AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des Fées en goguette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Melyna.

avatar

Messages : 3

MessageSujet: Des Fées en goguette   Mar 3 Juil - 12:01

[De bon matin à l'atelier des Fées Tisserandes ]

MARGOULETTTEEEEEEEEEE Voilà une journée qui commençait bien ! A peine un frugal petit déjeuner avalait que la brune courait en tout sens, vérifiant que rien n'avait été oublié et que la volcan aurait tout ce qu'il lui fallait.

Debout dans l'entrée la douce voix de Melyna se fit entendre à nouveau
MARGOULETTTEEEEEEE !!! Maman est capable de se débrouiller seule vient donc m'aider !!!
La malheureuse Dame de compagnie de Val se faisait manger à toutes les sauces, quand la fille de la patronne ne la faisait pas tourner en bourrique.
Et en ce moment avec la brusque disparition d'Alwen, la mini volcan n'était pas à prendre avec des pincettes, la pauvre femme l'avait bien touchait du doigt, aussi laissant sa maîtresse à ses derniers préparatifs elle se hâta dans l'escalier


J'arrive, j'arrive, mais le Très Haut ne m'a donné que deux mains Mad'moiselle et votre Mère sait fort bien les occuper.

Ca je n'en doute pas ! Mais moi aussi je n'ai que deux mains et j'ai besoin des tiennes pour m'aider à charger la carriole.

Devant la mini fée de grosses malles en osier étaient remplies à craquer de précieux trésors.
Préparé la veille au soir par la mère et la fille, on pouvait trouver à l'intérieur une profusion de tissu de toutes sortes, les plus belles soieries y côtoyant de luxueux velours. Les textiles provenant de diverses contrées étaient à eux seuls une véritable invitation aux voyages.


Allez ouste on charge celle ci ! Les poignées furent prise à deux mains et péniblement les deux femmes hissèrent la malle la plus grosse et la mieux garnie.
Bein dites donc, vous emportez au moins un corp l'a'dans ! Vous avez tué une cliente ma parole ! La brave femme chahutait, souvent témoin en arrière salle de l'énervement des artistes quand des clients se montraient particulièrement... casse noisette dirons nous.

Mely émit un petit rire, aussi frais que l'air du matin.
Il nous faudrait bien plus de malles dans ce cas !

Allez hop les deux autres sont bien plus légères. Et en un tour de main les malles contenant coiffes et autres ornements de coiffure, plus celle qui gardait précieusement en son sein galon, ornement et autre fanfreluches se retrouvèrent à leur tour en bonne compagnie.

Les pommettes rosies comme de jeunes coquelicot, la jeune fille planta un baiser sur la joue de la brave Margoulette pour la remercier de son aide, avant de faire à nouveau usage de sa si douce voix.

MAMANNNNNNNNNNNNNNNNN Accélère on va être en retard !!!!!!!

Avec agilité Mely grimpa sur la charrette, planta son chapeau de paille sur ses boucles brunes sans pouvoir dissimuler un regard triste vers leur petit appartement désespérément vide. Heureusement qu'elle avait son travail, son volcan de mère et cette nouvelle commande qui venait d'arriver pour lui changer les idées.

Et en parlant d'arrivée la somptueuse Valeryane fit son apparition.


Hey ho doucement hein ! Mely éclata de rire en entendant sa mère.

Si tu ne te dépêches pas c'est moi qui vais mener les chevaux et tu connais ma dextérité à le faire... La miss laissa sa phrase en suspend car si elle avait un bon sens de l'orientation la conduite d'un attelage n'était pas du tout dans ses cordes, et elles pourraient bien mettre bien plus de temps que prévu à rallier Ferrassières, terre où les attendait Euzen de Montbazon Navailles.

La répartie ne se fit pas attendre mais quelques minutes plus tard les deux couturières prirent enfin le départ.
Pour l'arrivée tout reposait désormais sur les épaules de Valeryane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valeryane

avatar

Messages : 2

MessageSujet: Re: Des Fées en goguette   Mar 3 Juil - 15:07

[Dans les appartements de l'atelier]

Margoulette était en train de serrer le dernier lacet du corsage quand la douce voix
fluette de sa douce mini volcan se fit entendre, la volcan regarda le ciel et se mit à rire.

MARGOULETTTEEEEEEEEEE

La pauvre Margoulette, était plus stressé qu'elle même, et en ce moment Melyna
avait un besoin qu'on s'occupe d'elle plus que d'habitude.

File Margie je m'occupe d'enfiler ma surcote et mon jupon, va donc voir ce que veux
ma fille, au passage demande à Jehanno de venir, c'est lui qui non conduira.


La maître couturière, enfila le reste de sa robe faite de soie dans une couleur grenat,
qui faisait ressortir sa longue chevelure noir et ses grand yeux vert, malgré le temps,
les coups dur, et les déceptions, la brun était toujours une femme tenue et sa beauté
était resté intacte, quelque petite ride montrait son âge, de femme affirmée. D'ailleurs
Melyna et Alcimane avait tirés de ses traits. Une dernière chose avant qu'il fallait prendre
avec précaution et surtout caché pour le voyage, les écrins renfermant sous leur doux
velours noir, les perles et pierres qui allaient décorer les tenues, c'est bien pour cette
raison qu'elle faisait venir son homme de main, au grand plaisir de sa dame de compagnie
qui en était amoureuse.



Quand la volcan fut prête elle descendit à la charrette tenant dans ses mains
la petite sacoche précieuse,qu' elle fourra dans son corsage, Jehanno avait déjà tout chargé, elle monta auprès de Jehanno et Melyna comme à son habitude sauta, faisant secouer, corsage et ce qu'il y avait à l'intérieur, un "Hey ho doucement hein !" sorti de la bouche de la volcan. M'enfin quelle sauvagerie, la volcan remit de l'ordre dans son corsage et rigola
de l'empressement de sa fille.


Si tu ne te dépêches pas c'est moi qui vais mener les chevaux et tu connais ma dextérité à le faire..

Un vrai mini volcan, une vrai futur renarde comme sa mère.


Oui bon ben! On y va, aller Jehanno goooo!


[Domaine des Ferrassieres]

Bon sang qu'elle avait mal à son séant sur cette charrette, elle préférait mille fois
son étalon que cet engin, c'est enfin que nous nous retrouvèrent devant les grilles
et que Jehanno se présenta aux gardes..


Oyez! Compagnon, faite savoir à vos maîtres que La maître couturière et fournisseur royale de a majesté Donà Valeryane de Llobregat de la Duranxie et sa fille sont là.

Jehanno avait bien précisé sa fonction, pas par vanité mais pour montrer que le travail
qui sera effectué, sera à la hauteur du titre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Augustin

avatar

Messages : 8

MessageSujet: Re: Des Fées en goguette   Mar 3 Juil - 17:25

[Au petit matin, sur le chemin menant au domaine]

L’ordre avait été donné, la nouvelle était tombé, tout devait être prêt.

Et c’est pour cela que, quelques jours auparavant, certains membres de la famille Montbazon vivant à Limoges avaient pris la route direction les Ferrassières, emmenant avec eux un nombre au moins équivalant, si ce n’est double, de domestique. Et l’espagnol faisait partit de ceux amené par le corniaud. Elise, Mathilde et ceux de ces enfants qui l’accompagnaient à la Capitale Limogeoise étaient bien sûr de la partie, ainsi que d’autre que le brun ne connaissait pas vraiment ou pas encore.

Et un fois sur les terres de Lyonnais, les habitudes et les repaires ne furent pas long à être repris par le Fiel et son jeune maitre. Notamment celle qui les poussaient, plusieurs nuits par semaines, à rendre visite à l’auberge de la Fine Bouteille, présente dans le village voisin. Certaine filles avaient changé, d’autre non. C’était toujours ainsi après une absence de quelques semaines. Mais cela, ils en avaient cure, n’ayant aucune véritable … fidèle. Quoi que l’espagnol le fût toujours un peu plus que le blond qu’il accompagnait. Question de tempérament. Selon ce dernier, changer c’est ne pas s’attacher. Vrai qu’il appliquait cette règle à la plus part de ces amantes …

Enfin …

Ils en étaient là, à commenter leur nuit et leurs partenaires respectives quand ils arrivèrent aux grilles. Comme à son habitude, le garde les gratifia d’un commentaire grivois mais, à son grand étonnement, il vit son compagnon stopper. Sans que l’ordre ne lui fut donner mais par habitude et connaissance du Corniaud, l’Espagnol en fit autant et écouta son jeune maitre et ami s’adresser à l’ancien soldat.


- Quand midi sera passé, Agos viendra vous rejoindre ici. Deux dames, deux couturières, Dame Valeryane et demoiselle Melyna sont attendu dans la journée. Quand elles se présenteront, il les ménera directement au salon, ne vous en souciez donc pas Léon.

Typique du Navailles ça ! Donner des autres à plusieurs personnes en ne s’adressant pourtant qu’à une. Aux autres d’écouter et s’ils manquaient le coche ? Tant pis pour eux. Cette constations, fait une nouvelle fois, arracha un sourire au jeune hispanique. Le Montbazon avait des qualités mais certainement pas celle d’être arrangeant. ‘fin bref.

Lentement, ils reprirent leur route vers l’habitation, laissant, au passage, leur monture aux écuries.


[Quelques heures plus tard]

L’après-midi était bien avancé et le soleil déjà haut dans le ciel quand, au loin les sabots d’un quadrupède se firent entendre. Ces derniers étaient accompagnés de crissement, bruit typique de roues évoluant sur des cailloux. Monture plus attelage donc. Et il ne fallut guère de temps pour que le tout soit en vue. Prêt, l’espagnol s’était posté devant les grilles ouvertes et, d’un geste fluide, attrapa les brides de l’animal, le faisant stopper là, quand il fut à sa hauteur. Le conducteur parla, confirmant son idée : Leurs invités étaient bien arrivés.

- Buenos días Señoras, soyez les bienvenues aux Ferrassières.

Confiant les brides au garde, il contourna l’attelage avisant d’un coup d’œil le chargement avant de tendre la main.

- Si vous voulez bien mettre pied à terre, je vais vous conduire au salon. Vos malles vous seront porter là-bas dans les plus bref délais.

Du coin de l’œil, il vit Léon se penchait vers l’un de ces plus jeune fils, arrivait avec sa mère et le convoi. Sans attendre, le gamin fila et le brun n’eut pas de doute quant à la mission qu’il devait remplir. Rameuter assez de bras pour porter le tout. Durant ce temps, il aida les deux femmes à descendre et, un fois fait, s’inclina enfin pour les saluer.

- Suivez-moi, c’est par là ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des Fées en goguette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des Fées en goguette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Morgane, magotte en goguette
» [750pts], goguette estivale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ferrassières :: Seigneurie des Ferrassières - Lyonnais Dauphiné :: Grille d'entrée de la seignerie-
Sauter vers: