Il jura entre les dents. S’il voulait l’emmener, il devait l’en défaire. La porter avec ça été humainement impossible ! Mais comment le faire ? Il tourna autour de l’assise de sa jeune épouse comme un lion en cache cherchant la manière d’ouvrir la boite contenant la clef de sa délivrance. Fébrile, il testa les divers lacets dans trouver de solutions. Voilà pourquoi il préférait les cottes ! Les robes normal étaient déjà complexe à leur retirer mais alors les robes de mariées … Se tournant vers la foule d’invité, avide de spectacle mais avare d’action, le borgne laissa éclater sa colère.

    - Y’en a pas un pour m’aider, Nom d’un Chien !

    Et comme une nuée de mouche qui s’agite et s’éparpille à l’arrivé d’une main sur le met qu’elles dégustaient, tout se mis en mouvement. Qui fit quoi ? Il fut bien incapable de le dire. Ce ne fut plus qu’un défilement de froufrou et de couleur pour lui. Finalement, la jeune mariée fut délestée de sa tenue. Seul une longue chemise la couvrait encore. Alors il chassa les ombres comme il l’aurait fait des insectes volant et s’approchant de la future mère. Alors, aussi délicatement qu’il le pu, il passa un bras sous ces jambes, l’autre sous ces bras et la souleva contre lui. Elle était trempée … Puis certes, elle n’était plus la jeune fille fluette, guère plus lourde qu’une plume, mais l’exercice restait faisable. Si sa jambe de ne lâcher pas … Il sentit d’ailleurs une vive douleur lui traverser la cuisse au premier pas vers la sortie. Vieux souvenir de la guerre en Poitou. Nouveau pas. La douleur se fit moindre. Soulagement, elle tiendrait …

    - Qu’on la couvre !

    Novembre. Chemise mouillée. Il ne fallait pas qu’elle attrape la mort … Une cape inconnue sur déposer tant bien que mal sur son fardeau. La non plus, il n’adressa pas un regard au bon samaritain. Toute son attention était portée sur sa Muse. Et sur fut ainsi qu’ils sortirent. La nef. Le perron. Les marches. La place. Le coche. Il y était. La hisser fut délicat mais ils irent parvinrent. Alors, le tout jeune époux fit claquer la porte de l’habitacle et s’installa prêt de celle à qui il était désormais lié.


    La voiture de mis en branle.
    Ils étaient mariés …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 19:34



Et bien l'on pouvait parler d'une sortie en fanfare. Mais l'honneur était sauf, unies devant Aristote et advienne que pourra.
Ses mains étaient moites. Elle aurait bien été en mal de dire si c'était en raison de l'anxiété pour sa fille, de l'épilogue tout de même peu commun de cette cérémonié ou d'un certain agacement.
Son gendre, puisqu'ainsi nommé désormais, lui fit donner le contrat de mariage.

Ah oui, depuis plusieurs mois déjà il était prêt, patiemment négocié entre les familles dument. L'heure était venu d'en faire lecture aux proches par devant témoins
.

La comtesse s'appuyai discretement sur une colonne . Au moins cette lecture détournerai les invités du spectacle de la marié, jupons relevés et porté tel une malle, hors de l'Eglise.
Fallait il vraiement tout lire?


Soupire

Elle commença tout d'une traite


Pour que tout un chacun sache,
A été établi contrat de mariage entre Euzen de Montbazon-Navailles et Nahysse de Plantagenet de Montfort-Balmyr.
A tous ceux qui liront ces présentes lettres, nous, Icie Algédor de Plantagenet de Montfort-Balmyr, Comtesse de Salbart, Vicomtesse de Bressuire, faisons savoir que, par devant dame Mathilde de Vaucansson, héraut et notaire, il est personnellement établi que .........


Et s'en suit les noms et titres des fiancés et désormais époux

ont reconnu et confessé avoir fait et passé les accords de promesses et de convenances de mariage en la forme et manière qui s'ensuit.

Et on continue encore des noms, des titres , ceux des témoins

C'est à savoir que le dit messire Euzen de Montbazon-Navailles seigneur des Portes a promis et convenu de prendre pour femme et épouse la dite damoiselle Nahysse de Plantagenet de Montfort-Balmyr baronne de Lusignan. Et semblablement la dite damoiselle Nahysse de Plantagenet de Montfort-Balmyr par le moyen et conseil et consentement de nobles hommes et femmes Victoire. Aulanha Pénélope Devirieux de Montbazon-Navailles, Duchesse de chasteau de Queryras, Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint Chaffrey et de Mirmande, Grand Bailli de l’Ordre Royal des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem; Alandrisse de Montbazon-Navailles de Lortz, Comtesse consort de Pesenàs, Vicomtesse de Lomagne, Vicomtesse de Cecenon, Baronne consort de Lou Piochet; Aldraien Sybell de Malemort-Carsenac, Baronne de Ussac, Dame de Chamaret et Cobrieux ; Gauvhin de Plantagenet, seigneur de Montaigu; Balian de Montbazon-Navailles, seigneur des Ferrassières; ici présents et consentants, et plusieurs autres affins par le moyen desquels celle-ci a promis de prendre pour mari et époux le dit messire Euzen de Montbazon-Navailles, Dieu de Sainte Mère Eglise Aristotélicienne à ce consentant et accordant.

Mais que diantre fallait il tant de phrases alambiquées? Ce n'était rien de le lire mais de le dire, c'était une autre histoire.
Elle passa sa langue sur sa bouche. A la sortie de l'Eglise, espérons qu'il y aurai à boire!


Et pour faveur, amour et contemplation de ce présent mariage afin qu'il sortît plein et pur fait en Sainte Mère Eglise Aristotélicienne les dites parties précitées et devant les témoins dessus cités, ont reconnu et confessé avoir fait et passés entre eux les accords, promesses et donations en la forme et manière qui s'ensuit.

Ah voilà le plus important. Tout le monde écoute? Pas sur mais peu importe.

C'est à savoir que le dit messire Euzen de Montbazon-Navailles, seigneur des Portes, futur époux en faveur du dit mariage, a voulu et consenti, veut et consent par ces présentes que s'il advient que le dit Messire Euzen allait de vie à trépassement avant la dite damoiselle Nahysse sa future épouse, celle-ci lui survivant en ce cas, messire Euzen a voulu et accordé expressément en faveur du dit mariage que la dite damoiselle Nahysse, future épouse aille et prenne sur la portion des biens meublés du dit messire Euzen, la somme de mille écus, de bon or et de bon poids ou la valeur de ceux-ci, et qu’elle soit, en l’absence de descendant du dit messire et de la dite damoiselle Nahysse, la dame aurait l’usufruit pour le reste de sa vie tant seulement de toutes les maisons, héritages, cens, rentes, dîmes et autres devoirs et généralement de tous les droits de quoi elle aura porter et posséder par le cours de sa vie tant seulement.

Et semblablement a été accordé par la dite damoiselle Nahysse, future épouse en faveur du dit mariage, et devant les témoins précités que s'il advient que la dite damoiselle Nahysse allait de vie à trépassement avant le dit messire Euzen, son futur époux, en ce cas a été expressément accordé par la dite Nahysse qu’elle veut et consent par ces présentes et en faveur du dit mariage que le dit messire Euzen soit seigneur en usufruit pour sa vie durant tant seulement de toutes les maisons, héritages, cens, rentes, dîmes et autres devoirs et généralement de tous les droits de quoi elle aura porter et posséder par le cours de sa vie tant seulement.

Il a été également accordé entre les dites parties et en faveur du dit mariage que s'il advient que damoiselle Nahysse, future épouse, ait descendants et qu’ils soient reconnus par le dit messire Euzen de Montbazon-Navailles, seigneur des Portes, comme issu du dit mariage.........


Ahhhhhhh c'était de circonstance

et que ce soit un mâle, en ce cas la dite damoiselle a voulu par les moyens et faveur de ce mariage, a voulu et consenti, veut et consent par ces présentes que le dit descendant du dit messire Euzen et de la dite damoiselle Nahysse, soit baron de Lusignan et des appartenances de celle-ci, que le dit messire Euzen soit seigneur en usufruit jusqu'à la majorité de l'enfançon.

Il a été, de plus, accordé entre les dites parties et en faveur du dit mariage que s'il advient que damoiselle Nahysse, future épouse, ait descendants et qu’ils soient reconnus par le dit messire Euzen de Montbazon-Navailles, seigneur des Portes, comme issu du dit mariage et qu’il n’y est aucun mâle héritier, en ce cas le dit messire Euzen a voulu par les moyens et faveur de ce mariage, a voulu et consenti, veut et consent par ces présentes que la dite descendante du dit messire Euzen et de la dite damoiselle Nahysse, ait pour dot à sa majorité la baronnie de Lusignan et des appartenances de celle-ci, que le dit messire Euzen soit seigneur en usufruit jusque là.

De plus, il a été accordé entre les dites parties et pour faveur du dit mariage que les futurs époux devront vivre en la même demeure par le cours de leur vie commune tant seulement. Car ainsi a été accordé, fait et passé en faveur du dit mariage.

De plus, il a été accordé en faveur comme précité que s’il advient que le dit messire Euzen, futur époux, ait descendants et qu’ils soient reconnus par le dit messire Euzen, comme issu hors union légitime du dit mariage, en ce cas le dit messire Euzen a voulu par les moyens et faveur de ce mariage, a voulu et consenti, veut et consent par ces présentes que la dite damoiselle Nahysse reconnaisse et consente la responsabilité de l’éducation des dit descendants, tolère et consente la vue et la présence dessusdit au sein de la cellule familiale.


Et semblablement a été accordé par la dite damoiselle Nahysse, future épouse en faveur du dit mariage, et devant les témoins précités qu’eut égard à la notoriété de la famille Plantagenet dont est issue la dite damoiselle Nahysse, qu’eut égard à la famille de Montbazon-Navailles dont est issu le dit messire Euzen, qu’une fois le présent mariage conlus et acté par les moyens précités, la dite damoiselle Nahysse portera alors la dénomination de « Nahysse de Montbazon-Navailles de Plantagenet ».

De plus, il a été accordé en faveur comme précité que toutes autres choses dont n'est faites expresse mention en ces présentes seront et demeureront en faveur du dit mariage es us et coutumes du seigneur des Portes.

De plus, il a été accordé ......


La suite se termina en murmure. Ce n'etait là que formule de politesse, validation par l'hérauderie et autres précisions dont les personnes présentes n'avaient que faire.

Icie replia soigneusement le contrat. Elle en gardait une copie par devers elle, dans son cabinet.
Sourire alentour, et maintenant l'on allais pouvoir s'abreuver tandis que sa fille était en plein travail.
Au moins prendrait-on patience


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   

Revenir en haut Aller en bas
 
Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RP] Mariage d'Espoire d'Amilly et Jean Zwyrowsky
» mariage de Mattdu69 et Chrie6768
» 24 Novembre 1456 : Mariage noble de Rosa et de Louis-Hubert
» Mariage Dandolo et Stephandra
» [Niort 1458] Mariage de Messire Emeric et Dame Lisou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ferrassières :: 1460-
Sauter vers: