AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:24



Une petite dans les bras, un soulagement au coeur de voir que sa maman de coeur l'aimait toujours, puis l'attente du début/fin de la cérémonie.
Attente...
Qui fut légèrement changée par l'arrivée d'une brunette fleurant bon la noblesse et les ragots appréciaient par les jeunes filles de bonnes famille !


Viic !!

Suivit bien entendu de celui qu'elle qualifiait affectivement de "sale gosse".
La petite peste blonde glissa un bisous sonore sur la joue de son amie de toujours, petite grimace à son fiancé, puis les laissa s'installer, tout en répondant à Vic


Tu m'as manqué aussi ! Je n'ai pas passé un jour sans penser à toi !


Puis les confidences trop longtemps gardées commencèrent à s'échapper de la sublimissime bouche de la duchesse, pour entrer dans la non moins sublimissime oreille impertinente de la comtesse.

Les yeux clairs de la blonde s'écarquillèrent de surprise et pétillèrent en apprenant les dernières nouvelles supra importantes que la brune lui confiait.
Murmuraient en un souffle deux premiers
"Hooooo ! Hoooooo !" glissèrent de sa bouche insolente, puis suivit un "je ne peux y croire ! c'est absolument fabuleux !"accompagné d'un éternel sourire mutin.
La comtesse se pencha vers sa duchesse sucrée pour à son tour commenter les nouvelles en les agrémentant d'une autre toute aussi surprenante...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:25



    Ah bon ?


Le sourire étriqué laissa place à un plus large pour afficher une mine amusée. Ce que Catherine venait de lui confier était particulièrement inattendu, voire même inouï.

    M'enfin mais que me dis-tu là, tu en es certaine au moins ? Pour une nouvelle c'est une nouvelle, jamais je n'aurais pu imaginer cela, alors là tu m'en bouches un coin.
    Madame Berchoux m'en avait touché deux mots en rentrant du marché, mais j'avoue que je l'avais traitée de vieille pie sans relever plus que cela le ragot.


Se trémoussant sur son siège pour remettre sa robe correctement en place, elle s'abrita avec l'hermine de sa manche pour étouffer ses mots

    Tu sais que je déteste les rumeurs, mais pour le coup là il te faudra t'assurer que tes sources sont fiables, mais c'est quand même incroyable, in-cro-ya-ble ! Tu vas faire quoi alors ?


Puis plus bas encore, parce que cela relevait de l'ultra secret défense, elle ajouta une dernière confidence alors que ses azurs roulaient dans ses orbites comme pour accentuer le caractère important de l'information.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:26



Ce qui se disait là relevait de l'incroyable, l'inimaginable, l'exceptionnel... Elle connaissait grand nombre de personnes prêtes à tuer ou même à se libérer d'un membre pour ne savoir ne serait-ce qu'un millième des informations qui se passaient de duchesse à comtesse en ces secondes précieuses...

La blonde répondit tout d'abord dans un autre murmure à la question de la brune
"incroyable oui... Et pourtant vrai, de source aussi sûres que le sont les espions de la couronne !" un regard énigmatique jeté puis poursuivit de plus en plus bas" je vais faire en sorte que le couronné concerné, ainsi que sa famille, amis, fréquentation, comme Ses Grâces...." le reste fut dit encore plus bas, accompagnés de mimiques de toutes sortes, appuyant sur les noms importants pronnoncés, sur les faits établis et autres.

L'autre confidence de Vic laissa un nouvel
"OoOoOoOohhhhhh" sortir de la bouche de Catherine, une main sur le cœur pour digérer cette autre nouvelle qui ferait retourner les anciens rois et reines dans leur tombes.
Elle s'empressa de commenter cette information en ajoutant au passage des précisions qu'elle avait volé ici et là grâce aux oreilles que certains murs possèdent, même dans des endroits pourtant bien gardés. Cela ne pouvait qu'intéresser la brune duchesse et enflammerait encore la véracité de ces rumeurs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:28



« Le mariage est un duo ou un duel. »
de Emile Augier

Demeure d' Alexander Romaric d' Emerask, la veille du mariage:

Il était tard ce soir la, Alex dormait déjà depuis un moment, la flamboyante elle ne faisait que tourner et virer dans son lit sans réussir à rejoindre les bras de Morphée ne serais ce qu'une seule seconde. Elle ne pouvait absolument pas parler des craintes qui taraudait son esprit torturé, son rouquin ne comprendrait pas, peu être même qu'il serait blessé de savoir que ça lui fait quelque chose que son premier amour se marie.

Elle finira par tourner une dernière fois, agacée elle se lèvera alors, enfilant sa robe de nuit, elle prendra la capeline de son tendre, détachant la corde qu'il à noué autour de son coup et sorti de la chambre, une petite bougie à la main. Ses pas la conduisirent dehors, elle fila ensuite vers le petit parc de la ville ,la un banc, elle s’assit dessus lentement, repliant ses jambes contre son corps, ignora le froid ambiant et éteint la bougie la posant sur le bois du meuble. Tremblante et frissonnante elle poussa un long soupir, elle tentait de se faire à l'idée que jamais elle ne sera aimé par le blond, que jamais il ne lui pardonnerait d'avoir fuit même par peur, qu'une autre élèverais son enfant, sa chair, son sang, le fruit d'un amour interdit...


Pourquoi la vie est-elle si compliquée? Pourquoi ne veux t-il pas me pardonner, oui Euzen pourquoi ne comprend tu pas combien c' était destructeur pour moi de te voir si doux avec elle, et avec moi si...froid?

Parce qu'il voulait juste te trousser pauvre pauvre Catherine, quand comprendra tu qu'il s'en fou de toi, ton mioche et ta santé mentale? Il s'en tamponne le coquillard ma jolie ouvre les yeux un peu !

Non je refuse d'y croire, tait toi , toi , je ne veux plus t'entendre, je n'entend plus, tu n'es plus la monstre, créature du malin sort de ma tête!!

Tu sais tres bien que c'est impossible, nous ne faisons qu'un désormais la sauvage, c'est bien comme ça qu'il t'appelle crois tu que c'est une preuve d'amour?

Tais toi je t'en supplie, cesse ça...tait toi...Sort de ma tête TIRE TOIII !!!

Oui la belle rouquine devenait folle , plus l'enfant grandissait dans son ventre rond et accueillant plus elle entendait cette voix lui murmurer à l'oreille. Ça cognait dans son crane à tel point qu'elle vint appuyer sur ses tempes à deux mains, tremblant comme une feuille, le visage ruisselant de larmes, personne ne devait jamais savoir qu'elle entendait cette voix, que le malin l' habitait, est-ce la l'adage des roux? Suis-je vraiment une sorcière pensait-elle.

Elle pris alors une profonde inspiration et se releva, essuyant ses yeux d'un revers de main rapide, froid et sec presque rageur. Non elle ne se laissera plus abattre, qu'il lui fasse la tête, qu'il ne lui parle plus si l’indifférence est le pire des mépris alors elle le lui fera goûter, oui et il va en vomir ses tripes le Montbazon, il va comprendre combien on ne peu pas blesser impunément une sauvage. Bien décidée à le détruire, l’épater, elle rentra chez elle rapidement, remontant à l’étage elle se blottie contre son rouquin et finit par enfin s'endormir, animée par un nouveau désir, celui de la vengeance. Oui elle l'aime lui, à en mourir, oui elle l'a préféré au MN, elle est même prête à se marier avec lui, Alex...trésor de ses nuits, lueur de sa vie. Mais Euzen avait un goût amer dans son esprit, le parfum du passé, aussi âpre et acide soit-il...


Même endroit, le matin du mariage:

La rouquine c' était réveillée aux aurores, aidant son homme à se vêtir de la plus belle des manières. Il en fit de même avec elle lui nouant un collier en cuir et dentelle bien plus discret autour du cou, s'attela même à resserrer son corset le plus possible pour faire ressortir sa poitrine laiteuse et ferme à souhait. Elle poussa d' ailleurs un petit cris de douleur, le corset comprimait son ventre mais maintenant elle s'en moquait instillant tout son dégoût et sa haine après le Montbazon contre l'enfant qu'elle portait. Ce bâtard conçut par un fils trop gâté, lâche et stupide, ce fils de chien qui ressemblerait sûrement à son ordure de père. Plus d'amour pour le Euzen, plus de tendresse, plus de peine, juste de la rage à l’état brut. Sa robe était des plus resplendissante, dans les tons émeraude pale et foncée pour s'allier parfaitement avec la lueur verte de son regard espiègle. Sa chevelure de feu était à peine attachée, simplement quelques mèches relevées sur son crane en une tresse qui faisait le tour de sa tête, le reste de ses cheveux coulant dans son dos en une cascades de flammes qui léchait de manière provocatrice le creux de ses reins, Plus de douleur, plus de peur visible sur son visage angélique, juste cette détermination à ne plus jamais se laisser abattre.



Le flamboyant en bon futur époux avait fait mander et préparer un coche pour conduire sa dulcinée jusqu'au mariage, celle ci étant bien incapable de marcher jusqu’à l’église. Son ventre était rond, gros , non énorme à son sens elle ressemblait à une grosse vache engoncée dans une robe trop serrée. Mais aux yeux de son tendre elle était la plus belle, et tous pourrait sûrement admirer son corps resté fin sauf au niveau de sa bedaine de grossesse. Épuisée elle se laissa conduire par son tendre jusque dans l’église, elle n'accorda un regard à personne, les hormones mêlée à sa rage nouvelle faisait d'elle à ce moment une vrai bombe à retardement bien qu'a l’époque ça n'existait point. Le rouquin l'assis alors sur un des bancs de l'église, la elle poussa un profond soupire de soulagement et observa les personnes présentent, son regard aussi sombre que possible. Elle souffla alors d'une voix douce, toujours aussi suave en réajustant son corset :

- Mon amour tu doit vraiment m'aimer beaucoup pour supporter une vache à lait aussi grosse qu'une barrique d'hydromel...merci...d' être la, je crois que je vais le tuer avant la fin de la cérémonie.

Laissant sa phrase en suspens, qui sait si elle parlait du marié ou de son enfant...


[hrp]pensée de Catherine = rouge ; sa conscience = bleu [/hrp]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:28



« Un cousin c’est à mi-chemin entre un ami et un frère »
- Franck Oudit -

- Sur les chemins -

Holly Excrement* ! Obligée de se taper le trajet Montpellier-Limoges en voiture. Parce qu’une femme dans son état ne doit plus chavaucher longuement. Parce que si une chute survenait. Parce que c’est dangereux. Parce que… Gabrielle avait du capituler et avait donc voyagé dans un de ses fichus carosses. La dernière fois qu’on lui avait imposé pareille chose, elle avait failli vomir sur les chausses de la Comtesse Alandrisse. Cette fois c’est Cebyss, Comtesse elle aussi, qui échappa au tapissage. Gabrielle fit arrêter la voiture à plusieurs reprises à chaque étape afin d’aller répandre le contenu de son estomac sur les bas côtés. Elle détestait le roulis de la voiture, ce mouvement régulier qui lui soulevait le cœur à coup sûr. Et dire qu’elle allait devoir se taper le retour dans les même conditions. Et Enzo qui la regardait avec son petit sourire narquois. Elle l’aurait baffé. Il n’y était pour rien certes si elle était malade en voiture. Mais il était pleinement responsable de ce qui pointait sous sa robe. Et de tout ce qui en découlait. En plus, avec tout ça, même en machouillant des feuilles de menthe, elle devait avoir une haleine de chacal, il ne voudrait plus jamais l’embrasser, sa vie était fichue et elle détestait l’humanité entière.


- Le jour J -

En fait le seul mariage qui avait plu à Gabrielle c’était le sien. Celui d’Euzen, son cousin germain, proche donc dans la nombreuse lignée des Montbazon-Navailles, n’était ceci dit que le troisième auquel elle se rendait, après celui de Balian, le père d’Euzen et celui d’Hélène, l’ex-sœur d’Enzo.
Enzo qui n’était là que par obligation et qui s’emmerdait royalement il faut bien le dire. Non que Gabrielle soit follement réjouie de patienter sur un banc inconfortable dans une église glacée, mais elle tentait d’y trouver un tant soit peu de plaisir.
Elle avait donc trainé Enzo en avance à la cathédrale, pour visiter, éviter la foule, ne pas saluer cent fois des inconnus, choisir sa place, ce genre de choses. Si on pouvait éviter de lui mater la robe, trop décolletée, trop simple, pas assez ceci, trop cela. Bref, si elle pouvait s’éviter le chœur des bien pensants, Gabrielle aimait autant.
Le parvis était en vue, et il pleuvait, de quelques gouttes au départ, la pluie tombait maintenant drue. Enzo allait ronchonner, et Gabrielle le poussa dans une ruelle si étroite qu’en levant les yeux, on voyait à peine le ciel. Ici, ils étaient presque à l’abri de la pluie. Gabrielle sourit à Enzo.


- La ruelle me rappelle votre exigence d’épousailles et la pluie, le jour de notre mariage.

La main de Gabrielle vient chercher celle d’Enzo, les doigts effleurent leurs doubles, le corps se rapproche un peu plus, la brune se hisse sur la pointe des pieds et vient coller ses lèvres à celles de son mari. Une main glisse dans les cheveux mouillés. Le mariage du cousin attendra un peu, beaucoup, passionnément… à la folie, pour l’amour d’un autre… cousin aussi.

* Put… de m…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:30



Elle le regarda avec méfiance. Besoin de Suzane ? Mais pour quoi faire ?
Elle l’écouta attentivement tout en hochant la tête. Puis elle se tourna vers Suzane, l’interrogeant du regard. La servante hocha imperceptiblement la tête. Elle lui parlerait d’argent au mariage, demain.


C’est d’accord.

Elle parla encore quelque peu avec lui de la manière dont il conviendrait à la servante de se tenir, de la tenue, puis il partit.

Le lendemain.

Miette vint ouvrir les rideaux. La Balafrée ouvrit les yeux.

Déjà le matin ?

Évidemment qu’elle n’avait pas bien dormi. Elle ne dormait jamais bien. C’était devenu une habitude, mais elle n’aimait toujours pas ne pas dormir sa nuit complète.
Elle s’extirpa de son lit. Sourit à Miette qui attendait.


Bien ! Aide-moi à m’habiller, ensuite, il faudra faire de même pour Suzane.

Sa voix était légèrement glaciale et coupante. Les matins, elle était comme ça, la Line : elle se vengeait sur la première personne qu’elle voyait. Habituellement, c’était Suzane, qui avait pris l’habitude, à force. Là, c’était Miette. La Balafrée eut un sourire pour atténuer la dureté de ses propos.
Elle fut vite habillée, et tandis que Miette lui brossait les cheveux avec soin, Suzane entra et fit une révérence.


Mam’zelle… Z’êtes deb…
Excusez-moi Mam’zelle. J’me suis entraînée toute la nuit. Mais j’ai b’soin d’aide pour ma robe…


La Blonde hocha la tête. Elle montra la robe qu’elle avait choisie pour sa servante. Elles faisaient plus ou moins la même taille. Miette aida Suzane à s’habiller.

Bien ! Nous voilà prêtes. Suzane, n’oublie pas : tu es noble désormais. Je suis Lanceline, l’une de tes amies.
Miette… ?

Regard à la rousse.

Allons-y.

Et les voilà parties à rejoindre la voiture sous la pluie battante.

Allez Gaspard, nous sommes en retard !

Non, ce n’est pas pour l’effet de rime, elles sont vraiment en retard. Enfin un peu. Pas vraiment.

On doit passer chez le messer Balian, Gaspard !
Mais d’abord, à l’auberge des trois faisans, on a Caesar-Milandor à passer chercher !

Elles y arrivent. La Blonde remet sa cape et sort sous la pluie avant d’ouvrir la porte et d’entrer dans la grande salle. Là, elle salue l’aubergiste d’un signe de tête, parcourt la pièce du regard pour s’arrêter sur un jeune homme en train de lire, qui lui tourne le dos. Souriante, elle s’approche le plus silencieusement possible.

Excusez-moi messer… Il se trouve que je cherche un jeune homme répondant au nom de Milou. Vous le connaîtriez ?

Puis, hilare, elle l’entraîne à sa suite et les voilà de retour dans la voiture.

Chez Balian, vite !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:30

Moi… ? Il veut se servir de moi pour se venger ? Non, mais je ne suis pas un objet dont on peut disposer selon ses envies, hein ! Il me regarde avec un de ces airs.. J’en rougirais presque.
Bon, d’accord. Et alors que ma Mistra se tourne vers moi, j’acquiesce brièvement.
Jouer l’amoureuse super-contente d’être à son bras ? Noble ? Je crois que cela va être dur. Dès que j’ouvre la bouche, on voit que je ne viens pas du même milieu que Lanceline… Je les écoute parler encore un peu, puis j’aide ma Mistra à prendre congé & aller se coucher.

Le lendemain, je dors encore quand de l’agitation se fait entendre. J’ouvre un œil. Bon sang, c’est aujourd’hui !
Je sursaute et je m’extirpe du lit. C’est à moi de me charger de la réveiller, et c’est Miette, oui, LA Miette qui a pris ma place. C’est à moi de le faire, normalement ! Que doit penser ma Mistra ?
J’hésite, main levée devant le battant de porte. Je me lève habituellement tôt, mais là, j’ai passé toute la nuit à soigner mon élocution afin de ne pas trahir immédiatement mes origines.
Tant pis. Je fonce.


Mam’zelle… Z’êtes deb…
Excusez-moi Mam’zelle. J’me suis entraînée toute la nuit. Mais j’ai b’soin d’aide pour ma robe…


Robe qu’elle me désigne. Une belle robe en velours rouge, avec quelques pierres serties ici et là. Je regarde avec envie la parure. Et dire qu’aujourd’hui j’aurais le droit de la porter !
Une fois qu’elle est mise, j’écoute les dernières recommandations de Lanceline. Je hoche la tête. Je ferai ainsi, mais j’éviterai de l’appeler. Cela vaudra mieux, j’aurais trop peur de faire une gaffe. Je relève le menton, j’essaie de me tenir comme elle dans la petite voiture. Gaspard ne m’a pas reconnue. Je me sens belle, aujourd’hui !
Nous filons chercher Milandor qui ne me reconnaît pas de suite -d'ailleurs, je me demande comment va Félix-, après quoi nous arrivons chez Balian. Je prends la cape qui m’est destinée, je la passe sur mes épaules et je descends. Je frappe à la porte. Mes dernières craintes s’envolent tout à coup. Je prends une grande inspiration et je me concentre.


Balian, êtes-vous là ? J’suis… C’est Suzane. Pour le mariage. Vous êtes prêt, tout de même, j’espère ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:31



Un mariage royal ? un mariage princier ?
On ne lui avait rien dit. Il n'était même pas sensé invité.
Prévenu à la dernière minute, Milandor avait accepté de remplacer le cavalier de sa cousine Lanceline.
Il était arrivé bien tard la veille à Limoges et n'avait trouvé qu'une petite chambre à "l'auberge des trois Faisans".
Le matin, il s'était vête d'un bel habit pour l'occasion et attendait dans la grande salle que sa cousine passe le chercher.



il s'installa à une table et se mit à lire le gros manuel d'histoire grecque emprunté à la bibliothèque de son château.
Comme d'habuitude, Line serait en retard, il fallait prendre patience.
Le jeune homme sirotait une bière quand il entendit :


Citation :
Excusez-moi messer… Il se trouve que je cherche un jeune homme répondant au nom de Milou. Vous le connaîtriez ?

Qui est ce qui se permettait une telle familiarité ?
"Milou" était le nom que lui donnaient ses proches. Il n'appréciait pas que les inconnus l'appellent ainsi, sauf si l'inconnu se révélait être une charmante inconnue. Il se retourna et reconnut sa cousine. Elle, elle avait le droit de le surnommer ainsi.



Line bonjour !
Sommes-nous en retard ?



Elle ne prend même pas le temps de saluer son cousin que déjà Lanceline lui attrape la main et le traîne en riant vers sa voiture.
Le livre, oublié sur la table avec le verre à peine entâmé. Bon ben ce sera pour plus tard.

Et hop les voilà partis... vers l'église sans doute ?...
Pas sûr.
Il salue Suzane qui est bien belle dans une jolie robe. Tiens Suzanne aussi est invitée ? Drôle d'histoire.
Bon... les mondanités c'est pas trop mon truc. J'espère que je ne vais pas trop m'ennuyer, surtout que je ne connaitrai sans doute personne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:32



Voilà plusieurs semaines que le Corniaud était venu la trouver pour un épineux problème : les alliances. Juste à elle ! Comme si cela n'avait pas suffit l'humiliation suprême quand il l'avait repoussé, il fallait en plus que maintenant ce soit elle qui se retrouve en charge des anneaux nuptiaux.

Certes il y avait belle lurette que ses sentiments c'étaient éteins, mais le mini volcan ne savait si cette demande était un marque d'amitié et de confiance, ou encore une façon de lui coller le nez devant ce qu'elle n'aurait jamais.

Quoiqu'il en soit, la brune si elle pardonnait, n'oubliait jamais et elle réservait à Euzen un petit tour à sa façon.

Correctement vêtue sans trop en faire, sa toilette se fondait dans les masses de soieries des invités. L'avantage d'une couturière était de savoir que la simplicité ressortait toujours du lot et qu'une robe doit vous mettre en valeur sans jamais vous voler la vedette.

Etrange comme dans les mariages, toutes les femmes se paraient comme des bêtes de concours alors qu'elles devraient au contraire laisser cela à la mariée. Quoiqu'en temps que commerçante, elle n'allait pas s'en plaindre reconnaissant de ci de là, la griffe de sa mère.

Un léger sourire satisfait aux lèvres, Mely se faufila dans le saint bâtiment, à la recherche de la belle rousse qui l'avait accueillit à son arrivée à Limoges. Bien du temps avait passé depuis, mais Melyna se faisait fort de reconnaitre Aldraien comme celle à qui elle était chargé de remettre le précieux coffret.

C'est sur le devant qu'elle aperçut sa flamboyante chevelure et tout naturellement la rejoignit.
Une révérence plus tard, la brunette se présenta devant elle.


Dame Aldraien, je suis Melyna de Llobregat de la Duranxie, le futur marié, Euzen, m'a chargé de vous remettre les alliances.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:33



Le cistercien répondit aux dernières paroles du futur marié en riant

Evidemment, vous serrez assis sur des sièges voyons, le prie-dieu est pour ma réflexion personnelle mon cher.

D'un coup, un des domestiques entra dans la pièce en disant au clerc,

Sir, sir, un convoi vient d'arriver, il vient tout droit du Berry des Terres d'Aigurande et il porte les armes de Sa Grâce George Le Poilu !

Le diacre souriant et heureux que sa missive fût découverte à temps, dit en se dirigeant derrière l'Eglise par une porte de la sacristie

C'est l'alcool pour ton mariage qui arrive là mon petit !

Regardant le futur marié il lui dit

Vas dans l'Eglise accueillir tous ceux qui sont venus pour ce grand jour et fait un gros bisou à la baronne de ma part.

Puis le diacre alla derrière l'Eglise pour réceptionner l’alcool

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:34



        « Le sage n’a pas besoin de demander, mais l’idiot demande en vain. »
          D’Ursula Le Guin



    Et lui savait à présent, à quelle catégorie il appartenait …


    Ne pas avoir compris que le prie-Dieu n’était ni pour lui, ni pour sa Muse mais uniquement pour l’homme d’église, donnait au Montbazon l’impression d’être le plus simple benêt de la ville. Sensation désagréable. Très désagréable. Qui s’ajouta au lot déjà bien fourni de sentiment négatif de la journée. Quel serait donc le prochain ? Il aurait aimé que cette question fût sans réponse. Pourtant, elle le fut et rapidement. En un sens, elle l’arrangea bien, car l’arrivée des domestiques détourna l’attention générale de sa personne et de ces inepties. On apprécie rarement d’être l’acteur d’une scène dans laquelle on tenait le rôle de dindon de la farce. Toute diversion était donc bonne à prendre. Et celle-ci tomba à point nommé. Du moins jusqu’à que le valet et le diacre ouvrirent la bouche … Comment ça l’alcool de son mariage ?!



    - Il doit y avoir erreur mon Père … Pourquoi les bouteilles viennent-elles du Berry ? Certes la future Mariée est une baronne mais ce n’est pas … la vôtre … Qu’Aristote l’en préserve de cela. Il n’y a donc pas de raison qu’elles viennent de là-bas.


    Le Corniaud ou l’art de la dénégation.


    Le quoi du pourquoi du comment n’était pourtant pas si compliqué à deviner mais en ce jour bénit du trois novembre mille-quatre-cent-soixante, l’esprit du Corniaud avait décidé de faire honneur sa coloration capillaire en refusant toute compréhension simple des choses. Heureusement que l’on ne se mariait pas tous les jours ! Néanmoins, il n’eut pas le loisir d’entendre l’explication si explication il y eu car déjà Augustin entreprenait de le revêtir de ces vêtements de cérémonies. Certes ceux du berrichon lui allaient, quoi qu’un peu serrer, mais pour un jour tel que celui-ci … s’était un peu limite. Il n’aurait pas fallu que l’on confonde le futur marié de l’officiant quand même !



    - La cape ne sera pas sèche ...
    - Tant pis, je ferais sans.


    Et ce ne fut qu’une fois ces vêtements réajusté avec l’aide de l’espagnol qu’il remarqua que le berrichon l’observait. Venait-il de se tourner vers lui ou le contemplait-il depuis un moment déjà ? Malaise. Toutossetement. Le Corniaud avait de nombreux vis mais pas encore celui de faire dans la relation adultère vis-à-vis d’Aristote lui-même. Quoi que … Il eut une brève pensée pour celle qu’il l’eut baptisé, Camille. Un petit sourire lui échappa. Oui, quoi que …

    Finalement, il fut simplement et proprement mis à la porte de la sacristie, tel un enfant dont la présence devient gênante quand les adultes veulent parler de chose sérieuse. Pour peu, il serait véritablement retombé dans cette période bénite … ou pas … de l’enfance, en sortant tête basse et marmonnant, si les dernières parole de Rapha, ne l’eurent pas stoppé dans son élan. Un gros bisou à la baronne … Regard en biais du Cornaud vers le diacre, avec la réflexion plus que transparente dans ces orbites : Avait-il prit un coup sur la tête ?



    - Vous lui ferez vous-même … Elle n’en sera que plus enchanté encore, j’en suis certain.


    Ne laissant pas le temps à Rapha de commenter ou protester, le Corniaud s’en fut de la sacristie. Et ce qui le surprit tout d’abord, fut le monde. Tant d’arrivée en si peu de temps … Coup d’œil à l’entrée de l’église. Sa Muse n’y était pas. En quelques pas, il fut prêt de l’autel et y retrouva une rousse baronne … non berrichonne, celle-là … et l’une des fées tisserandes, alors qu’un coffret passait de l’une à l’autre. Non cette fois, il n’aurait pas l’absurdité de demander ce qu’il contenait, il le devinait aisément. La demande particulière qu’il avait adressé la brune quelques semaines auparavant, il l’avait par pure confiance. Pas un instant, le souvenir de l’aveu que la jeune femme lui avait adressé quelques mois auparavant n’était venu lui chatouiller l’esprit. Une mémoire sélective le Seigneur ? Certainement. Oubliant le malaise que cela avait engendré, il l’avait classé dans ces réactions, parfois insensé, que des jeunes filles naïves et innocente avaient parfois au mépris de tout bon sens. Certes, il n’était pas un modèle de bon sens mais la mini tornade le connaissait, qu’avait-elle bien pu espérer à l’époque ? Le Corniaud n’en savait rien et, encore aujourd’hui, ne voulait pas le savoir.


    - Aldraien, Melyna. Le bon jour. Salue de la tête à la seconde. Bise déposait sur la tempe de la première avant de murmurer. Merci d’être là …


    De nouveau, il risqua un regard sur l’entrée de la bâtisse puis sur l’ensemble de la salle. Alandrisse. Malone. Ses filles. Johanara, sans Balian mais avec son cousin à première vue … plus rien ne l’étonnait. Jade. Son mentor. Ange. Kylian. Ambre. Catherine-Elisab … Quoi ? Clignant de l’oeil une ou deux fois, le borgne finit par réaliser que oui, la jeune comtesse était bien là. Des semaines qu’ils ne la voyaient plus et n’avaient plus de nouvelle. Mais elle était pourtant bel et bien là. Résistant à l’envie de la rejoindre pour échanger quelques mots avec elle, quand bien même se serait des banalités, il se contenta de lui adresser un fin sourire. Il émit la prière qu’elle ne s’envole pas d’ici la fin de la cérémonie. Victoire était à son coté. Elle aussi avait pu venir. Nouveau réconfort. Son fiancé, Tugdual. Elea. Alexander. Salva. Il ne releva pas la colère qu’il lut quand leurs regards se croisèrent.


    Puis, il cessa là son inspection car tous prenaient place. Se balançant d’un pied sur l’autre, il tenta de prendre son mal en patience et, pour cela, accompagna son jeu de jambe d’un serrage et desserrage de poings.


    A présent, il ne manquait plus que la mariée …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:35



Jour J

On frappe à la porte. Balian a mal dormi, et ce n'est qu'en voyant Suzanne sur le pas de sa porte qu'ilse rappelle son coup de nerf du soir avant. Aller au mariage de son fils avec une servante déguisée en noble à son bras... encoreune merveilleuse idée du Hérisson senior.

Il s'en veut déjà mais il est trop tard pour reculer. Suzane est méconnaisable, ravissante dans une robe de sa maitresse. Il faudra juste éviter qu'elle ne parle de trop.

Heureusement il est pret, Mathilde l'a harcelé dès l'aube afin d'être sur qu'il soit pret à temps por le mariage de son fils.

Il rejint le carosse de Lanceline et salue son cavalier, Suzanne penant place à ses cotés.


Nul besoin de parler si çà n'est pas nécessaire...
Dorénavent vous êtes la Comtesse de Ségur, une amie de votre maitresse.
Tachez de jouer l'amourachée.


Les dernières recommandations sont faites et les voilà qui arrivent.
Les cloches ont sonné et les invités sont pour la plupart entré dans l'église.
Ce retard les empecherait de passer inapercu à présent.. l'effet n'en serait que plus fort encore..

Mais les remords le submerge juste avant d'entrer dans l'église.
Qu'allait penser son fils ? Il ne voulait pas le décevoir un peu plus mais il étit trop tard...

Il laissa passer Lanceline puis fit son entrée dans l'allée de l'égilse avec Suzane à son bras.. effacant les remords de son visage pour afficher un sourire. Au bout de l'allée, son fils... qui sembait des plus anxieux.La baronne était là, tous les montbazon également.. d'autres invités et Catherine-Elisabeth. Balian haussa un sourcil de surprise avant que son sourire forcé ne s'estompe en voyant ses filles déja présentes et en allant les rejoindre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:36



Installés dans l'église, les amoureux attendaient comme tout le monde que la cérémonie commence.
C'est la première fois qu'il entendait des mots aussi durs dans la bouche de sa future épouse et il la regarda un peu inquiet, sans se douter des idées qui habitaient l'esprit de sa Rousse.
Son regard était plus dur, plus froid qu'à son habitude, ce mariage était une nouvelle épreuve pour elle, sans commune mesure à celle qu'elle aurait bientôt à traverser, d'ailleurs.


Main non tu ne tueras personne, tiens toi tranquille et imagine nous là devant dans à peu près un mois...

Il se voulait aussi rassurant, la délivrance de la rouquine arriverait bientôt, pas dans cet endroit, du moins, il l'espérait, mais le plus tôt serait le mieux.
Sans plus rien ajouter, il entrelaça leurs doigts et déposa leurs mains jointes sur sa cuisse.
Il laissa ensuite son regard vagabonder dans l'imposante bâtisse, admirant l'architecture et les décorations, puis dévisageant l'assemblée.
Amis, ennemis, inconnus, gens de Limoges et d'ailleurs.
Son amie Elisa n'était pas présente, elle sortait de moins en moins, au contraire de son affreuse demi-sœur, dont la présence n'avait pas échappé au Rouquin.

Pourvu qu'elle s'abstienne de faire de l'esclandre et se donner en spectacle, cette vieille folle...

Après cette pensée, il détourna le regard, évitant qu'elle le remarque, dans l'intérêt de tous.

Il reporta son attention sur sa Catherine et lui vola rapidement un baiser avant de se rasseoir et de rajuster ses effets.
Elle lui avait choisi une tenue assortie à la sienne, verte et élégante.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:37



[Jour J]
[Auberge "Le Chat-Pitre"]

Mais non, ce n'est pas la peine de tant serrer, je vais finir étouffer à force. Puis, bon, ma poitrine n'a pas besoin d'être mise en avant. Je ne suis plus une midinette.

Fin des découvertes que recelait le coffre. Finalement Manon avait bien œuvré. Tout était là, prêt, propre, repassé. Elle avait même pensé au pommadère serti de filagramme d'argent et de pierres précieuses qui contenait son parfum favori. Un accessoire indispensable au côtoiement de certains personnages qui jugeaient que le bain usait la peau.

Enfin apprêtée, pomponnée, bichonnée, un léger voile de samit sur ces cheveux tressés, la comtesse posa sa cape d'hermine sur sa robe de brocart bleu.
Il était temps de rejoindre l'Eglise. Elle n'avait pu se rendre chez sa fille pour surveiller.........humm, surveiller? elle aurait aimé mais certainement pas Nahysse, non dirons plutôt "observer", l'accoutrement de sa fille.
Elle imaginait que trop bien son état d'excitation. Elle, si soucieuse de son élégance que sa mère avait du serrer les cordons de la bourse pour éviter que les terres de Lusignan ne soient la proie de trop de dépenses. Sans nul doute que la taille épaissie ne se prêtait pas forcement aux robes somptueuses.


[Arrivée dans l'Eglise]

Difficile de passer inaperçu lorsque l'on entre dans les derniers. Mais public était sa personne, elle devait l'assumer. Icie s'avança jusqu'au premier rang, non sans saluer à droite et à gauche.

Le jeune Euzen était déjà là. A chaque discussion, la comtesse en appréciait de plus en plus la personnalité et ses premiers doutes laissaient place à une relation amicale et sincère. Surtout depuis qu'il avait rejoint son équipe de campagne pour les élections royales.
L'issue en restait une grande interrogation mais au moins, elle était ravie d'avoir découvert des caractères, des idées qui laissait présager qu'il y avait encore en France, des âmes non corrompues par les clans et aptes à servir le Royaume sans courir après les titres et les arrangements douteux.


Cher Euzen, je vous complimente. Votre mise est sobre mais de bonne facture. Au delà de ce concept d'apparence, je suis ravie qu'en ce jour, votre union soit bénie.

Regard inquiet vers la grande porte. Sa fille, comme à son habitude, se faisait attendre mais en ce jour là, personne ne lui en voudrait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:38



Tandis que Johanara se perdait dans la contemplation des lieux et du futur marié qui était encore plus beau qu'à l'accoutumée, la main de Mathilde vint doucement se poser sur celle de sa maîtresse. Ses jolis yeux noisette l’enveloppèrent avec douceur tandis qu’elle soufflait :

Vot’fiancé est là m’dame. Vous tournez pas non ! Z’allez chialer. Et c’pas le moment ! J’vous préviens… L’est jolie. Toute mignonnette et richement vêtue. Mais z’avez la grâce d’une Reine ma Baronne. Sublime dans votre robe d’apparat… D’ailleurs devriez pas montrer … Vous l’aimez… Secouez pas la trogne, vous l’aimez ! ça risque d’le fâcher … Restez assise de grâce…

La Baronne se raidit. Tout espoir de couler des jours heureux auprès de Balian venait subitement de la quitter. Il avait osé… Pourtant elle s’en était persuadée tout le long du chemin, il ne pouvait lui faire l’offense de fanfaronner au bras d’une femme qui n’était guère de sa famille ou de son cercle d’amies proches.

Une œillade furtive lui confirma que si. La jeune brune accrochée à son bras lui était parfaitement inconnue. Et elle portait du rouge. .. La couleur préférée de son fiancé. Peut-être même qu’il lui avait offert la toilette. Ses grands yeux verts ourlés de miel s’ancrèrent un instant à ceux de son fiancé. Aucune animosité ne faisait briller les émeraudes de la jeune femme. Mais de la mélancolie jusqu’au bord des yeux…

Ses mirettes se détournèrent et se baissèrent sur la main de sa chambrière qu’elle enserra tendrement.

Mathilde avait raison. A quoi bon se voiler la face, elle n’était qu’une gourde amourachée. Elle n’avait que lui au cœur et au fond de ses larges prunelles.

Johanara se vit un instant, franchir les quelques bancs qui les séparaient pour cueillir aux lèvres de son fiancé un baiser empli d’amour puis glisser son sulfureux séant entre la brunette et son futur époux pour faire cesser cette mascarade.

Mais elle était Baronne. Et son père lui contait des légendes qui faisait remonter ses origines à de fières princesses vikings aux hanches larges et au regard d’acier.

Alors la jeune fille se leva faisant mine d’être gênée par la lourdeur de son mantel et ordonna à Mathilde d’entrer dans son jeu.

La servante empourprée jusqu’à la racine de ses cheveux clairs, craignant à l’avance le scandale qu’allait provoquer la jeune noble s’empara de la fourrure hésitante. Mais inutile de s’entêter lorsque les grands yeux verts de mer étincelaient de la sorte, mieux ne valait point tenter la contredire… La lutte acharnée contre l’opulente chevelure bouclée de sa maîtresse l’avait suffisamment épuisée.

Lorsque le lourd manteau glissa le long du corps sculptural de la rouquine, quelques murmures étonnés se firent entendre et moult regards glissèrent le long de son échine dénudée.

La robe était échancrée à outrance dévoilant la nuque gracieuse, le dos de miel et la naissance de la chute de reins tatouée de quelques lys. Une fine résille couvrait la peau si bien que même ainsi mise en valeur, elle restait décemment vêtue. Il y a bien longtemps que Johanara n’avait osé pareille tournure mais l’affront ne résidait point dans sa féminité ainsi surexposée aux yeux des autres mâles.

Une fine chaine d’or traversait son dos et se terminait au cou d’une panthère d’or et d’émeraude, joyau imposant sur la peau d’albâtre.
Mathilde connaissait sa réplique par cœur et s’exécuta malgré ses réticences, assez fort pour que Balian entende :


Ce bijou est magnifique. Plus encore que votre bague de fiançailles.

Peut-être que certains ne verraient là que coquetterie féminine ou une cambrure incendiaire à reluquer pendant les prières.

Mais Balian savait. Oui, il savait qu’un comte à la chevelure ambrée surnommait sa fiancé, Tigresse. Il ne pourrait que se faire des idées…

Ce pentacol brillant sur le grain de satin raisonnait comme un aveu dans la grande Cathédrale.

Pour le Montbazon, il aurait certainement le goût amer de la trahison. Mais pour la Baronne, les affres de la jalousie faisaient écho aux émois de l’Amour naissant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:39



Le diacre regarda discrètement par la porte de la sacristie, l'Eglise se remplissait et était presque à son comble.

Il n'avais jamais vu autant de monde dans celle-ci, c'est ainsi qu'il referma la porte et donna les dernières instructions aux enfants de choeurs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:39



[La veille du mariage à Tulle]

Gildwen finit de régler les affaires courantes du domaine avec son vieil intendant. Il se lève de son fauteuil pour faire quelques pas vers la fenêtre qui donne sur le parc. Après un moment de silence il se tourne vers son serviteur.

Amaury, dites à Damoiselle Helwena que je voudrais la voir.

Bien Messire…

L’intendant incline la tête et prend congé.

Après quelques minutes, on frappe à la porte.

Entrez. Ah ! Damoiselle… asseyez-vous. Je voulais m’entretenir avec vous pour la journée de demain. Nous allons partir de bonne heure pour Limoges.
Je vous garde à mes côtés comme convenu j’en serai plus rassuré. Voilà 18 ans que je ne suis pas revenu en ces terres et votre présence me rassurera.


Le jeune homme vient s’appuyer sur le rebord du bureau en face d’elle et pose son regard sur elle.

Ça ira pour vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:40



[ Tulle - Demeure d'un Montbazon-Navailles ]

La jeune femme était occupée à aiguiser sa lame quand l'intendant frappa à sa porte et lui dit que le maître voulait la voir. Sans poser de question, elle posa son arme et sortit de sa chambre pour rejoindre le jeune Montbazon-Navailles.

Entrez. Ah ! Damoiselle… asseyez-vous. Je voulais m’entretenir avec vous pour la journée de demain. Nous allons partir de bonne heure pour Limoges.
Je vous garde à mes côtés comme convenu j’en serai plus rassuré. Voilà 18 ans que je ne suis pas revenu en ces terres et votre présence me rassurera.


Bien Sir. Cependant je ne pense pas que vous devriez vous inquiéter. Votre cousin, Sir Euzen, sait que vous venez, c'est le principal après tout.

Son travail était de s'assurer de la sécurité de son jeune maître mais par cela elle s'occuper aussi d'apaiser ses craintes du mieux qu'elle pouvait. Après tout, c'était un peu de la sécurité émotionnelle.

Ça ira pour vous ?

Ne vous en faîtes pas pour moi Sir. Je serais toujours à vos côtés...prête.
La seule chose qui peut m'inquiéter sera la tenue. Je ne veux point faire honte à mon seigneur. Toute fois je vous promets de me parer de la plus belle tenue qui soit en ma possession.


Tout en parlant, la jeune escorte réfléchissait à sa garde robe. Elle opterait surement pour une chemise, des braies et une veste sans manche. Tout cela en noir bien sûr pour ne pas se faire remarquer. Elle allait devoir faire briller sa tenue maintenant.

Ce sera tout Sir ? Puis-je disposer afin de préparer tout cela pour demain ?

Son maître hocha la tête et la jeune femme salua par un léger inclinement. Il était temps pour tout deux de se préparer pour demain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:41



[Jour des noces]


Aux premières lueurs du jour, Gildwen est déjà debout. Pour lui la nuit a été agité, le fait de revoir sa famille après de si longues années le rend nerveux. Il passe sa tenue prévu pour la cérémonie et descend prendre une rapide collation.





Le jeune homme appelle les femmes de chambre qui apparaissent dans la salle à manger.


J’aurai besoin que vous montiez cette tenue à Damoiselle Helwena, et aidez-la à se préparer.

Les femmes de chambre inclinent la tête, Manon récupère le paquet et elles montent rejoindre Helwena dans sa chambre.

Gildwen se tourne ensuite vers son intendant.

Fais préparer le carrosse nous partons sous peu.

Bien Messire, je vais veiller à ce que Tristan attelle les chevaux.

Le jeune homme patiente devant la cheminée du salon. Voilà presque une heure qu’il attend. N'en pouvant plus il décide de monter, pour savoir si Helwena est bientôt prête.
Il passe dans le hall et lève les yeux vers l’escalier pour apercevoir la jeune femme qui descend. Il manque un temps d’arrêt, figé par la beauté et la grâce de la Damoiselle.
Gildwen reprend un peu d’aplomb et lui sourit.


Vous êtes ravissante Damoiselle, d'une beauté a couper le souffle... Notre carrosse nous attend…

Il fait signe à Amaury qui arrive avec des capes.

Nous avons le droit à un orage Maitre, il faut vous couvrir afin de ne point mouiller vos tenues d’apparats.

Manon aide Helwena à passer sa cape et Amaury aide son maitre. Les deux montent rapidement dans le carrosse qui prend la route de Limoges.


[Limoges parvis de l’église]


Le voyage a été plus long que prévu à cause du mauvais temps. Le carrosse s’arrête pour laisser descendre Gildwen et la Damoiselle.
Ils se hâtent de passer les portes de l’église alors que les enfants de cœur les referment.
Les voici enfin dans l’église. Gildwen regarde autour de lui tous ces visages qui ont beaucoup changé ou qui lui sont totalement inconnus.
Ils restent tous deux dans le fond de l’église se cherchant une place, mais il n’y a l’air de ne plus en rester. Ils trouvent enfin deux places dans le fond et si installent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:41

Je remontai dans la voiture, il s’assit à mon côté. Je lançai un regard à ma Mistra, puis regardai Milandor. Très-Haut, que j’étais anxieuse ! Et il en rajoutait en m’enjoignant de parler le moins possible. Je lui jetai un regard noir et me raclai la gorge. Attention, Suzane, attention !

Auriez-vous peur, mon cher, qu’une Comtesse n’sa… Ne sache se tenir ?

J’eus un sourire satisfait, et redressai fièrement le menton en voyant le regard étonné de Lanceline. Ha ! Quand j’avais dit que je m’étais entraînée toute la nuit !
Enfin nous arrivâmes. Je serrai le poing, descendit au bras de Balian, et pris une grande inspiration. Je ne pouvais plus reculer. Je défis un pli de ma robe et je m’avançai, tout sourire, papillonnant des cils. Je me penchai vers lui et lui murmurai :


M’laissez pas tomber.

Puis je me redressai, défiant tout le monde du regard. Je savais qui était l’Ennemie. Enfin, « ennemie »… En me montrant au bras de l’homme qui était à mes côtés, c’était certain qu’on le deviendrait. Et pourtant, moi, je ne lui voulais pas de mal…
Souris, Suzane, souris. Je me serrai plus encore contre lui. Il voulait de l’amourachée ? Il en aurait, tiens !
Je le regardai amoureusement.


Balian, je n’en reviens pas que vous m’ayiez offert une telle robe. Elle a dû vous coûter une fortune ! Et ces pierres !

J’eus un sourire béat. Ah, quelles pierres ! Je posai ma tête sur son épaule, et caressai sa main du bout de mon index, presque distraitement.
Quelles pierres… !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:42



La bataille avait commencé et le brun n'avait rien vu venir.
Alors qu'ils avaient fait leur entrée dans l'église, Balian découvrit d'abord sa promise de dos au coté de sa chambrière. Puis elle leur jetta un coup d'oeil et Balian se mordit légerement la lèvre inférieure de l'intérieur.

Des remords déjà pointaient le bout de leur nez.
Foutu fierté qu'ils avaient chacun les entrainant toujours dans un combat de coq pour ne pas céder le premier. La baronne resta presque de marbre en le découvrant accompagné, mais le montbazon cru l'espace d'un instant entrevoir une pointe de mélancolie dans son regard... avant...

Avant.. qu'elle ne retire son manteau hivernal.
Et là le choc fut brutal, réveillant d'un coup l'ours grincheux qui somnolait.
Elle avait osé une tenue tape à l'oeil qui ne manquerait pas d'attirer tous les regards.. celui du juge en premier lieu.
De sa nuque en descendant lentement le long de son dos, pour finir à la chute de ses reins et y découvrir quelques lys tatoués.
Ainsi elle avait dit vrai, elle était vraiment tatouée...
Il eut du mal à déglutir tant la vue semblait irréelle surtout dans une église.

Et en la détaillant il remarqua qu'une fine chaine traversait son dos, son regard suivit la chaine le long de son dos pour finir sur une..
... panthère en or.
Son sang ne fit qu'un tour ! Il avait osé !
Ce Comte de pacotille, ce gredin insolant, ce rouquin mal éduqué...
Cela ne faisait aucun doute pour Balian. Carmody avait offert un présent à celle qu'il se plaisait à nommer "Ma tigresse"
Comme si elle était sa possession, sa féline à lui...
Ce qui avait don d'énerver le brun au plus haut point, à lui faire dresser ses épis d'hérisson !
Une seule envie.. trouver Charles et lui faire ravaler sa pomme d'adam.

Mais çà n'était pas le moment.
S'il était presque décidé à cesser ce petit jeu pour aller retrouver Johanara il y a encore quelques instants, à présent il était plus que disposé à jouer le jeu un peu plus.
Seul hic.. tenter de cacher sa jalousie et toute la rage qui l'habitait en ce moment...


Balian, je n’en reviens pas que vous m’ayiez offert une telle robe. Elle a dû vous coûter une fortune ! Et ces pierres !

Un sourire béat, elle avait glissé sa tête contre son épaule et lui caressait la main.
Balian joua le jeu et appuya légèrement sa tête contre la sienne tout en couvrant sa main de la sienne.


Nul robe ou bijou n'arrive à la cheville de votre beauté !
Je serai bientot riche il parait, nul besoin de regarder à la dépense.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:43



[ Tulle - Demeure d'un Montbazon-Navailles ]

A peine le soleil avait-il pointé le bout de son nez qu'elle était déjà debout. Aujourd'hui elle devait accompagner son Maître. Aujourd'hui c'était la première fois pour lui depuis 18 ans qui allait revoir les membres de sa famille. La nouvelle du décès de son frère jumeau, Léandre, l'avait affecté, il n'était donc pas question qu'elle lui fasse honte et que les retrouvailles se fassent mal.

Lavée, séchée et enroulée dans un drap, la jeune fille surveilla une nouvelle fois l'état de sa tenue. Les bottes étaient brossées, le nombre de bouton de sa veste comptés et recomptés et la chemise inspectée afin d'être sûr qu'aucune trace de poussière n'y soit présente.
Posant son drap elle commença à se vêtir de ses braies et de sa chemise quand on frappa à la porte.


Damoiselle Helwena ?

Oui ?

S’inquiétant d'être en retard, la jeune femme regarda le soleil dans le ciel afin de juger de l'heure tandis que Manon et Eugénie entrèrent dans la chambre.

Un problème mes dames ? Je suis en retard ? Le maître est déjà prêt et me réclame ?

Le maître a plutôt un présent pour vous Damoiselle. Il aimerait que vous portiez ceci pour le mariage.

Écoutant Eugénie, Helwena porta ses yeux vers le paquet que Manon déballait. Elle s'en approcha et en eu le souffle coupé.
Le Maître n'était que trop généreux avec elle et elle regarda les deux servantes qui arboraient un large sourire.


C'est ... ?

Nul le temps de continuer, voila que les deux femmes l'avaient prise comme "otage" et c'est bien une heure après qu'elle fut libérée, parée de sa robe. Sa démarche n'était pas sûr et c'est lentement qu'elle se présenta en haut des escaliers. En bas, son maître. La jeune femme descendit les escaliers et s'approcha de lui.

Vous êtes ravissante Damoiselle, d'une beauté a couper le souffle... Notre carrosse nous attend…

Merci Sir. Excusez moi pour le retard. Je n'ai pas l'habitude de porter de telle robe et vos femmes de chambre ont voulu tester d'innombrables coiffures. J'espère que celle-ci vous convient.

La jeune femme inclina la tête. De toutes les coiffures testées c'était finalement la plus simple que les deux servantes avaient choisie et c'était celle qu'Helwena préférait. Les deux femmes l'avaient torturé à coup d'épingles à cheveux et filet et elle était ravie d'en avoir le minimum sur la tête.

Manon descendit avec Eugénie puis elle s'approcha d'Helwena et l'aida à passer une cape de couleur beige, à large capuche. La jeune servante l'aida à placer la capuche sur ses cheveux afin qu'elle ne défasse pas sa coiffure.

Le carrosse avancé, les deux jeunes gens montèrent à bord et prirent la direction de Limoges.



[ Limoges - Parvis de l’église ]

La pluie était toujours présente mais la jeune escorte n'en avait cure. Ce n'était pas quelques gouttes d'eau qui allaient lui faire peur même si devoir salir la robe que son maître lui avait offerte ne l'enchantait guère.

Le maître l'aida à descendre et tout deux se dirigèrent vers l'église avant que celle-ci ne se referme derrière eux.
Le bâtiment religieux était pleins à craquer et un léger malaise lui prit. Elle assurait la sécurité du jeune Montbazon-Navailles mais là, tout à coup, devant tant de personnes de la haute, c'est elle qui aurait aimé être protégée. Protéger d'un faux pas.
La jeune fille leva les yeux vers son maître et se découvrit la tête, gardant sa cape sur ses épaules pour rester au chaud. Elle lui fit un léger sourire et le suivit jusqu'aux deux places encore libre dans le fond de l'église.
De là, au moins, elle ne se faisait pas remarquer, elle pouvait surveiller et elle pouvait admirer toutes les parures.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:44



« Vous savez que j’affectionne tout particulièrement vos simagrées ? » De Nathan.




Le jeune homme s’était donc rendu à l’intérieur de l’église de Limoges avec sa cousine, qu’il suivait à deux pas en arrière. De nombreuses personnes qu’il ne connaissait pas étaient présentes. Assurément, Nathan appréciait le fait de voir de nouvelles têtes, ça lui changeait les idées. Car des idées fusaient à tout va en lui. Comment devait-il s’habiller, devait-il garnir la sébile de sa cousine. Devait-il retourner en Berry. Devait-il adresser un sourire à cette jeune blonde. Oui les préoccupations de Nathan étaient très… Égocentrique. Il ne pensait pas qu’à lui mais pas dans la totalité de son esprit, oui il possédait une pitié pour sa cousine qui hurlait intérieurement.



Il suivait donc Johanara qui s’assit. Le jeune Berrichon connaissait très bien les églises et savait comment ça fonctionnait. Vous faisiez un geste vous étiez regardé, analysé, jugé et au centre des rumeurs des venelles. Il en avait fait un jeu, et quel terrain de jeu était propice ? L’église de Limoges. La partie débuta quand Nathan alla s’asseoir aux côtés de sa chère cousine. Le chapeau fut ôté, les gants aussi, posé à sa droite pour éviter d’être collé par quelqu’un. La place est réservée. Belle excuse et tout à fait incontestable. Mais pour qui pouvait-elle être réservée ? Personne à l’évidence. C’était un désert amical chez le blondinet.



Installé, l’inconfort du banc l’importuné, pourquoi la pauvreté devait-elle être une des vertus de l’église ? Question qu’il se posait et se posera toujours. Il détourna son regard vers l’arrière et vit l’objet de la rage intérieure de sa cousine. Oh que c’était amusant, les simagrées allaient pouvoir entrer en jeu. De nombreuses critiques acerbes pouvaient se joindre à ce petit jeu, mais les Ambroises étaient du genre à se moquer de celles-ci du moment que l’objectif était atteint. Il se retourne, se redressa et détourna sa tête vers sa cousine. Le chuchotement n’était d’habitude en aucun cas de rigueur chez le blond. Mais les circonstances faisaient que… Il se pencha avec la plus grande des délicatesses et les simagrées d’un chuchotement qui devait se faire voir accompagnèrent le tout. Le grotesque se présentait indéniablement et Johanara eut ces paroles à son oreille : «
Chère cousine, que c’est amusant, votre fiancé ou je ne sais quoi est dernière nous rien de mieux ! Si si je vous assure. Oh que vous avez de belles boucles d’oreilles. Vous avez bon goût. Bref là n’est pas le sujet, les compliments se feront après. Vous vous souvenez du Berry ? Question rhétorique vous vous en souvenez. Bref ! Nos jeux d’enfants un quelconque souvenir ? Souvenez-vous de votre deuxième ou troisième petit-ami, je le détestais comme tous les autres soit disant passant. On avait réussi à le faire pleurer à un banquet ! Vous étiez cruelle à l’époque il avait fait un compliment à l’autre blonde… Quoiqu’il en soit ça avait marché. Là je ne pense pas que Balian pleurera, mais il sera surement énervé de nous voir se moquer de lui, surtout avec sa barbichette. Bref, ma chère cousine, quand je vais me redresser, vous vous retournerez et vous ferez un petit rire, genre, frivole le rire accompagné de la simagrée qui s’en accommode. Si nous répétons l’opération plusieurs fois je suis certain qu’il sera enragé. Puis nous avons toute une cérémonie pour le faire culpabiliser, n’est-ce pas génial ? Nous allons bien nous amuser je peux vous l’assurer ! »



Etait-ce le chuchotement le plus long de l’histoire ? Surement, cependant le sourire que Nathan adressa à sa cousine en se redressant voulu tout dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:44



« Dans la vengeance et en amour, la femme est plus barbare que l'homme. » De Friedrich Nietzsche

Mais point en public sous le regard implacable d’un homme d’Eglise et de ses fidèles.

Johanara sentait qu’elle en avait déjà trop fait en exhibant ainsi sa chute de reins insolente en la Cathédrale. Quant à ce pendentif qui balançait fièrement le long de sa croupe, elle ignorait si Balian l’avait seulement remarqué tout occupé qu’il était à conter fleurette à sa brune cavalière.
Les chuchotements de son cousin frôlèrent sa délicate oreille, sans qu’aucun mot ne vienne s’ancrer à son esprit.

La colère et la haine s’emparèrent de Johanara. Ses pensées se brouillèrent, elle n’entendait plus, ne pensait plus…

Mais les paroles de Balian raisonnaient en mille échos. Il vantait la beauté de sa compagne… Pourquoi étaient-ils assis si prêts ? N’avaient-ils aucune décence ? Quelle femme du monde pouvait accepter de parader ainsi au bras d’un homme fiancé et devant de sa promise ?

Ce goujat ne se contentait pas d’une présence féminine à ses côtés. Ils étaient proches. Leurs mains se cherchaient. Lorsqu’elle se pencha vers son cousin pour entrer dans son jeu qu’elle finit par comprendre, ses mirettes surprirent un geste d’une grande tendresse. Son fiancé venait de poser son front contre celui de l’inconnue.

Le rustre lui jetait en pleine face l’une des pires insultes qu’elle avait eu à subir de toute sa vie. Quelle humiliation. Elle essaya de parler mais les mots s’étranglèrent dans sa gorge d’albâtre. Elle porta la main à son cou pour trouver sa respiration sous le regard inquiet de Mathilde qui craignait que sa maîtresse ne perdit connaissance.

Les cils de la jeune femme papillotèrent comme les ailes d’une libellule mourante. En d’autres temps, l’affront lui aurait coûté par orgueil et par fierté. Comment pouvait on lui préférer une autre femme, elle dont la beauté enchanteresse incitait les poètes et les peintres de tout le pays à venir jusqu’à sa demeure pour immortaliser ses traits par quelque esquisse ou sonnet …

Pour l’heure, si sa vanité était malmenée, son cœur surtout lui saignait. Quelle sotte. Elle avait cru que son fiancé gardait ses distances par crainte de succomber à ses charmes et au jeu ravageur de l’Amour. Mais il en aimait une autre. Et ce mariage ne serait rien de plus pour lui qu’une transaction financière…

La vengeance procède toujours de la faiblesse de l’âme, qui n’est pas capable de supporter les injures. L’orgueil lui, aurait guéri. Quand on a l’assurance de la Baronne, on ne trébuche guère au premier obstacle. Mais le palpitant ne s’en remettrait point.

Elle le blesserait. Peut-être dans l’intimité de leur chambrée, lorsqu’elle serait sa femme.

« Je suis à votre disposition Monseigneur, ordonnez et vous serez obéi. Souhaitez-vous copuler avec moi ? Qu’à cela ne tienne. »

Alors elle écarterait les cuisses, immobile, le regard froid. Il n’obtiendrait rien de plus de son épouse, qu’un corps glacé et inerte. La plupart du temps. Car elle lui laisserait découvrir, lors de rares nuitées, l’amante redoutable qu’elle aurait pu être s’il l’avait traité avec plus de déférence et de respect. Elle lui montrerait qu’elle n’avait pas son pareil pour les jeux de l’Amour et il se lamenterait que cette Vénus insatiable n’apparaisse qu’une fois l’an.

D’autres plans échauffèrent ses pensées. Des histoires de bâtards, d’infidélités, d’enfants morts nés ou difformes… Mais elle savait déjà que sa vertu et son affection grandissante l’empêcheraient de les mettre en œuvre.

Johanara releva la tête, prête à défier n’importe quel regard de pitié ou condamnation. Son menton fièrement relevé, elle adressa à son cousin un sourire rassurant. Et une fois encore, son caractère emporté lui fit dire des horreurs :


Mon fiancé a raison de trouver auprès d’une autre toute l’affection qu’il n’aura jamais de ma part. Depuis le commencement, j’ai été frappé par ses mauvaises manières, son inconstance, et son mépris égoïste des sentiments d’autrui. Il n’y avait pas un mois que je le connaissais et déjà je savais qu’il était le dernier homme de ce monde que je consentirais à épouser. Cette union n’est que le fruit d’un hasard bien cruel. J’espère que cette charmante enfant le tiendra éloigné de ma couche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   Ven 5 Avr - 18:45



L'église s'emplissait petit à petit, les conversations de chacun créant une sorte de grondement incessant, amplifié par les hautes voutes de l'édifice dédié à la prière et aux sacrements.

La joute verbale qui s'était amorcée entre les deux nobles n'était donc point parvenue à son ouïe, il fallut qu'une de ses voisines, visiblement choquée par ce qu'elle venait de voir, ne donne un léger coup de coude à l'évesque, tout en luy murmurant qu'elle ne pouvait laisser pareil affront estre fait au Tout-Puissant au seing mesme de sa demeure. Alors l'abbesse daigna se retourner, et suivre le regard de sa voisine, vers la damoyselle à la chevelure de feu. Et son sourcil se haussa, lorsqu'elle remarqua le manque de décence du haut de la tenue.
Autant Eloin avait été femme, naguère, et comprenait ce besoin de séduire, ou, du moins, de montrer sa beauté aux hommes et aux autres femmes ; autant elle ne pouvait laisser passer cela, quitte à faire une ingérence dans une cérémonie dont elle n'était point l'officiante. Mais, par Sainct Barnabé, elle restait maistresse en son diocèse, elle ne pouvait laisser passer cela !

Ainsi la moniale se leva, ce qui attira sur elle les regards de ses plus proches voisins, qui ne manquèrent point de s'écarter pour luy laisser le passage, avides de savoir ce qui se passerait dans les instants à venir. La distance la séparant de la damoyselle indécemment vestue fut comblée en peu de temps, et l'évesque s'adressa à elle à voix basse, non sans l'avoir auparavant saluée d'un respectueux signe de teste.


Donaisela, il serait préférable de remettre vostre mante, maintenant que toute l'église a pu admirer vostre anatomie ainsi dévoilée...

Nul reproche dans l'intonation de la cistercienne, nul courroux dans son regard, mais une simple demande, pour la tranquillité des fidèles. Et, si la jeune femme ignorait l'identité de celle qui venait de luy adresser la parole, l'anneau épiscopal qui ornait sa main dextre luy donnerait certainement un indice...

http://nsa31.casimages.com/img/2013/02/15/130215052929487629.png" border="0" alt="" />
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*   

Revenir en haut Aller en bas
 
Novembre - [RP-Eglise Limoges] Le mariage est un duo ou un duel*
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RP] Mariage d'Espoire d'Amilly et Jean Zwyrowsky
» mariage de Mattdu69 et Chrie6768
» 24 Novembre 1456 : Mariage noble de Rosa et de Louis-Hubert
» Mariage Dandolo et Stephandra
» [Niort 1458] Mariage de Messire Emeric et Dame Lisou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ferrassières :: 1460-
Sauter vers: