AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:33



"Idole, elle doit se dorer pour être adorée." Baudelaire.

A l’heure du départ.

Le luxe de la tenue de la Baronne n’échappa à personne tandis que tous se rassemblaient dans la grande entrée où les rayons du soleil pénétraient à grands flots par les fenêtres se déversant sur le sol couvert de marbre et jouant avec les particules de poussière les faisant scintiller comme de petits éclats d’or.

Mme Patmore s’étrangla presque en mirant la fourrure et les pierres précieuses dont était recouverte la belle rousse.

Ses petits pieds étaient finement chaussés de cuir vert brodé d’hermine. Sa robe d’un vert sombre et soutenu, légèrement bleutée, au décolleté profond moulait son buste et mettait en valeur sa poitrine aux rondeurs exquises. Les manches longues et brodées de perles se prolongeaient en drapé à partir du poignet. Sa taille fine, a contrario de ses hanches larges et chaloupés, était parée d’une ceinture de cuir doré et incrustée de perles et d’émeraudes. Les jupes s’évasaient souplement, dansant avec grâce à chacun des mouvements. Son front était ceint d’un cordon d’or sur lequel était suspendue une magnifique émeraude.

Un manteau de zibeline pourpre et doublé d’hermine recouvrait ses épaules.

Sur une autre femme, ces vêtements scintillants de mille feux auraient paru écrasants. Mais aucune toilette ne pouvait éclipser la beauté de la Baronne. On pouvait lui reprocher bien des choses, de son cœur d’artichaut aux larmes prolixes, à ses colères monumentales… Mais le Ciel l’avait comblé de grâces, de son corps aux courbes divines, à sa longue chevelure bouclée qu’un fin voile de soie immaculée rendait plus chatoyante encore.

Son visage aux traits délicats semblait porter toute la noblesse de son rang tandis qu’elle inspectait famille et domestiques de ses grands yeux verts aussi éblouissants qu’un soleil ardent.


Je vous entends d’ici Mme Patmore ! Oui nous n’avons pas assez d’argent pour préparer du faisan ce dimanche et non je n’ai pas honte de sortir couverte de d’or et d’argent. Taisez-vous où vous finirez à la mine ! Bon les autres voyons un peu…

Mon cousin, vous êtes… Mon dieu, mon dieu, on dirait un ange. Et ma petite jade est magnifique dans sa jolie robe de soie amarante. Merci d’avoir quitté vos pantalons ma chérie.
Yzie et Mathilde vous pouvez monter dans le coche avec nous. Nous ne prenons pas ma voiture mais un carrosse luxueux qui fera office de cadeau pour les mariés. Venez tous voir ça…


Et ainsi tous suivirent la Madone vers la cour, Yzie dans la jolie robe bleue offerte par sa maitresse tenant Jade par main, Mathile trottant derrière avec ses deux tresses et son gros ventre de femme enceinte, et Nathan satisfait à l’avance de l’effet du somptueux cadeau sur la valetaille et autres membres de la mesnie Ambroise.

Quelques cris d’admiration et de surprise. Quatre chevaux arabes et coiffés de plumes gigantesques piaffaient d’impatience depuis qu’on les avait soustraits à leur enclos berrichon au Castel de Lignières. La Baronne se séparait de quelques-uns des plus beaux étalons de son haras. Et Nathan avait dépensé des sommes mirobolantes pour le somptueux carrosse bleu d’argent et frappé aux armes d’Euzen et de sa promise. Pour l’heure les armoiries étaient recouvertes d’un tissu.


Ne restez pas tous comme des andouilles les bras ballants ! C’est magnifique nous savons. Mais nous sommes en retard ! Pressez vous ! Allez Jade grimpe sur la banquette. M’enfin Yzie votre robe traîne au sol ! Tenez la bon sang ! Mme Patmore cessez de rougner ! Surveillez la baraque plutôt !

En route !


Devant le parvis de l’Eglise.

Après avoir passé le voyage à se plaindre soit de son fiancé, soit du coût exorbitant du cadeau de mariage, Johanara se trouva fort contrite de l’arrêt forcé du carosse aux abords de l’Eglise.

Mais que font les traînes lattes devant nous ? Qu’ils quittent leur voiture, que nous puissions descendre devant l’Eglise à notre tour !

Il s’était mis à pleuvoir mais nul orage n’aurait pu freiner l’impatience de la Baronne. Elle frappa contre le carreau et Alexian le maître d’armes assis au côté du cocher glissa prestement au sol.


Pouvez-vous, vous enquérir de la situation ? Qui est la pintade qui bloque tout le monde ? Ordonnez-lui d’avancer !!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:34



Ah la belle occasion que voilà !!

Quelques jours plutôt :

L’invitation reçue ne pouvait pas mieux tombée. Ravi d’une part d’avoir là l’occasion de revoir son filleul, d’autre part de retrouver sa fille ainée, Heaven, sur place depuis quelques jours. Il se trouva également soulagé de pouvoir quitter pour un temps ses fonctions et surtout, s’éloigner un peu plus de Narbonne. Après tout, on lui reprochait suffisamment le fait qu’il ait à sa disposition non pas un mais deux adjoints ! Autant donc que ces deux là servent à quelque chose.
A Montpellier, il avait appris qu’il n’était pas le seul à se rendre à ces noces, aussi, ce fut un vrai convoi qui prit route pour Limoges.
Le voyage avait donc été des plus agréables et le Ténébreux de retrouver sa bonne humeur et une patience inattendue quant aux divers caprices de Joséphine.
Aux différentes villes croisées, ils s’étaient arrêtés dans les auberges pour prendre repos à la nuit tombée, ou simplement prendre un repas le temps qu’on leur changeait leurs chevaux.
Avec lui se trouvaient ; sa fille, Joséphine, son fils, Helie, Gabrielle de Montbray-Sempère de Montbazon-Navailles et son époux et la Comtesse Cebyss de Minerve à qui il avait demandé de bien vouloir être pour l’occasion, sa cavalière. Il ne savait comment serait perçue cette arrivée non prévue, s’en fichait en fait, ne voyant là qu’une belle occasion d’avoir la jolie Comtesse pour lui seul le temps de que durerait ce mariage.


Un appartement avait été loué pour l’occasion et lorsque le petit groupe fut enfin arrivé en la capitale limousine, la veille du grand jour, tous purent prendre un peu de repos bien mérité.


Jour J


Levé à l’aube, il avait apporté à sa tenue un soin particulier, chemise blanche sous un gilet noir agrémenté de fins fils d’argent, braies et bottes lustrée noires, chevelure reliée par un lien de cuir et couronne seigneuriale lui pensant lourdement sur la caboche, épée d’apparat au fourreau. Il arpentait le hall d’entrée attendant que se décide à descendre sa fille, Joséphine, bien entendu !!
Heaven, qu’il était plus qu’heureux de retrouver, allait et venait également, s’arrêtant de temps à autre devant l’escalier desservant les chambres, espérant enfin voir sa jeune sœur pointer le bout de son nez. La belle et séduisante Comtesse de Minerve regardait la scène avec un certain amusement, scène pour le moins classique chez les Cordas cependant. Quand donc Joséphine avait elle été prête dans les temps ? De mémoire, pour Castelreng, JAMAIS !
Le temps s’égrainait et Heaven annonçait une fois de plus « Père... nous allons finir par être en retard.. »

Et lui de répondre une fois de plus… « Elle le fait exprès. Je suis certain qu'elle le fait exprès. Elle va finir par venir de force et en jupon si cela est nécessaire Tudieu ! et où est donc Hélie…»

Ne tenant plus, commençant à être exaspéré des frasques de son ainé et des caprices incessants de sa cadette, il finit par grimper les escaliers quatre à quatre et hurlant presque :


Joséphine ! Crénom d’un chien ! si tu ne sors pas de suite de ta chambre je t’en sors par la peau des fesses !! Et te traine à l’église en jupons s’il faut !

Mots Ôôôô combien magiques qui virent la porte de la chambre s’ouvrir et la jeune peste en sortir regardant le paternel avec dans les yeux cet air de défis qu’il connaissait que trop bien. L’effrontée va !! Inspirant un grand coup pour ravaler les mots qui n’étaient pas bon à dire pour le moment, il la prit par le coude et lui fit descendre les degrés aussi vite que possible en prenant garde tout de même à ce qu’elle ne trébuche pas et, enfin, ils purent se mettre en route pour rejoindre l’église, espérant ne pas arriver en retard. Il n’était plus question d’attendre, Helie n’était pas dans les parages, qu’à cela ne tienne, il se débrouillerait et assumerait plus tard la colère paternelle…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:35



    Quand la valetaille s'en mêle !


Alors qu'elle attendait qu'Elea se décide enfin à trouver une solution, Victoire avait l'étrange impression qu'on l'épiait derrière la portière. Doucement elle se retourna pour se trouver nez à nez avec Alexian.
Pour un peu elle lui aurait demandé des nouvelles de la Baronne, mais l'heure n'était pas aux formules de courtoisie, aussi elle l'interrogea du regard en hochant la tête. Le Maître d'Armes ne semblait pas comprendre les grimaces de la duchesse qui, n'en pouvant plus de la situation, entrouvrit la portière et finit par lui demander


    Auriez-vous une ombrelle sur vous ?


De toute évidence il n'avait pas pensé à prendre ce genre d'effets avec lui, par contre...

    Donnez-moi votre cape, je suis attendue, il pleut à verses je vous la rendrai sur le parvis.


En deux deux Victoire saisit la cape et s'abrita tant bien que mal sous le tissu courant jusqu'au parvis en serrant le bras de son fiancé.

    Elea dépêchez-vous, vous voyez bien que nous sommes en retard !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:36



    Quand les choses ne se déroulent pas comme on le veut… Bah cela donne toujours des situations que l’on ne pouvait guère imaginer.
    Et c’est bien ce qui se passait à ce moment précis, pour la jeune Elea. Elle se trouvait dans la voiture du fiancé de la duchesse. Et ils étaient enfin arrivée devant l’église. Mais la duchesse ne veut pas sortir de la voiture… Ne pas se mouiller, pour ne pas abimer la beauté qu’elle était.

    Ni une, ni deux, la jeune brune cherche alors en sa tête, une solution pour que la duchesse sorte enfin de la voiture, qu’ils puissent entrée tout trois se mettre à l’abri. C’est que d’attendre… Bah y’a des embouteillages devant le parvis !

    Mais rien ne lui vient à l’esprit. Elle aurait dû penser à prendre une ombrelle pour la protéger, et elle-même pour l’occasion. Mais non, bien trop perturbée par le mariage… Elle n’y avait guère pensée.

    Et alors que tout semblait perdu, Alexian fit son apparition… Tel un sauveur, oui car pour sûr, il sauverait Elea d’une sacrée situation. Car cette dernière commençait déjà à s’agacer du comportement de sa cousine. Certes, elle comprenait que celle-ci ne veuille pas se mouiller, mais de là à arriver en retard, et bloquer toute la circulation des cortèges qui se présentaient… Cela ne lui plaisait pas vraiment.

    Et que dire, lorsque celle-ci s’empare de la cape du gentil Alexian, s’enfuyant bras dessus dessous avec son fiancé… Laissant sa pauvre cousine, dame de compagnie, la dans la voiture, sans aucun moyen de sortir sans se mouiller… Nan mais je vous jure !

    Qu’il en soit ainsi, la brunette se lève alors prestement, relevant les pans de sa robe, faites pour l’occasion… Sur la pointe des pieds descendre les quelques marches, lâchant un joli sourire à l'intention d'Alexian puis de se mettre à courir doucement vers le parvis…

    Une fois à l’abri, l’on pouvait admirer la beauté de sa robe :




    Elle n’avait pas trop reçu de pluie, cela n’avait en rien abimer sa tenue, ni même sa chevelure… Relâchée pour l’occasion. De couleur ébène, ondulée qui redescend le long de son dos… Et d’un collier, avec une pierre… Bleue, comme sa tenue, pour faire ressortir la couleur de ses yeux…

    Elle était donc là, proche de la duchesse et de son fiancé… Observant le carrosse qui était à leur suite… Magnifique, il n’y avait pas d’autres mots pour le décrire…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:37



    [le matin même]


La petiote venais de se réveiller ,elle s'étira doucement en frottant ses petits yeux. Quand Yzie poussa la porte de la chambre et s'avança vers les fenêtres tirant les rideaux un a un.

Jade plissa le nez et ferma les yeux , la lumière lui faisant mal au yeux.Elle se recoucha doucement en baillant


Déza l'heure de ze lever Yzie? Zuis encore fatiguée moi..

Apparament oui c'était bien l'heure Yzie préparait déja son bain. Elle fit une petite moue mais finit par se lever lentement traînant les pieds au sol.

La nounous la déshabilla et la prit doucement dans ses bras pour la glissée dans le baquet d'eau. Elle commençait a se réveiller et s'amusait avec l'eau laissant la blonde la savonnée.


On vas ou yzie? Ze vas m'entraîner ou on doit allez quelque part avec maman?

Elle comprit après plusieurs explication que Euzen allait se marier avec une dame que jade n'avait jamais vu.Mais qui disait mariage ...disait robe..convenance et tout le restes. Jade allait devoir bien faire attention a vouvoyé tout le monde mais aussi abandonner ses bons vieux collants.

Une fois sa toilette terminée , Yzie l'essuya et l'aida a enfiler la robe rouge pour enfin l'installer devant la coiffeuse.

La petiote se regarda dans la glace et grimaça , c'était une futur chevalière pas une princesse...mais bon pour sa mère elle se devait de faire des efforts.Elle jeta un coup d'oeil a sa robe laissant Yzie brosser sa chevelure dorée.

Une fois ses cheveux attaché avec un seul et unique ruban .Oui oui Jade avait râler quand sa nounous avait essayer de la féminisée trop a son goût
.

Bon.. z'ai finit ze peux dézendre rejoindre mam..euh mère?

Après la réponse positive de sa nounous ,elle dévala les escaliers et rejoint sa mère en faisant des grands yeux .

WOOOOOOW! maman que vous êtes belle!!

Elle lui donne un bisou et glissa sa main dans la sienne en lui serrant.Elle sourit ravie d'avoir fait plaisir a sa mère.

de rien maman. Ze ferais tout pour tu..euh vous faire plaizir.

Décidement, elle avait du mal a vouvoyer la petite.Elle suivit sa mère dehors et pencha la tête sur le coter en observant le carrosse. On aurait dit un de ceux qu'on voyait dans les livres de comte que sa nounous lui lisait.

Elle en restait bouche bée ,paralysée devant le spectacle .Passant des chevaux au carrosse.Elle sortit de sa rêverie quand sa mère ,lui "ordonna" de grimper sur la banquette. Jade enjamba donc la marche enlevant bien sa robe.


    [devant l'église ]


Jade observa le chemin par la vitre , il faisait assez gris pour un jour de mariage. Elle jouait avec une de ses mêches tenant la main de son mentor et écoutant les plaintes de sa mère lui lançant quelques regards de temps a autres. La petite n'avait plus très envie de grandir cela était bien trop compliquer.Elle récita plusieurs fois la phrase

On est bientôt arrivé? On est bientôt arrivé?

Puis elle rit en sentant la main de son mentor sur sa bouche pour qu'elle se taise et obeit de suite quand il lui expliqua qu'une chevalière devait être armée de patience.

Elle sursauta quand le carrosse ce stoppa ,étaient-il enfin arriver? Apparament, oui mais il y'avait un problème de voiturage.Elle lacha la main de son mentor pour qu'il puisse intervernir décidément c'était le plus fort pensa-t-elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:38



[Sacristie de l'Eglise de Saint-Michel-des-Lions, La veille du mariage]

Le cistercien était dans la sacristie, pour préparer les derniers détails de ce qui sera le plus beau jour de deux petiot qu'il aimait bien.
La nuit tombait, et le monde sombrait dans une séparation de sa population, ceux qui s'éteignaient dans un long sommeil, pour les autres la vie y était moins active mais tout aussi fatigante voir davantage.

Le diacre attendait patiemment un des colis les plus importants pour la journée de demain, c'était la caisse qui contenait les boissons alcoolisés.
Cette caisse contenait les plus grands crus du Limousin, elle était essentielle pour la bonne tenue et de la cérémonie, et de la fête qu'il y aurai lieu ensuite.

Préparant, les derniers pains, il les bénits, puis les plaça délicatement dans des torchons, pour qu'ils ne durcissent pas jusqu'au lendemain.

D'un seul coup la porte de la sacristie résonna, c'était sûrement l'alcool.
Le diacre sursauta, puis dit à son secrétaire d'aller ouvrir, c'est à ce moment là qu'en posant la caisse, les livreurs ne firent point attention et brisèrent plusieurs bouteilles.

Les livreurs partis, le diacre découvrit avec effroi le carnage, tout le sol de la sacristie était recouvert de tous les alcools différents que pouvait contenir le Limousin.

La réaction du Baron ne se fit point attendre, criant sur les domestique présent il disait


Bande d'incapable !! Vous n'êtes qu'une bande d'incapable !! Vous avez vu ? Non mais regardez moi ça !!! C'est un carnage !! Le mariage demain en plus, allez activez vous, et faites attention aux deux prie-dieu !

Désignant un des domestiques, il lui dit

Toi vient avec moi, quand à vous si je voit la moindre traces à mon retour je ne répond plus de rien !!!

Le diacre larmoyant de transpiration, ne savait plus comment faire pour stopper cette catastrophe quand il eût une idée, après tout personne ne devrait le savoir...
S'installant à son bureau il écrivit un pli adressé à un grand homme ou plutôt un ami pour lui, qui pouvait l'aider.

Le donnant à son domestique le cistercien qui avait repris ses esprits lui dit avec calme mais néanmoins grande autorité.


Tu vas aller dans les écuries du palais épiscopal prendre un cheval, si quelqu'un te questionne tu lui dira que c'est une affaire urgente pour le Frère Rapha, ils te laisserons passer, tu vas galoper toute la nuit et tu vas aller à Bourges trouver Sa Grâce George Le Poilu, tu le reconnaîtra par sa prestance, et tu lui donneras ce plis, fait très attention c'est très pressant.

Citation :
Cher papy,
Je te fais porter ce plis de toute urgence aujourd'hui, et comme je ne connais que toi, enfin ta cave qui pourrait nous sauver voilà ça tombe sur toi encore une fois.
J'ai les livreurs de l'alcool qui ont fait un réel carnage de bouteille avec celles commandé par des petiots qui souhaitent se marier, du coup est ce que tu peut m'envoyer un convoi en urgence ce soir ou demain au plus tôt, de bouteilles de poires et de bug à Limoges à l'Eglise carrément.
Tu sauveras mes petiot au moins ils pourrons avoir un beau mariage.

Merci d'avance je t'adore mon vieux papy poilu.

Frère Rapha Montecristo

Revenant dans la sacristie, elle était comme si rien ne s'était passé et les domestiques avait fini les derniers préparatifs, allant jeter un dernier coup d'oeil vers l'Eglise, il pût aller se coucher tranquillement.

[Jour J, Sacristie de l'Eglise de Saint-Michel-des-Lions]

Le diacre arriva très tôt le matin ne trouvant pas le sommeil, il était épuisé mais n'en montrait pas une moindre miette, il allait assurer comme d'habitude.

Donnant ses ordres, pour que tout se passe pour le mieux pendant la cérémonie, il fît installer des petits coussinets aux premiers rangs, pour que les invités soient installés le mieux possible, puis il décida enfin de faire sonner les Cloches pour annoncer l'ouverture de l'Eglise aux invités..


Image retirée ({V})
[>>>Cliquez sur l'image<<<]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:39



[ Entre un château et un autre]

Enfin ils approchaient de Limoges! Des dizaines de chevaux épuisés, autant de roues de carrosse brisées, de malles malmenées, dans cette course effrénée d'un château à un autre, pour convaincre ou vaincre, c'était selon. Et bien sur, sa fille avait choisie ce moment là pour se marier. Comme si cela ne suffisait pas ! Certes, elle n'avait guère le choix, le temps pressait pour que ce mariage consommé bien avant d'être consacré ne laisse pas un enfançon bâtard. La comtesse avait toujours autant de peine à réaliser que sa fille allait bientôt être mère et épouse.

Manon, avez vous bien prêté attention que la malle où se trouve la robe pour le mariage de Nahysse est bien dans le coffre ? Nous en avons déjà perdu ou oublié deux dans je ne sais quelle auberge, que notre entendant s'échine à retrouver.
Déjà que nous n'aurons que le temps de nous plonger dans un bon bain avant que de nous vêtir, il est hors de question de passer des heures à chercher dans les malles.


Manon étouffe un soupire et repasse pour la enième fois le contenu du coffre dans sa mémoire. Elle est là cette foutu robe, elle en est sur mais à force d'emballer, déballer, emballer, déballer , Manon doute. Il faut qu'elle soit là sinon elle va passer un sale quart d'heures pour sur!

Oui oui madame, tout est prêt. Votre robe est dessus avec les coffrets des fermoirs et votre cape en hermine. Et un messager est parti devant pour que votre chambre soit prête et votre bain chaud des votre arrivée.

Icie jeta à Manon un regard suspicieux.

Le bain chaud? voyez vous ça? ils sont devins à l'auberge qu'ils nous voit venir au travers des encombrements de Limoge?

De l'assurance, surtout de l'assurance! surtout ne pas laisser place à un tremblement de sa voix, sinon c'était la garantie que les quelques lieues qui restaient seraient un enfer pour Manon.

Un homme nous attend rue des Echanssons, à environ trente minute de l'auberge. Il partira au galop des que nous l'aurons rejoint.

Si vous le dites!

Et la comtesse de se laisser aller à somnoler. Il fallait profiter de ces rares moments de repos où la route n'était pas trop mauvaise .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:40



Pendant ce temps dans le carrosse Vicomtal.

-Kylian... t'ai-je déjà dit, que l'orage, c'était pas mon copain du tout ?

Et c'etait une Ange peut rassurée qui s’agrippa a lui lorsqu'un coup de tonnerre fit trembler le dit carrosse. Un sourire rassurant a l'encontre de sa future epouse, il passa son bras autour de ses epaules la serrant tout contre lui. MMMM pas la plus mauvaise facon de passer son temps .. hum.. bref. Un baiser deposé sur son front et d'un ton qu'il voulait calme "Ne t'inquiète pas mon coeur, nous sommes en securité ici". Un autre resserrage tendre.

La chapelle etait la .. mais fichu embouteillage, non mais conducteur du dimanche que diantre !!! Bouge ton tas de boue !! .. Calme .. detendu le Vicomte.. Comme toujours. Le Carrosse s'avanca enfin jusqu'au parvis.


Pärvis enfin !

Descendant en premier, il tendait sa main à la belle blonde qui ensoleillait sa vie malgré le temps plutot .. maussade. Hop hop hop ne perdant pas de temps les futurs mariés s'avancèrent rapidement dans la chapelle. Dejà pas mal de monde au vu des murmures qui s'en elevaient.

Regardant Ange , il lui remit une mèche de cheveux en place et lui vola un très tendre baiser, lui murmurant un "Je t"aime.." tout doux. Et oui c'etait un sensible le Vicomte.. Entrée dans la Chapelle avec la plus belle a son bras. Ils s'avancèrent tout deux, saluant ci et la, puis de s''assoir a une bonne place afin de suivre la ceremonie aux meilleurs loges.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:41




    [Limoge – De l'auberge à l'église]



        « Le pire orage éclate au moment de la moisson. »
          Proverbe Italien



    Ce dicton transalpin traversa la pensée du borgne sans prévenir. Où et quand l’avait-il entendu ? Surement au temps où son père et lui vivait en Lyonnais-Dauphiné. La frontière avec le pays des ritals étaient proche et comme dans tout cas ou deux cultures étrangères se côtoyaient de prêt, les influences étaient inévitable. Tournant et retournant la citation dans son esprit alors qu’il sortait du bain, le Navailles chercha le pourquoi de son apparition. Son subconscient tentaient-ils de lui faire passer un message ? Si c’était le cas, il était codé. Et le traduire aiderait le hérisson à se concentrer sur autre chose que la cérémonie à venir … Ou peut-être cherchait-il juste une occupation pour contrer ces pensées ? Tout prétexte était bon. Attrapant la première serviette que l’espagnol lui tendait, il l’enroula autour de ces hanches avant de se frictionner avec la seconde. Donc ! Que disait ce proverbe ?


    Un éclair attira son regard.


    « Le pire orage éclate » … S’était plutôt approprié. Limoge n’avait pas connu tel déluge depuis l’automne précédent. Sans nul doute, les Dames et Demoiselles allaient râler et craindre pour leur apparat … Et les imaginer arracha un sourire au jeune homme. « Au moment de la moisson » s’était cette partie qui supportait tout l’attention du Navailles. Qu’est-ce les moissons pouvaient bien symboliser ? Le mariage ? Qui dit moisson, dit culture et donc travail. C’est vrai qu’ils n’avaient pas chômé pour qu’enfin ce mariage puisse être célébrer.


    Coup de tonnerre.


    Le temps ne semblait pas vouloir se calmer … Mais soudain une autre pensée lui vient. Qui dit moisson, dit culture, donc travail mais surtout semaille … et donc graine. Et chacun savait où avait été planté la graine et où est-ce qu’elle était en train de germer. « Le pire orage éclate au moment de la moisson. » Cela voulait-il dire que … ? Un frisson le prit. Non, ils avaient le temps. Certes pas l’éternité mais le temps quand même.


    - Sombre idiot, voilà que tu deviens aussi superstitieux qu’une grand-mère !


    Sans étonnement aucun l’hispanique vit son ami chassait une mouche invisible mais dérangeante devant son visage. Reflexe involontaire qui accompagnait souvent les pensées du borgne quand celui-ci tentait de les chasser. Sec à présent et tout à ces pensées, ce dernier commença à se vêtir. De rouge évidement. Convenances et tradition oblige, cette couleur était normalement réservé aux mariés. Mais au lieu de l’habituel beige ou blanc pour l’accompagner, le Navailles avait opté pour une couleur voisine dans le ton : l’argent. Seules les bottes … qu’il était d’ailleurs en train de passé … et les gants, tranchaient avec ces teintes. Le tout étant noir.



    - Sont-elles prêtes ?
    - Je vais m’en assur …

    Trop tard.

    Elles ? C’était ces filles. Enfin celles qu’il considérait comme tel et qui, pour ne pas fatiguer sa Muse à quelques heures de la cérémonie, avaient dormis à l’auberge aussi, dans une chambre voisines. L’aînée des deux, Abigail, venait de débouler dans la chambre de Montbazon, sont éternel caprices des robes sur le bout des lèvres.


    Papa !!!!! Papa !!!! pourquoi faut que z'mette ça !!! z'veux pas moi ! ze veux mettre les braies !!! ze veux pas être en robe !

    Regard lourd de sens.

    Bon ... d'accord ...

    Petit sourire satisfait.


    Il laissa encore quelques minutes à la nourrice du jour ou d’un jour … selon si elle résisterait aux fillettes ou non … comme temps pour finir de les préparer. Passé ce délai, tout le monde fut appelé dans la salle commune de l’établissement. Le compte était bon ? Parfait ! Le chemin menant à l’église n’était pas bien long, mais avec le temps qu’il faisait dehors, quatre pas et vous étire rincé. Un fiacre avait donc était commandé. Et il ne faudrait que trois pas pour l’attendre ! Tant mieux.

    Et alors qu’ils arrivaient en vue de l’édifice religieux … Arrêt. Que se passait-il donc ? Quelques mots échangeaient entre le cochet et l’Agos, leur apprirent que plusieurs voitures bouchonnaient déjà. Et pour ne rien arranger, les cloches sonnèrent. C’était bien sa veine … arriver en retard à son propre mariage ! Manquement plus que la mariée le devance ! Décidant d’ignorer le déluge, il sortit.



    - Ou vas-tu ?
    - Au tripot ! A l’église triple Buse, ou veux-tu que j’aille ?!
    - Tu vas être trempé !
    - Ca séchera. Tu m’amènes les filles.
    - Mais …


    Claquement de porte. Si la patience avait été son fort, le Navailles aurait attendu car, à peine foulait-il le sol de la maison du Très-Haut que le trafic se fluidifier déjà. Au lieu de cela, ces cheveux s’égouttaient sur sa tenue déjà imbibée. Mais il ne prit pas encore la peine de rejoindre l’autel et lui préféra l’entrée et les courants d’air qu’elle contenait, se contentant de jeter un bref regard sur la nef, presque craintif avant de saluer ceux des invités déjà présent ainsi que l’officiant.


    Mais un tic nerveux et inconscient, le fit se masser l’annulaire gauche auquel bientôt trônerait un anneau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:42



Demeure de Lanceline la veille du mariage

Bonjour Lanceline..

Et bien si je suis là, c'est parce que j'aurais besoin d'un petit service.


Coup d'oeil à la servante postée près de la porte qui reste là debout prête à intervenir si sa patronne le demande.
Elle n'est pas très connue à Limoges mais elle est très jolie.
Juste ce qu'il faut à Balian pour son petit plan foireux.


Voilà, je suis enervé et j'ai été insulté.. J'aimerais me venger et pour çà.. j'aurais besoin de votre aide, enfin de l'aide de votre servante.

En fait, j'ai besoin d'une cavalière pour le mariage de mon fils demain.
Mais j'ai surtout besoin qu'elle soit ravissante et qu'elle joue l'amoureuse trop heureuse d'être à mon bras afin de faire rager les d'Ambroise surtout la Baronne de Lignières.

Est ce que vous pensez qu'il serait possible que votre servante se fasse passer pour une noble amourachée le temps de la cérémonie et qu'elle pavane à mon bras ?
Je suis prêt à vous dédomager..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:42



Le diacre qui était dans la sacristie, se décida à rentrer dans l'église, il pria pour que ce couple soit heureux et ait une maison féconde.

Il pria pour les âmes de son parrain et de sa marraine, puis prépara deux, trois petites choses avant de commencer le mariage, c'est à ce moment là qu'il vit entrer un homme, trempé, dégoulinant, qui salissait son Eglise.

C'est naturellement que le diacre devînt rouge et cria


Hey toi là bas !!! Ta pas honte de salir une Eglise, surtout aujourd'hui norf de norf !!!

Puis se rapprochant de l'homme il comprit que c'était le futur marié, le regard figé il le regardait et si disait : "norf de norf ce n'est pas possible il ne peut pas être venu à pied, à son mariage et sous la pluie de surcroît !"

Norf de norf ! Euzen, allez suivez moi et ne discutez pas !!

Tout en marchant jusqu’à la sacristie, le diacre sermonnait le jeune homme

Non mais vous vous rendez compte !! Venir comme ça le jour de votre mariage, vous devriez avoir honte !!!
Je me demande ce que vous avez dans la tête même un tourangeaux ne viendrait pas à son mariage dans cet état là pourtant la bienséance eux ça ne les connais pas c'est comme le courage et l'honneur c'est pas donné à tous le monde...


Rentrant dans la sacristie le diacre sonna une petite cloche qui fit se rassembler tous les domestiques qui depuis hier travaillaientt à l'accomplissement du mariage.

Bon, alors je veut que vous séchez de suite ce jeune homme prêtez lui des effets m’appartenant en attendant que les siens soient sec...se bouchant le nez, le diacre ajouta...et mettez lui quelque chose pour qu'il ne sente plus cette odeur infâme.

Allez, allez au boulot ! C'est partit !

Bon, il fallait que je vous voit de toute façon avant la cérémonie pour fixer les derniers détails.

Donc le prie-dieu est prêt, les fleurs, elles sont bien ajustées, les pains, regardez comme ils sont magnifique.


Sortant les pains délicatement de leur torchon, il les prit, pour les montrer au petiot.

Il ne manque plus que la mariée.

Le diacre fit son plus beau sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:43



A tous les égards les vêtements étaient une passion commune à Johanara et Nathan on ne comptait plus les après-midi entière à parader leurs dernières acquisitions. Parfois grotesques, parfois sobres ou parfois juste splendides. Et c’était le cas pour ce jour, l’auguste était de la partie. La maison de Jehan n’avait jamais dut connaître tant de exposition vestimentaires. Johanara était l’égérie de la perfection. Du moins c’était l’avis de son cousin. Les compliments allaient de bon train. Une réunion familiale s’étant inopinément improvisée dans l’entrée marbrée crépuscule comme Nathan s’amusait à la qualifier. Ils étaient tous bien habillés. Les Ambroises savaient faire rêver aussi bien que de se donner en spectacle. Le tout formait une catégorie que Nathan appréciait et n’échangerait pour rien au monde.



Le bordeaux pourpre s’était marié avec grâce au grisâtre de sa tenue. Le noir relevant une pointe de sobriété qui ne pouvait en aucun cas lui faire défaut, le tout ornementé par non pas par fioriture mais par bon goût d’une bande hermine immaculé s’associant à merveille avec la peau d’albâtre. Le blond ‘pur’ s’était terni avant l’arrivée hivernale, le temps étant une contrainte à la beauté du blond. L’épée avait était rangée au placard et deux gardes du corps ne se tenaient pas loin. Nathan n’étant pas en terre propice à arborer sa fortune il avait fait le choix de garantir sécurité.



Ils étaient donc dans l’entrée, compliments s'élevant de aprtout. Le tout fut conclue par le dévoilement du cadeau. Le retard s’annonçant de plus en plus pertinent le temps des compliments et des critiques sur les folies dépensières fut écourté et tous montèrent dans le coche luxueux. Nathan avait par ailleurs fait atteler un second coche pour le retour.



Ils étaient en route, Johanara et Nathan avaient un pincement au cœur, l’un pour la valeur monétaire et l’autre pour la valeur affective. Nathan prit la parole : «
Johanara, je le connais à peine et je dépense des fortunes pour lui, à ce rythme je serais tout autant ruiné que vous ! » Il était pingre. Enfin d’habitude Nathan était d’une générosité sans égale mais loin de son Berry, loin de sa fortune il faisait attention et en avait plus qu’horreur ! La cousine fort agacée par la radinerie de son cousin répliqua : « M’enfin Nathan ! Allez-vous donc, un jour, cesser de vous plaindre ? La valeur du coche n’est rien comparée à la valeur affective que je portais à mes chevaux ! Vous ne pensez décidemment qu’à vous ! » Et lui ne supportant pas l’égocentrisme mal placé répondit en haussant le ton : « Johanara, vous n’êtes décidemment qu’une enfant ! Déjà vous me prenez comme cavalier par obligation, vous me forcez à dépenser mon argent ! Vous devriez avoir honte ! » Le ponceau montant aux délicieuses joues de la Baronne, celle-ci s’esclaffa : « Oh ! C’est vous qui vouliez offrir un présent pour ce mariage ! Vous n’êtes qu’un pingre, un radin ! C’est vous qui devriez avoir honte ! » Allant crescendo la réponse ne sût tarder : « Je voulais offrir un cadeau mais pas claquer cinq mille écus dans un coche Johanara ! Vous m’agacez définitivement ! » Au final, les arguments de l’un et de l’autre firent qu’ils se calmèrent tout deux.



Le coche était d’une beauté et d’un confort digne d’un Roy ! Les Ambroises mettaient les petits plats dans les grands. Avant l’arrivée devant l’église, ils étaient tous les deux collés s’apitoyant sur leur triste sort. Le coche s’arrêta, la Baronne reprit ses esprits et faisait en sorte de bouger le coche de devant. Celui-ci s’étant déplacé, leur voiture arriva devant l’église. Nathan regarda sa cousine, lui fit un sourire et prit sa main et lui chuchota : «
Haut les cœurs cousine. Comme en Berry, comme à un bal, les impairs ne nous connaissent pas, nous allons leur montrer la classe à l’Ambroise. Vous êtes juste sublime cousine. Il est temps ! »



La joyeuse troupe était prête à descendre en tenue d'apparat


http://img641.imageshack.us/img641/5080/mariage.gif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:44



[Faut essayer de pas tuer Augustin ... ]



Et voilà qu'elle défile face à Moop et Aphélise, sa jolie poupée de porcelaine. Non mais faut avouer que la couronne de fleur donnait un petit truc en plus, un petit truc genre : Toute manière Abi c'moi la plus belle héhé!!
Bon ... partager la chambre de la maison avec abi, c'est nickel c'est grand, mais une chambre d'auberge ... faut pas de moquer du monde. C'est qu'elle commence à être une petite diva!

Alors qu'elle passait ses petits souliers, augustin vint chercher les deux gamines pour les emmener à la cérémonie ... dans le fond grave erreur ... Abi, Eloan, ensemble? mouhaha faut être maso!
Alors que ça avançais assez ... rapidement les jeux des filles étaient tout mignon. Le Hic?
L'embouteillage!!

Alors qu'abi tapait des mains, eloan inventait toutes sortes de chants, avec pour paroles : des conneries!


"PIPILLONS!!!! PIPILLONS!!!! VOLEUH VOLEUH AVANT QUE ZE TE MANZE!!!!"


Le temps c'était arreté? ça juste augustin pouvait le dire ... Il était le seul adulte present dans le véhicule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:44



Joliment vêtue, la main sagement glissée dans celle de sa nourrice, la petite soeur d'Euzen venait d'arriver sur le parvis de l'église... Il y avait déjà plein de monde, et elle chercha du regard les gens de sa famille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:45




    [Du fiacre à l’église cette fois]



- … Tu m’amènes les filles.


Faisant fi de toutes les contestations que l’inverti aurait pu émettre, le bâtard était sortir. Non mais qu’elle tête de ... ! Soupire. Mais seule cette expiration agacée trahis son mécontentement. L’espagnol était d’une nature stoïque en société et très vite il se reprit. Son dos retrouva le dossier de l’assise qu’il avait quitté en tentant de retenir son ami. Dans quel état allait-il finir … ? Il le saurait très vite car déjà l’attelage tressauta, signe que les chevaux s’agitaient avait de reprendre la marche. En attendant qu’ils fussent devant l’église, le brun observa les fillettes. La cadette chantait alors que l’aînée l’accompagné en musique, ou plutôt en claquage de main. Il les aimait bien ces gamines mais, bien qu’il était souvenant désigner pour les ramener chez eux le soir, il n’avait pas le même gout pour les enfants que son amant. Plus il y en avait, plus le Corniaud était à son aise, bien qu’ils le fatiguent souvent, il en redemandait. Lui, ça l’épuisait tout simplement. S’il cela n’avait tenu qu’a lui, il aurait eu son jeune maître sans tous les marmots autours. Mais cela était impossible …

De nouveau, la voiture stoppa. Cette fois, s’était leur tour.



- C’est à nous.


L’inverti mit pied à terre le premier. Par habitude, il voulut un instant durant, aider les gosses à descendre puis les laisser rejoindre le parvis par leur propre moyen, c’est-à-dire, à pied. Oui mais voilà, c’était sans compter sur l’orage qui grondait toujours. Même aussi proche de l’entrée, elle n’arriverait pas indemne à l’intérieure. Nouveau soupire. Il n’y avait donc qu’une solution pour qu’elles soient présentables pour la cérémonie. Retirant sa cape, il ne fallut que quelques secondes pour sentir les premières gouttes de pluie transpercer sa tunique et le faire frissonner. Voilà qu’il prenait son troisième bain de la journée. Rapprochant au maximum les deux fillettes l’une de l’autre, il les enroula dans le vêtement imperméable avant de se saisir du paquet qu’elles formaient et de courrir à l’intérieur.

Manquerait plus qu’il glisse …

A cet instant, s’il avait tournait la tête ou simplement fait attention à ce qui se passait autour de lui, il aurait pu voir un magnifique attelage s’éloigner ou encore, une flamboyante le devancer de quelques mètres. Malheureusement, tout concentré qu’il était, il ne vit rien. Et son pied resta sûr sur les pierres glissantes des marches et c’est sec et sans une égratignure qui posa les deux mini femmes sur le sol dallé de l’église.



- Nous y voilà …


Froncement de sourcil. La cause de ce dernier ne fut pas l’une des enfants mais bien un homme vociférant à tue-tête sur son jeune Maître. Coup d’œil à ce dernier. Comme il s’y attendait, il était trempé. Jurons intérieur. Alors, sans réfléchir, quand l’homme d’église intima l’ordre aux Montbazon de le suivre, l’inverti en fit autant. On est valet ou on ne l’est pas. Trois pas derrière le blond, il put suivre toute la discutions.


- Sauf votre respecter, mon frère, avec le temps qu’il fait dehors, mon état comme vous dites n’est guère étonnant. Je ne me suis pas amusé à visiter la ville avant de venir.


Calme-toi Euzen, calme-toi … Tel fut le message que l’espagnol tenta de faire passer à son ami alors que, sous couvert de lui retirer sa cape détrempé, il exerça une pression sur son épaule. Mais l’instant d’après ce fut l’Agos qui vit rouge quand un attroupement de la domesticité se fit autour deux. Ils avaient de l’espoir s’ils espéraient l’approcher. Un regard noir intima au plus téméraire de se tenir tranquille, tandis que l’inverti se saisissait de la serviette qu’il apportait et aidait lui-même le Navailles à se dévêtir et revêtir. L’ensemble carmin, il leur laissa volontiers le mettre à sécher eux même, bien qu’il douta que la cape puisse l’être à temps. Le vêtement était lourd et bien imbibé.


- Quelle odeur infâme ?! Je sors à peine d’un bain avant de prendre cette douche improvisée !


Suceptibilité quand tu nous tiens ... Mais le diacre y allait fort, il n’y avait pas de doute et si l’hispanique n’avait pas connu sa place, il l’aurait volonté fait remarquer. Au lieu de cela, il garda son attention sur le futur marié, s’activant autour de lui pour le sécher au mieux et interdisant de ce fait, son accès au reste de la valetaille présente. Mais il ne perdit pas une miette de ce qu’il fut dit et fut un brin soulager de voir le Corniaud se détendre quand la mention des dernier préparatif fut introduit dans la conversation.


- Merci pour tout le mal que vous vous donnez, mon Frère, j’ai pu en effet voir que la décoration était très réussit et ces miches semblent doré à point.

Aurait-il quelques choses à réclamer pour faire tant d’éloge ?

- Mais …

Ah ! Voyez qu’il le connaissait sur le bout des doigts !

- Est-il possible d’installer une chaise pour ma fiancée ? Je doute que son état lui permette de rester à genoux sur un prie-Dieu durant toute la cérémonie … Sauf si vous désirez procéder à un baptême sitôt se mariage terminé.


Ce ne fut qu’à cet instant que l’espagnol cessa de s’agiter. Pas que les paroles de son amant l’est choqué, il savait pertinemment comme toute la maisonnée que le terme de la fiancée en question était pour bientôt. Quand exactement, mystère, mais bientôt. Mais il avait tout simplement terminé tout ce qui pouvait être fait pour essorer le futur marié. Ne restait plus qu’à attendre que se fut le cas des vêtements pour le rhabiller. Nouveau regard lourd aux domestiques.


Eh bas les pattes vous !

[/list]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 17:46



[Limoges - Appartements nahyssiens]

    « Faites semblant, pendant tout votre mariage, de ne pas encore être mariés et tout ira bien… »
    de Carl Jonas Love Almqvist


C’était la promesse qu’ils s’étaient échangés tous les deux.
Ses azurs finirent par se décrocher de leur propre reflet déformé par les larmes divines qui inondaient le monde en ce jour de mariage. L’esprit aussi maussade que le temps, la petite blonde laissa Flora entrer. Elle était bien incapable de se vêtir seule. Elle n’aurait même pas été capable de lasser elle-même ses bottes. Pire, elle avait des vertiges lorsqu’elle restait trop longtemps debout. Comme une lionne en cage, la petite baronne s’était vue cloîtrée dans ses appartements, à tourner en rond. Aussi spacieux soient-ils, on en avait vite fait le tour. Un cabinet de toilette, un petit salon et la chambre, rien de plus classique, rien de moins ennuyeux quand votre horizon se limite à ça.
Et tandis que Flora l’habillait en babillant, Nahysse restait là, le regard vide. Elle qui avait toujours rêvé que quitte à se marier, elle revêtirait pour ce jour, une robe si splendide qu’elle en aurait fait pâlir la Reyne. Au lieu de ça, même si sa robe était magnifique, elle, elle n’était qu’une grosse vache. Elle ne voyait même plus la pointe de ses petits orteils qui devaient être tout gonflés et boudinés.
En fait, par moment, elle se plaisait à trop marcher dans sa chambre, espérant bien malgré elle en finir enfin de cette grossesse. Puis elle réalisait alors qu’un moment atroce l’attendait : l’accouchement. Elle revoyait encore les draps, les linges et l’eau imprégnés de sang. Du sang il y en avait partout. Agnès qui hurlait. Puis le silence. Puis les pleurs… Des enfants… Et de Gauvhin.
Nahysse ne put réprimer un frisson. Ce sentiment mitigé d’impatience et de crainte l’épuisait. Elle aurait voulu que tout soit fait, que tout soit derrière elle et appartienne déjà au passé.

Enfin son regard se posa sur son reflet dans le miroir en pied devant lequel Flora venait de l’emmener. Un mince étira ses lèvres gourmandes.


C’est parfait Flora !

Nahysse se saisit de son essence de rose et en versa quelques gouttes comme à son habitude dans le creux de la gorge, sur les poignets et derrière les oreilles.
Dans un bruissement de frou-frou, les deux blondes se rendirent dans la cour afin de prendre place dans la voiture qui les attendait. Et tandis que celle-ci démarrait et s’élançait sur la rote au rythme saccadé des chevaux, un sentiment d’excitation comprima le cœur de la petite Baronne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:14



-"On devrait toujours être amoureux : voilà pourquoi on ne devrait jamais se marier."*-


Depuis le fond de son grand lit, situé dans le monastère non loin de son Comté de coeur, la jeune Comtesse déprimait.
Le matin, elle comptait les secondes qui la séparaient de la nuit, et quand enfin le soleil laissait place à l'obscurité, elle égrenaient les minutes qui la mèneraient jusqu'aux matines.
Parfois elle s'endormait, quelques instants, juste le temps de se plonger dans le même cauchemar qui la hantait depuis des mois.

Pendant un moment elle avait crut que ça allait passer, elle était même réapparut dans les rues de Limoges, mais vite les terreurs nocturnes avaient repris, et de peur de devenir folle, ou d'être prise pour telle, elle était retournée au monastère.

Combien de fois elle avait tenté de pousser la porte et courir retrouver sa Victoire, Euzen, Balian, Kartouche... et tout ceux chers à son coeur.
Mais elle avait peur.
Une peur qu'elle s'était créée elle même à force de reculer.

Mais quelques temps auparavant, elle avait reçu une missive.
Une invitation au mariage d'Euzen.
Son frère de cœur, et parfois plus.
Elle réalisa à quel point sa famille lui manquait...

Le jour J, Marie Louise, sa gouvernante/chaperon/confidente/etc... vint la réveiller en douceur.
Cela ne servit pas à grand chose, car elle n'avait encore une fois pas fermés les yeux de la nuit.
Sa peau était aussi pâle que la neige.

Elle se leva machinalement, et sans un mot, sans réaction, elle se laissa préparer par la suivante.
Celle ci la lava, la coiffa, l'habilla, toujours sans un mot de la comtesse.

Une fois prête, Catherine se rendit dans la cour et grimpa dans le carrosse qui la mena à destination.
Tout le trajet elle avait serré la main de Marie Louise.

Une fois près de l'Eglise, un garde l'aida à descendre et elle avança vers le parvis, tête baissée, peur au ventre, comme depuis des mois.
Mais ses gardes la surveillaient de loin et veillaient à sa sécurité.

Pourtant ce n'était pas la peur d'être enlevé à nouveau qui la rongeait, mais la peur d'avoir perdu ses amis.

Doucement, elle entra pour se placer au premier siège qu'elle trouva...








[hrp]

*- Oscar Wilde -
[/hrp]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:15



Le matin du mariage

Au Chateau

Alexian ouvrit un œil au bruit du tonnerre grondant dans le ciel. A nouveau couché fort tard, ou plus précisément fort tôt se matin, à force de courir à gauche et à droite pour tout le monde, mais aussi pour lui, surtout pour lui d’ailleurs, il accumulait un retard de sommeil ce qui le mettait de mauvaise humeur. Le temps n’arrangeait rien à ça.

Il se leva de mauvais gré, maudissant ce jour ou il avait accepté de servir la baronne, mettant la plus grande des mauvaises fois, sachant pertinemment que c’était une chance pour lui. En plus l’enfant c’était prise d’affection pour lui et il avait accepté surtout pour elle. Il s’était toujours demandé s’il avait des frères et sœurs. Un jour il le saurait peut être. En attendant il se prépara. Jamais il n’avait envisagé de se retrouver mêlé à un mariage, surtout à celui de se butor d’Euzen, mais la baronne ne lui avait laissé aucune possibilité d’y échapper, c’est donc de mauvais humeur qu’il s’habilla, sortant de sa malle la chemise de soie blanche et les braies de velours bleu nuit qu’il réservait pour certaines occasions. Il lui fallait aussi sa cape de cuir elle le protégerait de se mauvais temps puisque Johanara lui avait demandé de prendre place auprès du cocher. Il sortit et alla attendre la baronne auprès du coche, fort heureusement il ne pleuvait pas encore. Enfin la baronne apparue, entourée de son « escorte », il sourit et la salue, adressa un petit signe à Jade ravissante dans sa robe rouge, puis refermant la porte du véhicule, il prit place sur le siège près du cocher, et s’en furent


Arrivé à la cathédrale.

Le trajet s’effectuait tranquillement, finalement il n’était pas si mal à l’air libre plutôt qu’enfermé dans un carrosse. Le sourire revenait doucement, voyant les bons cotés de la chose. Mais le temps semblait contre lui en se moment, et peu de temps avant l’arrivé a la cathédrale le ciel déversa son trop plein d’eau. Une pluie abondante se mit à tomber et sans sa cape il aurait vite été trempé. Pourtant le destin ne semblait pas s’en laisser compter et s’acharna contre lui, en se jour ou tous auraient du se réjouir il grogna de plus belle. La voiture venait de s’arrêter à bonne distance du parvis et la baronne toujours aussi patiente l’envoyait aux nouvelles. La voiture de Victoire empêchait tout le monde d’approcher. La dame refusait de sortir sous la pluie. Il s’approcha de la portière et allait lui offrir son aide quand elle prit les devant lui demandant ombrelle. Il ne pu s’empêcher de sourire, avec se temps ça n’aurait en rien protégé la belle. Celle-ci, devinant surement ses réflexions, enchainait sur sa cape qu’il lui abandonna, la laissant filer vers le lieu saint, résigné à être mouillé. Se tournant alors vers Elea, abandonnée au fond du coche, il lui sourit lui offrant son bras pour l’aider à descendre avant de la voir s’échapper à son tour.

Il intima alors l’ordre au cocher de s’éloigner pour libérer l’accès et fit signe à celui de la baronne de s’approcher à son tour, profitant de se temps pour aller récupère son bien afin de l’offrir à la noble dame, en profitant pour lui rendre réponse a sa demande. Puis, prenant Jade dans ses bras et la tenant fermement contre lui il l’emporta au pas de course tentant de la protéger de cette pluie diluvienne du mieux qu’il pu, quitte à être mouillé autant continuer, la déposant à l’abri du porche. Restant là, immobile, impassible, tandis que la pluie continuait de s’abattre sur le parvi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:16



Ambre se faufila à l'intérieur de l'église, cherchant son père du regard. N'était-il pas encore arrivé ? Elle n'aimait pas être toute seule... la dame qui l'avait accompagnée et qui était chargée de la surveiller, avait décidé de rester se réchauffer dans l'auberge voisine, peu concernée par le mariage. Elle avait envoyé Ambre toute seule pour traverser la place et le parvis.

À présent la petite demoiselle cherchait autour d'elle la silhouette paternelle, mais elle ne le voyait pas. Alors elle s'assit sur un banc, bien au milieu, et au bout de la rangée, juste au bord de la travée. Comme ça, s'il entrait, il la verrait...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:19



Affalé dans un coche se rendant à l'église, le jeune Dict du Cougain souriait de toutes ses dents. Content d'être parvenu à échapper au paternel, heureux d'avoir filé à l'anglaise, jubilant de ne pas avoir à servir de cavalier à sa jeune soeur Joséphine. Non qu'il ne l'aimait pas, mais durant le voyage à l'entendre se plaindre et faire mille caprices, à écouter son père dire et redire qu'elle devrait rester avec ses aînés, lui, en avait eut plus qu'assez. Ajoutons à cela le malaise qu'il avait ressenti par la présence de la Comtesse de Minerve, ses sourires et surtout la crainte qu'elle ne conte ses dernières frasques et le tableau est complet.

Tant pis si lorsque son père l'attraperait il se prendrait une soufflante, pour l'heure il allait retrouver sa jumelle, espérait pouvoir échanger deux trois mots avec son demi-frère avant le début de la cérémonie, pour le reste il serait bien temps de voir le moment venu.

La voiture venait de s'arrêter. Il était arrivé. Ouvrant la portière sans attendre, il sortit de la "boîte" et s'empressa d'entrer dans l'église ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:20



Alors que la plupart des invités étaient déjà en route, le coche frappé des armes de l'évesché de Limoges s'arrêta devant le porche de l'église Sainct-Michel des Lions. Le cocher sauta à terre, ouvrit la porte, descendit le marchepied, et tendit sa main à l'évesque, qui s'en saisit pour descendre sans encombres.

L'orage avait détrempé la rue, et l'abbesse grimaça à la vue de l'eau qui imbibait déjà le bas de sa robe d'un blanc immaculé, avec pour tout ornement une broderie au fil d'argent : c'était l'hirondelle présente sur le blason de sa famille. Le voile des religieuses couvrant sa chevelure protégeait également son cou du vent froid de novembre, et elle se hâta d'enfiler les gants de laine qu'elle avait achetés au début de l'automne, pour remplacer les gants de cuir noir qui ne luy serviraient désormais plus que pour les longs voyages, ou les sorties à cheval.

Eloin releva le bas de sa robe pour ne point la tremper plus qu'elle ne l'était déjà, et traversa le parvis aussi prestement que le pouvaient ses vieilles jambes, avant de s'engouffrer dans la nef, non sans avoir au passage salué d'un simple signe de teste tous ceux qu'elle croisait. Elle remonta la nef d'un pas plus lent, profitant de l'occasion pour admirer l'intérieur de l'église paroissiale, qu'elle n'avait encore jamais visité, puys s'en alla s'asseoir sur un banc au premier rang. Et de se plonger dans la lecture d'un livre de théologie qui l'aidait grandement à comprendre certains aspects de la Foy, en attendant le début de la cérémonie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:20



Le fameux jour J.
Fameux, oui, car ça faisait des mois & des mois qu’ils en parlaient, & qu’enfin une date avait été fixée. La Malemort était tout juste rentrée à Limoges lorsqu’elle avait reçu l’invitation de son vieil ami, qu’elle avait accueilli avec un plaisir non dissimulé, bien que ce mariage lui en rappelait un autre qui avait failli avoir lieu. Car oui, Euzen & Aldraien ont été à deux doigts de se marier, grâce à un père & une suzeraine souhaitant caser respectivement fils & vassale. Euzen & elle, c’était une histoire qui durait depuis bien longtemps, avec plusieurs chapitres à celle-ci. Il l’avait ramassé après l’échec de son histoire passionnelle avec Aymeric de Wroclaw, brigand notoire & beau-fils d’une Princesse bretonne à l’époque, il l’avait ramassé après l’épisode Hélios de Penthièvre qui l’avait laissé en miettes & l’avait aidé à se relever.
Ils avaient été proches. Très proches. Trop proches peut-être. Ca avait fini sur une grossesse avortée par une lame dans le bide, lors de la Guerre contre le Ponant, aux portes de Poitiers. Elle était revenue, elle s’était rangée & mariée à Hannibal de Malemort.

L’eau avait coulé sous les ponts depuis, Euzen & la désormais Malemort n’étaient plus qu’amis depuis cette mésaventure qui leur avait à tous les deux coûtée beaucoup. Presque de la même famille, si on prenait en compte le fait que le Montbazon était le Parrain de sa fille, sa dernière-née, Alisa-Nebisa. Deux ans et demi qu’elle était née, déjà. Et son cadet était en route…Au grand dam de notre rouquine préférée, qui ne savait déjà plus où donner de la tête avec toute la tribut dont elle avait la responsabilité.
Un cinquième enfant à mettre au monde. Presque vingt ans après la première. Vingt ans, bon Dieu…vingt ans ! Il s’en était passé des choses en vingt ans, & la voilà qui se mettait à ronchonner devant le miroir où se reflétaient les quelques mèches blanches qui commençaient à parsemer sa chevelure. Ussac, un château gigantesque comme demeure, & des tas de domestiques à son service, les femmes de chambre occupées à courir dans tous les sens autour de la Baronne pour chercher ce qui lui irait le mieux, venant lui présenter une à une les étoffes composant sa garde-robe, sous le regard froncé de la trentenaire.


    - Non, non, et non ! Vous me voyez porter cette robe-ci ? Je l’ai déjà porté, & puis ce n’est pas assez bien pour le mariage d’Euzen, cherchez encore !
Après moult refus, essayages, grognements ; elle avait finit par en arriver à une conclusion : Elle avait pris du poids. Le ventre qui commençait à être visible en était le témoin. Elle ne rentrait dans aucune des robes qu’elle avait essayé, & la situation devenait gênante, d’autant que l’heure du mariage arrivait bien trop vite à son goût.
Une nouvelle hésitation, immédiatement suivie d’une illumination. Il y avait une robe, une seule, qu’elle avait porté au début de sa précédente grossesse & qu’elle savait donc assez large pour pouvoir les accueillir, elle & son bidon.


    - La verte ! La verte que j’ai porté à une cérémonie où Mère officiait !
Quelques dizaines de minutes plus tard, elle était prête.
Et sa fille aussi. C’est toutes les deux qu’elles étaient partie pour l’Eglise de la Capitale, accompagnées de quelques gardes, bien entendu. Le cocher aux armes des Malemort-Carsenac avait lui aussi état pris dans l’embouteillage, & avait été frappé par l’orage, valant à la trentenaire de devoir réconforter son enfant apeurée par les éclairs.
Une fois que le parvis fut libéré & que la porte s’ouvrit, la Baronne prit sa jeune héritière dans les bras, afin de rejoindre au plus vite l’intérieur & découvrir une nef où les bancs étaient déjà pour beaucoup occupés.
Elle allait s’avancer, lorsqu’une silhouette à l’arrière de la nef la fit froncer les sourcils. Cette silhouette, elle pouvait la reconnaitre entre mille. Elle portait d’ailleurs au cou un collier qui lui appartenait, même si la médaille était cachée sous ses vêtements, toujours.


    - Catherine…
Alisa venait de lever le nez pour regarder sa mère. Elle savait qu’un de ses prénoms était Catherine, & forcément se demandait de quoi elle pouvait bien parler. La mère, elle, venait de retrouver celle qu’elle considérait comme sa fille & qu’elle n’avait plus vu depuis bien des semaines. Sa presque fille qui avait été enlevée, dû subir elle-ne-savait quels supplices, qui était revenue pour mieux disparaître à nouveau ; elle s’en voulait d’ailleurs encore de ne pas avoir su la protéger correctement.
S’asseyant un instant à côté d’elle, la mini-rousse sur un genoux, elle posa sa main libre sur l’épaule de Catherine.


    - Faut-il venir dans une église pour pouvoir voir sa fille lorsqu’on la croit disparue on-ne-sait-où ? Tu m’as manqué, Catherine…Je te demanderai plus tard de me raconter ce que tu faisais pendant tout ce temps, mais ce n’est ni le lieu ni l’endroit je pense. Je peux te demander de garder Alisa-Nebisa pendant la cérémonie ? Je suis témoin, il faut donc que j’aille devant soutenir notre Euzen durant la cérémonie. Comme ça au moins, je suis sûre que tu ne disparaitras pas à nouveau…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:21



[Sur les chemins dans la voiture.]

Gauvhin assis dans la voiture regarde sa sœur en essayant de s’apaiser, le mariage, les enfants à venir,

ça lui rappelle des moments heureux, et le plus malheureux de sa vie celui d’avoir perdu Agnes dont il porte toujours le deuil, que de souvenirs.


Ma sœur, tu es resplendissante, ce sera le plus beau jour de ta vie, et je n’espère pas le dernier comme pour moi, après Agnes il n’y a plus rien.

Ses yeux se troublent ...

Mais tu verra, ce sera bien, ce sera beau, c'est le destin des fois ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:23



Elle n'avait pas osé lever la tête. Peur de croiser le regard de ses amis, sa famille de coeur. Peur qu'ils ne veuillent plus entendre parler d'elle.
L'espace de quelques secondes elle avait même faillit se relever et partir.
Mais une odeur familière, les yeux finissent par se lever quand une voix maternelle se fait entendre/
Ald... Celle qui avait remplacé Lily, sa maman.
Elle retient les larmes qui montent. Ce n'est ni le moment, ni le lieu.
Juste dans un souffle :
"Ald !"et un fin sourire à son attention, comme pour la rassurer, ou lui montrer sa gratitude d'être là pour elle, une fois de plus.

Oui, elles se parleraient plus tard... Elle prit la petite dans ses bras


Oui vas-y, ne t'inquiète pas, je m'en occupe... Tu m'as manqué...

Encore un sourire puis l'attente du début de la cérémonie, et égoïstement de la fin, pour tous les revoir, les serrer forts. Être avec eux, simplement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 805

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:23



Enfin à l'abri !
Victoire confia la cape d'Alexian à un enfant de coeur qui poireautait là, puis lissa le tombé de sa mmmmerveilleuse robe avant de secouer ses manches qu'elle n'avait pu protéger de quelques gouttes.
Enfin elle était présentable et tant pis si son arrivée avait déclenché un sérieux bazar, il était temps d'entrer. Un coup d'oeil à l'encontre d'Elea qui se retrouvait à présent au bras d'Alexian, et s'il pouvait lui faire la cour ce ne serait que mieux pour leurs affaires. Tandis qu'elle en était à choisir les sièges où s'installer, la bouche en coeur elle lâcha avec surprise,


    Catherine?!


Enfin !
Enfin Catherine avait pu se libérer du couvent, enfin Victoire retrouvait la blondinette chère à son coeur trop longtemps absente de Limoges et de sa vie. D'abord elle salua Aldraien chaleureusement, déposa une bise sur le front de la petite Alisa avant de s'approcher de la Comtesse à qui elle dédia ses mots.


    J'ai craint de ne plus jamais te voir, tu m'as terriblement manquée tu sais.


Une fois qu'en compagnie de son fiancé ils furent installés près d'elle, la jeune duchesse confia une première confidence à l'oreille de son amie. Puis une seconde, laquelle sans nul doute, entraînerait des "Oh" d'étonnement dans la bouche de la blondinette.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   

Revenir en haut Aller en bas
 
Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RP] Mariage d'Espoire d'Amilly et Jean Zwyrowsky
» mariage de Mattdu69 et Chrie6768
» 24 Novembre 1456 : Mariage noble de Rosa et de Louis-Hubert
» Mariage Dandolo et Stephandra
» [Niort 1458] Mariage de Messire Emeric et Dame Lisou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ferrassières :: 1460-
Sauter vers: