AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On es pieuse ou pas, qu'importe l'endroit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joska

avatar

Messages : 9

MessageSujet: On es pieuse ou pas, qu'importe l'endroit.   Dim 26 Fév - 14:06

Première découverte... La chapelle.

Un beau dimanche frais que ce premier jour. L'exploration se voulait discrète mais... La peur au ventre, elle ne voulait pas explorer le domaine immédiatement. Enfin, pas l'intérieur des murs. C'est donc ainsi qu'Ema se retrouva à l'extérieur. Trouvant la chapelle non loin. Un dimanche sans recueillement... C'était impensable. Y aurait-il un office? Elle en doutait. Aucune cloche n'avait sonnée.

Néanmoins, elle y poussa le battant pour y entrer. Personne n'avait réchauffé les lieux, bien que la chapelle fut propre et prête à l'emploi.

Manu s'avança lentement vers le devant. Une génuflexion et les signes propres à une digne salutation au Très Haut. La jeune fille se posa sur le premier banc situé à l'avant. Mains croisée sur son giron, elle ferma les yeux et laissa son esprit se tendre vers une longue prière, y déversant ses peurs et ses espoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: On es pieuse ou pas, qu'importe l'endroit.   Mer 29 Fév - 14:34

Dimanche matin ... Retour au domaine après une nuit en ville...

Les traits tiraient par une nuit sans sommeil et mouvementé, le jeune Montbazon revennait au domaine à vive allure, talonnait par son vieil ami. C'est tard la vieille, alors que, chacun dans un fauteuil, un verre à la main, ils s'ennuyaient ferme et avaient décidé de cette petite virée. Le but était simple : Ce détendre et profiter.

Et pour cela, ils ne connaissaient qu'un lieux : A la fine bouteille.

A première vu, le lieu était une simple taverne dans laquelle il était possible de manger chaud pour pas cher. Mais passez une nuit dans l'endroit et les bruits allentours vous révélerons la véritable destinée du lieux. Et, le lendemain matin, quand vous en parlerez à la tenancière, si vous êtes un hommes seule, elle se fera une joie de vous faire découvrir l'arrière salle en passant par la petite porte prêt du comptoir. Mais si vous êtes accompagner d'une femme, n'insitez pas, elle niera tout en bloc.

Et c'est dans ce lieux que le jeune Montbazon avait passé la nuit. Il y avait ces habitude et la patronne, il la connaissait bien à présent. Et contrairement à son fidéle compagnon, il ne changeait jamais de fille. L'ivresse du changement ? Ce n'est pas ici qu'il l'avait. Là, il s'y rendait simplement pour passer un bon moment et savait Cassie parfaitement a méne de le satisfaire. Jeune. Jolie. Le corp encore totalement neutre des traces que son métier y laisserait un jour. Elle avait la candeur des pucelles et l'expérience des matronnes. Tout se qui plaisait au Corniaud en somme...

Et à présent, le corp repus et l'esprit un peu plus léger d'avoir passer une nuit à autre chose qu'à boire, Euzen rentrait. Leon les acceuillait de son habituelle blague salace quand il leur ouvrait la grille à cet heure du jour. Il savait parfaitement d'où venait les gamins comme il les appelait et ne se génait pas pour y allait de son mot. Pied mis à terre, ils lui confièrent leurs montures. Et alors qu'ils s'apprétaient à remonter l'allée à pied, le regard du jeune blond fut attiré vers le fond du domaine. Une silhouette, svelte et féminine à n'en pas douter, venait de se glisser dans la chapelle. Alors il stoppa et un sourire espiégles apparut sur ces lèvres se qui allerta son compagnon.


"Par devant... Je te rejoinds.
- Ne lui fais pas peur ... elle est jeune.
- Oh, ça va, tu me connais !
- Oui ... Justement !"


En privé, Augustin ne se génait pas pour tutoyer celui qu'il nommait son jeune maitre face à tous et à perdre cet accent campagnard qu'il aimait à jouer. Cela faisait bien longtemps qu'il l'avait perdu en vérité. Et c'est avec un sourire de conivence que les deux hommes se séparèrent. Le brun partant vers la demeure. Le blond vers la chapelle.

Et, arrivé à celle-ci, il se glissa à l'interieur en silence, amusé de trouver la toute jeune ecuyère de son père en pleine prière. S'annonce ou ne s'annonce pas ? Ne s'annonce pas, c'est plus drole. Alors à pas de loup se s'avança jusqu'à elle et se permis même de se pencher au dessus d'elle pour murmurer doucement à quelques centimètre de son oreilles.


"Vous répond t-il parfois ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joska

avatar

Messages : 9

MessageSujet: Re: On es pieuse ou pas, qu'importe l'endroit.   Sam 17 Mar - 13:05

Cela faisait un moment déjà que la demoiselle était en grande conversation mentalement avec le Très Haut. Elle avait tant de demandes... Et... Évidemment... Aucunes réponses à tous ses questionnements. Parfois, elle se demandait s'il existait vraiment. À ce moment précis, elle en aurait pleurer, voir même hurler pour avoir une réponse, même si ce n'est qu'un tout petit espoir. Quand elle faisait un récapitulatif de sa courte vie, elle se demandait si tout ça valait vraiment la peine.

Un lourd soupire, tant de reproche que de découragement.

Où en était-elle? Oui... Biensur, elle le suppliait ce Très Haut, de veiller sur elle, sur son avenir, de lui donner du courage et de la force ; ce qu'elle n'avait guère en l'occurrence mais elle devait se montrer forte. Qu'adviendrait-il d'elle si on la poussait avec médisance vers la sortie? Évidemment... Ema ferait comme elle a toujours fait. L'obéissance avait toujours été pour elle une alternative de bon augure pour s'éviter les pires ennuis. Un souvenir cuisant de l'unique fois où elle avait osé lever le ton pour répliquer à la Mère supérieure. Cela lui avait valu des tâches ingrates et des coups de badine, elle s'en souviendrait toute sa vie et pour rien au monde elle aurait voulu que la chose se répète. Elle pouvait presque encore sentir la brûlure, la morsure qui lui avait laisser des marques une semaine durant et avec lesquels, elle avait eu du mal à s'asseoir sensiblement le même délais.

Manu secoua la tête doucement. Pourquoi se torturer avec de tels souvenirs qui plus est sont si lointain? Alors que sa vie commençait à peine, ici du moins. Et où en était-elle déjà? Oui... Le Très Haut. C'est si simple d'oublier ses prières et de les laisser divaguer en de multiples tortures mentales. Ses peurs étaient réelles, palpables. Tout cet inconnu qui l'enveloppait.

Un lourd soupire s'échappa encore une fois. Les yeux fermés, elle se concentrait à nouveau. "Bon sang, répondez moi! Donnez moi un signe, n'importe quoi! Faites le moi savoir que vous m'avez entendu." Elle écoutait le silence puis son esprit divergeait à nouveau vers ses tourments. Des tourments si peu éloquents, si peu importants vis à vis de d'autres et pourtant... Elle ne pouvait s'empêcher de penser à ce qu'aurait été sa vie si elle avait grandit auprès de ses parents. Elle ignorait totalement ce qu'avait été sa matrice, le genre de vie qu'elle avait mené, ce qu'elle était devenue et si elle était encore en vie. Pas plus pour son père... Celui-ci avait-il déjà exister? Forcément mais la pensée a fit sourire, bien brièvement.

Un murmure s'était glissé tout près de son oreille.

Un cri retentit soudainement, non pas un cri ordinaire, un hurlement qui était le sien, un son strident qui lui sortait tout droit du coeur, ou du ventre, qu'importe. La terreur imprégnée sur ses traits et tout son corps avait bondit comme un chat le ferait sur une souris, le bras s'était levé tout aussi rapidement que le rebond et elle frappa de toute sa paume, de toute sa force la première chose qu'elle trouva à son contact et ce fut la joue du Montbazon fils.

Figée, les yeux exorbitées constatant ce qu'elle venait de faire, ses deux mains se tordant ensemble avant d'aller prendre place sur sa bouche sous une mine totalement déconfite et Ema laissa retomber ses mains le long de son corps, empoignant nerveusement l'étoffe qui se trouvait sous ses doigts. Elle se lança dans une diatribe d'excuse qui pouvait paraître totalement décousue de sens.


Pardon, pardon! Je ne vous avait pas entendu arrivé, je suis désolée, je ... Que faites vous là? Vous m'avez fait si peur ! je .. Euh... Je ... Désolée, pardon Messire.

Elle était prête à prendre la fuite... Pour où? C'était chez lui... Il aurait tôt fait de la retrouver et... Oh mon dieu... Et s'il la faisait congédier?

Je n'ai pas fait exprès, je vous jure! Furent ses derniers mots, la voix chargée d'émotion, aux bords des larmes qu'elle ravalait avec peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: On es pieuse ou pas, qu'importe l'endroit.   Dim 25 Mar - 19:01

Quelques micro seconde de battement. Le temps que les mots murmurait par le blond, arrive aux oreille de la brune, puis à sa conscience... En réponse : Un sursaut ? Il s'y attendait. C'est même se qu'il désirait. Petit sourire qui apparait sur les lèvres minces du jeune Montbazon. La donzelle était si impressionable... Décidement lui jouer des tours sera un vrai plaisir pour lui. Mille petites farces naissaient déjà dans l'esprit du jeune homme. Tant de lieux pouvait s'y prêter. Les escaliers. Les écuries. Les couloirs. Les rues. Il n'irait pas jusqu'à sa chambre... Non. La brune était encore trop... Frêle à son gout. Trop enfant. Mais d'ici quelques mois... Why not ? Son sourire s'agrandit.

Mais il se fana dans la seconde qui suivit le sursaut. Quelques seconde encore et sa joue le brûla. Elle n'avait pas osé... ? Non, elle ne pouvait pas avoir osé !


Pardon, pardon! Je ne vous avait pas entendu arrivé, je suis désolée, je ... Que faites vous là? Vous m'avez fait si peur ! je .. Euh... Je ... Désolée, pardon Messire. Je n'ai pas fait exprès, je vous jure!

Et si elle avait osé... Les quelques mots de la donzelle lui confirmèrent se qu'il n'osait encore croire. Elle l'avait gifflé... Instant en suspend avant que le regard du blond se durcisse. Ces lèvres se pincèrent dans un pli sévère. Et son poing se contracta. Rare était les femmes à avoir fait se qu'elle venait de faire... Et s'était des femmes, pas des enfants ! Se redressant de toute sa hauteur, son maintient n'avait plus rien d'amical. Qu'elle aille au diable si elle n'était pas capable de se contenir un minimum !

Bien sûr, beaucoup dirons qu'il n'avait à s'en prendre qu'à lui même, qu'il n'avait pas à lui faire de farce. Mais tout de même, il ne l'avait pas enpoigné ou bousculé. Il avait juste voulu lui faire une petite frayeure. Et les mots qui franchirent la barrière de ces lèvres étaient à peine sifflés entre ces dents serrées.


" Si vous réagissez ainsi avec tous ceux qui vous approche... Je ne donne pas cher de votre vie social. Vous n'êtes plus confinez dans votre cloître, apprennez que quiconque peut arriver n'importe quand ! "

Et il sortit, sans un regard pour la jeune fille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On es pieuse ou pas, qu'importe l'endroit.   

Revenir en haut Aller en bas
 
On es pieuse ou pas, qu'importe l'endroit.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anaé S. Daniels | peu importe l'endroit, je serai toujours là
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» Des pandas dans WoW, c'est n'importe quoi :D
» le lapin se maitrise plus!! clignote n'importe comment
» De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ferrassières :: Seigneurie des Ferrassières - Lyonnais Dauphiné :: Seigneurie des Ferrassières :: Extérieur :: Chapelle-
Sauter vers: