AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Octobre - [RP] Le Tact : Une Aptitude au mensonge...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Octobre - [RP] Le Tact : Une Aptitude au mensonge...   Mer 31 Oct - 19:25



    « Tenir en bride sa propre famille n'est pas moins difficile que de gouverner une province. »
    Tacite


Après l'épisode du rosier où l'on évita le pire, tout ce petit monde se mit en branle pour rejoindre le salon.
Victoire, suivait la collerette crémeuse non sans une once d'appréhension quant à la suite des évènements. La Baronne avait souhaité sa présence, mais pour tout avouer elle s'en serait bien passée. La suite chers lecteurs, fut haute en couleurs, et c'est abasourdie que la jeune fille découvrit le promis avec stupeur...Sans crier gare, le calme s'évapora.


    Mais....mon oncle que faites-vous ici ?


L'espace d'un battement de cils tout devint plus clair. Et c'est tout un assortiment de baudroies, de raies, de grosses tanches et de gargouilles en tout genre qui sortirent de la bouche de la Baronne.

    Baronne ?


En ajoutant plus bas à elle-même.

    C'est pas possible.... je crois bien que je vais hériter d'une tante berrichonne...


Elle resta perdue de stupeur, et n'ayant plus conscience d'elle-même que par le battement de ses artères, qu'elle croyait entendre s'échapper comme une assourdissante musique qui emplissait la campagne.*

    Qui savait ? Mon oncle ? Baronne ? Toi Euzen ?


C'est alors que la vieille bique se mit à chanter. Si sous la main elle avait eu des navets, c'est dans un cageot tout entier qu'elle lui aurait volontiers collé le nez pour la faire taire.
Mordillements de la lèvre inférieure, ses mains se rejoignent inconsciemment, se resserrant entre elles sur son chapelet tandis qu'elle s'affale au creux d'un fauteuil en marmonnant "Une berrichonne mais que va-t-on devenir..."

[hrp]*Madame Bovary Gustave Flaubert[/hrp]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Octobre - [RP] Le Tact : Une Aptitude au mensonge...   Mer 31 Oct - 19:27



Le minois enchanteur se décomposa. Elle semblait visiblement décontenancée. Son corps se raidit, ses yeux s’agrandirent sous l’effet du choc. Non cela n’était pas possible. Avait-elle mérité un tel malheur ?
L’époux dont elle s’était vantée partout n’était autre que Balian… Ses joues s’enflammèrent. Quelque chose au plus profond d’elle-même se brisa.
La colère et la folie s’emparèrent de la belle rousse. Quelques vociférations bien senties à l’encontre de sa maquerelle de tante. Puis son esprit se brouilla, elle ne voyait plus, ne pensait plus.

Elle essaya de parler mais aucun son ne franchit la barrière purpurine de ses lèvres. La Baronne porta une main à sa gorge cherchant sa respiration puis chancela. Le fiancé, la voyant sur le point de s’évanouir, recueillit le délicieux fardeau dans ses bras. Mais Johanara se recula vivement. Les cils de la jeune femme papillotèrent comme les ailes d’une libellule mourante. Elle ferma les yeux un instant. Sa bouche semblait douce, et vulnérable… Puis elle se tordit en un vilain rictus.
Lorsque ses paupières s’ébrouèrent à nouveau, ses vastes prunelles dévisagèrent Balian. Elle prit conscience que bientôt sa vie serait à jamais liée à la sienne, qu’il deviendrait son époux. La douloureuse réalité s’imposa à elle. Tout ce qu’elle avait voulu fuir en acceptant l’offre de sa tante d’épouser le premier venu pour hériter de la coquette somme, tout ce pourquoi elle repoussait Balian depuis des semaines, allait devenir son lot quotidien.

A cette pensée, des larmes de tristesse envahirent ses yeux qu’une colère amère refoula presque aussitôt. La seule chose qu’elle avait souhaitée lui filait entre les doigts : un mariage de raison, paisible, sans les affres de la passion et de la jalousie. Elle ne voulait plus guetter le retour de son amant, torturée à l’idée que ses bras aient pus étreindre une autre. Plus de prison de sentiments, plus de dépendance, plus de déception… Plus jamais d’amour.

Mais ce petit con de Cupidon s’obstinait à paver de flèches toutes les routes foulées de son pied.

Laisse-moi en paix crétin ! Face d’Ablette ! Je ne veux plus être victime de tes tourments !

Son premier mariage lui avait laissé une plaie béante au cœur. La trahison et le veuvage avaient eu raison du peu bon sens de la rouquine. Elle se sentait incapable de revivre cette agitation perpétuelle. Son médicastre lui-même lui avait ordonné de se ménager émotionnellement. Ses crises qui la minaient, sa tristesse extrême, son affaiblissement mental, sa mélancolie infinie… Maladie probablement héréditaire qui avait emporté sa sœur la Vicomtesse de Culan et poussée au suicide l’une de ses cousines, perte du sommeil, trouble de l’appétit, fatigue extrême, agitation nerveuse pendant laquelle, la jeune femme sortait entièrement de son caractère, devenant colère, prompte à dire aux gens moult choses blessantes, emplie de terreurs de toute sorte, hantée par le démon du suicide…

Parfois, le soir, elle fondait en larmes sans raison. Hystérie… Spleen..
Qu’allait faire Balian d’une épouse à la santé fragile et aux sens exacerbés ? Johanara ne le rendrait pas heureuse, elle en était intimement persuadée. Elle n’était même plus bonne à faire des enfants. Trop étroite, on avait dû lui ouvrir le ventre pour la délivrer de son second enfant et le mire avait été formel : une troisième grossesse la tuerait elle ou l’enfant. Voire les deux.

Pourtant elle souhaitait voir le brun seigneur heureux. La Baronne n’ignorait pas que les vicissitudes de l’Amour ne l’avaient guère épargné non plus. Il méritait une épouse aimante, qui ne se refuserait pas à lui, qui ne lui ferait pas subir ses humeurs et son profond sentiment de vacuité…

Tout en elle exécrait déjà ce mariage. Sauf peut-être …

Le bas ventre.

Car Johanara avait goûté les baisers de Balian, elle avait butiné la peau douce et chaude de son cou, s’était enivré de son arôme, et égaré dans les méandres de sa chevelure de jais. Parfois la tentation de se jeter à son cou était si grande, qu’elle inventait un prétexte pour sortir de ses gonds et quitter la pièce où le Juge se trouvait.

Les deux seuls hommes qu’elle avait connus intimement étaient morts depuis de nombreuses années. Son mari Valezy d’Emerask, dont elle chérissait l’héritier, son fils, son adorable fils aux yeux safre , et son amant, Messiah de Penthièvre. Et de leurs amours illégitimes était née sa princesse aux cheveux d’or, Daria. Mais chut c'est un secret!

Elle porterait son fils. Mais avant ça elle se donnerait à lui encore et encore, jusqu’à effacer ses années d’abandon et de solitude, de sa chair. Jusqu’à ce que l’autre revienne, cette Aphrodite insatiable tapie dans l’ombre depuis ce qui lui paraissait une éternité et qui séparée de son amant en pleine retraite spirituelle, se dissimulait nue roulée dans un tapis ou dans un grand panier d’osier pour le surprendre au soir et réchauffer ses longues nuits de prières monotones, cette Attila d'alcôve capable de monter son fougueux étalon pour une course effrénée dans la sylve verdoyante tout en chevauchant son mari éberlué.


Je ne savais pas Duchesse… Mon dieu comme je me sens trahie….Et Dieu du ciel, cessez de chanter ma tante, ou je m'ouvre les veines!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euzen
Admin


Messages : 809

MessageSujet: Re: Octobre - [RP] Le Tact : Une Aptitude au mensonge...   Mer 31 Oct - 19:28



La tempête.. l'énervement..
Il était monté dans les tours et pourtant voilà que la vieille bique chantonnait !
Il aurait tout vu et entendu.

*Ah tu te fous de moi ! Tu rigoleras moins une fois au tribunal... * se dit il.

Sa nièce, elle aussi met un moment avant de comprendre ce qu'il se passe puis s'interroge. Qui était au courant et qui a maniguancé tout ceci...
Comme si, le brun aurait pu organiser toute cette mascarade, comme s'il aurait de son plein gré fait en sorte de se retrouver coincé, pret à se passer la corde au cou avec une folle baronne berrichonne rousse.


Mais je ne savais pas m'enfin ! Voyons Victoire...

Il ne dit plus rien, les regardant tous tour à tour.
Il ne sait plus quoi penser...
Tout devait être si facile, si simple.. épouser une femme bien sous tout rapport, avoir un héritier et vivre calmement et simplement.. sans tracas.
A aucun moment l'amour ne devait avoir une place dans cette histoire et c'est bien çà qui inquietait le brun.

Le seigneur de Ferrassières était bien résigné à ne rien laisser paraître et il se mentait d'ailleurs à lui-même lorsqu'il disait ne rien ressentir pour la baronne. Non il n'avouerait pas sa jalousie excessive dès qu'un autre homme approchait la Flamboyante, et pourtant par Aristote.. beaucoup grouillaient autour d'elle.
Non il n'avouertait pas son manque quand elle n'était point là, non il n'avouerait pas qu'il pensait sans cesse à leur baiser échangé et qu'il devait lutter pour ne pas réitérer cet instant à chaque fois qu'elle se trouvait en sa présence...

On pouvait lire dans le regard de certains de la joie à l'idée que ces deux-là se marient, quoi de plus normal après tout que de vouloir croire en l'amour. Mais Balian ne veut plus y croire lui.. L'aimer çà revient à souffrir ! à subir.. à avoir mal ! Et çà le montbazon ne le veut plus, il ne veut plus d'une peine de coeur. Il se pense à l'abris, son coeur verrouillé à double tour.. et pourtant le mal est fait, l'éclat de la baronne semble avoir fissuré le mur entourant sa poitrine.



Je ne savais pas Duchesse… Mon dieu comme je me sens trahie….Et Dieu du ciel, cessez de chanter ma tante, ou je m'ouvre les veines!

A ce moment là, ses yeux reviennent se poser sur celle qui était à présent sa fiancée.
Comment se sortir de cette affaire... impossible ! Le contrat est signé et il en est l'instigateur. Pas moyen de faire machine arrière. Et tandis qu'il la détaille son esprit et son corps sont déjà en train de se livrer bataille.. Le premier se répete comme pour se rassurer qu'il restera de marbre.. qu'il n'y aura nul amour tandis que son corps, lui, se consumme pour elle, piaffant d'impatience à vouloir se rapprocher du sien.

Aaah si les yeux pouvaient parler...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Octobre - [RP] Le Tact : Une Aptitude au mensonge...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Octobre - [RP] Le Tact : Une Aptitude au mensonge...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Eur'open Bowl 16 et 17 octobre 2010 Anglet (64)
» Soirée du vendredi 15 Octobre 2010
» [Nantes] Samedi 16 octobre au Temple du Jeu
» [ED10] [Defis journée 6] Nice - Basse-Normandie le 13 Octobre
» Soirée du Vendredi 22 Octobre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ferrassières :: 1460-
Sauter vers: